MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Laurence Equilbey, le chœur en solo

  Benoît Faucher (p.r.)  Diapason, mars 2003, n°512

Après des Transcriptions en forme de best-seller, le Chœur de chambre Accentus a réalisé pour Naïve un nouvel enregistrement du Requiem allemand de Brahms, accompagné à deux pianos. Rencontre avec sa chef fondatrice, apôtre d'une noble cause qu'elle souhaiterait voir devenir un peu moins marginale. Elle souligne ses "dix années de traversée du désert" et n'oublie pas d'où elle vient. Tout a commencé à Vienne, au milieu des années 1980...

Après des Transcriptions en forme de best-seller, le Chœur de chambre Accentus a réalisé pour Naïve un nouvel enregistrement du Requiem allemand de Brahms, accompagné à deux pianos. Rencontre avec sa chef fondatrice, apôtre d'une noble cause qu'elle souhaiterait voir devenir un peu moins marginale.
On la rencontre au pied de l'Opéra-Bastille, où Accentus prépare, pour ces mois de février et mars, la création mondiale de L'Espace dernier de Matthias Pintscher. Le nom du lieu de rendez-vous – le restaurant Les Grandes Marches – apparaît comme un clin d'œil gourmand au succès de Laurence Équilbey. Son disque Transcriptions (Naïve) pour Chœur de chambre s'est vendu en France à plus de soixante mille exemplaires, chiffre rare pour la musique classique en général, et a fortiori l'art vocal a cappella. Elle le sait, son insolente réussite en irrite quelques-uns dans un métier peu coutumier de ce genre de destins. Mais elle souligne ses "dix années de traversée du désert" et n'oublie pas d'où elle vient. Tout a commencé à Vienne, au milieu des années 1980...

Laurence Équilbey : C'est là que j'ai découvert les grandes pièces de Richard Strauss, Brahms... L'Arnold Schönberg Chor s'associait aussi parfois avec le Chœur de la Radio de Vienne pour de grandes fresques contemporaines de Henze, Zimmermann, etc. En deux années, abordant les répertoires les plus variés, j'ai vécu mes premiers chocs. J'ai chanté pour la première fois la dernière œuvre de Schoenberg, le De Profundis opus 50, qui m'a marquée à vie. Le chœur de chambre m'est alors vraiment apparu comme un instrument majeur, doté d'un grand répertoire, et cela m'a donné l'envie, de retour à Paris, de créer ma formation.

Diapason : Est-ce auprès d'Harnoncourt, puis du Suédois Eric Ericson, que vous avez développé cette gestuelle si peu conventionnelle ?
Laurence Équilbey : Chez moi, il y a très clairement deux influences. Harnoncourt a une gestuelle assez atypique servant toujours la dramaturgie, ce qui m'a beaucoup intéressée. Ericson, lui, a développé une gestique horizontale, très adaptée au chant a cappella, à mes yeux l'une des plus belles du monde, en tout cas pour ce qui est de la conduite des voix. De ses bras gigantesques, il accompagne le geste vocal avec force et souplesse. Bien qu'inimitable, il a influencé toute une génération de chefs.

Diapason : Quand vous avez créé Accentus, pourquoi avoir opté pour le format chœur de chambre ?
Laurence Équilbey : Lorsque je suis rentrée à Paris, la France avait plutôt une culture d'ensemble vocal, avec un effectif limité à vingt-quatre membres ou de « un par voix », type Groupe vocal de France. Avec de trente-deux à quarante chanteurs, le chœur de chambre permet d'interpréter les doubles chœurs romantiques, offrant pour cela assez de pâte sonore. Une des forces d'Accentus, c'est de s'être accroché à cet effectif qui, bien que plus coûteux, constituait une nécessité artistique absolue.

Diapason : Vous comparez parfois votre ensemble au quatuor à cordes...
Laurence Équilbey : La technique d'écoute est proche de cette mentalité chambriste. Les quatre voix principales peuvent se diffracter en huit ou seize. Nous avons beaucoup travaillé sur cette notion de balance, où chaque voix est individualisée, mais au service d'un tout.

Diapason : Pour servir cette exigence, vous avez donc dû engager un travail de longue haleine...
Laurence Équilbey : D'abord, il a fallu avoir une politique artistique en matière de répertoire. Progressivement, nous avons travaillé sur la palette sonore et cherché à éprouver une technique pour laquelle nous n'avions aucune routine, aucun rituel. Au cours des cinq premières années, la structure s'est professionnalisée, en même temps que les étudiants qui composaient Accentus au début, en grande partie grâce à la Fondation France Télécom, au ministère de la Culture et à la Ville de Paris. C'est ainsi que nous avons pu explorer toutes les grandes pages du répertoire européen, à commencer par la musique allemande, française et scandinave.

Diapason : Avec la version à deux pianos du Requiem allemand de Brahms, que vous publiez chez Naïve, nous sommes dans le vif de ce qu'un chœur de chambre peut offrir au grand répertoire en terme de transparence, de fluidité...
Laurence Équilbey : C'est une très belle version, à laquelle Brahms a apporté beaucoup de soin. Il a même écrit une lettre dans laquelle il explique qu'il ne laisserait ce travail de transcription à personne d'autre. Je préconise quand même un effectif de quarante chanteurs : à moins, on perdrait le style. C'est une version très attachante dans le sens où elle est beaucoup plus intime pour l'auditeur, peut-être un peu moins grandiloquente – j'adore la version avec orchestre, mais parfois elle est jouée de façon un peu sévère. Et il ne faut pas oublier non plus que c'est une œuvre de jeunesse, écrite par un jeune homme palpitant. Les deux pianos lui confèrent aussi une sorte de modernité. Les fugues gardent quelque chose de plus cristallin, de peut-être moins appuyé qu'avec orchestre.

Diapason : Hors du chant a cappella, vous donnez quelques programmes de musique baroque et classique avec accompagnement instrumental. Est-ce nécessaire au développement du Chœur, à sa respiration ?
Laurence Équilbey : Au cours des dix ans qui viennent de s'écouler, nous avons énormément travaillé à restaurer le grand répertoire a cappella, qui représente encore aujourd'hui les deux tiers de notre programmation. Nous nous le sommes approprié pour constituer notre palette. Mais nous avons quelques chemins de traverse auxquels je tiens particulièrement, notamment vers le répertoire du XVIIIe siècle, à partir de Bach, jusqu'à Haydn, Mozart et au-delà. Un groupe qui pratique beaucoup l'a cappella a normalement de grandes possibilités de couleurs et peut exprimer des choses fantastiques dans le répertoire d'oratorio. À l'inverse, un chœur qui ne fait que de l'oratorio risque d'abdiquer, au bout d'un certain temps, sa personnalité.

Diapason : Depuis quelques années, la création contemporaine est l'un de vos chantiers prioritaires. Qu'est-ce qui vous motive dans ce domaine ?
Laurence Équilbey : Pour vous donner un peu ma philosophie, je peux citer Dante : "Tout notre savoir sera mort dès l'instant où se fermera la porte de l'avenir." Cette pensée me nourrit souvent parce que le geste contemporain n'est pas quelque chose de facile pour les chanteurs. Ils peuvent être réticents, car l'intonation est de plus en plus redoutable, la métrique compliquée, enfin tout est plus difficile. Il est donc important, pour savoir d'où l'on vient, d'avoir un background très solide, en passant par les romantiques jusqu'aux ouvrages les plus pertinents écrits depuis les années 1960. Avec cela en eux, les chanteurs peuvent s'ouvrir au devenir de leur propre musique, qui est, je pense, celle d'aujourd'hui.
Nous sommes heureusement de plus en plus nombreux à être attentifs à la création pour chœur de chambre, comme Joël Suhubiette (Les Éléments) ou le jeune chef Geoffroy Jourdain (Les Cris de Paris). Avec lui et mon équipe, je travaille à un programme de recherche et de développement, qui s'appellera Tenso et s'intéressera au répertoire patrimonial depuis la fin du XVIIIe siècle, jusqu'à l'aide à la composition. Il s'agira d'accompagner aussi des projets pédagogiques, en relation entre autres avec l'Ircam, à travers des journées de présentation publique d'œuvres, des forums, des sessions d'écriture... Nous allons essayer de mettre les bouchées doubles pour ne pas retomber dans les erreurs du XXe siècle, où après 1950, il n'y a pratiquement plus de répertoire. Certes, beaucoup de choses ont été écrites pour le « un par voix » : c'est une littérature très intéressante, mais très différente, et servie par un autre instrument.

Diapason : On ne peut pas nier pourtant qu'un nombre croissant de compositeurs s'intéressent au chœur.
Laurence Équilbey : Ils se sont aperçus que cet instrument est un vecteur d'expression important, possédant de grandes ressources artistiques. Mais on n'en est qu'au commencement. Accentus crée à peu près une heure de musique par an, ce qui n'est pas énorme, et dans cette heure-là, tout ne passera pas à la postérité. D'où l'intérêt de former, dans le cadre de notre programme de recherche, un réseau européen – notamment avec le RIAS-Kammerchor et la Cappella d'Amsterdam – qui doit nous permettre de passer commande ensemble à des compositeurs : leur œuvre recevra immédiatement un écho plus important.

Diapason : Êtes-vous favorable à l'idée de soumettre le compositeur à un « cahier des charges » ?
Laurence Équilbey : Je parlerais plutôt d'un cadre technique. Il ne s'agit pas de fixer des bornes absolues, mais des limites – sur les questions de division des voix, de tessiture, de métrique que le compositeur pourrait franchir après une concertation avec le chef de l'ensemble. Je suis personnellement très intéressée par l'écriture orchestrale des voix, ce qui nécessite que la facture ne soit pas trop pointilliste. Et c'est là où il y a confusion, souvent, avec les auteurs. Bien qu'ayant, en France, une bonne tradition madrigalesque, on ne connaît pas bien l'écriture des contrepoints de masses, des textures pour les voix. Pourtant les chanteurs ici sont très doués pour cela ! Nous sommes des coloristes. De même, la présence d'un texte, très souvent, déstabilise le compositeur, car la dramaturgie directe n'est pas tellement dans l'air du temps. Il faut souvent trouver la bonne distance. Et actuellement, la plupart des francophones que je sollicite ne veulent pas écrire en français, c'est frappant ! Ils craignent un effet post-Maeterlinck...

Diapason : Vous déplorez souvent le manque de formations à l'écriture chorale dans notre pays...
Laurence Équilbey : On peut même dire qu'il n'y en a aucune. Au CNSM de Paris, qui est par ailleurs une remarquable institution, il n'y a même pas de filière de direction de chœur : c'est complètement grotesque, inimaginable ! Il faudrait prévoir d'urgence, dans le cursus de composition des conservatoires, au moins deux sessions où l'on montrerait aux étudiants tout ce qui a été fait de pertinent pour l'art vocal, depuis Ligeti par exemple. Ensuite, il faudrait qu'un spécialiste de la question vienne – et il n'y en a pas pour très longtemps – leur faire sentir l'instrument, leur en montrer les limites et les possibilités.

Diapason : C'est parce que vous estimiez qu'il y avait aussi des carences dans la formation des chanteurs que vous avez créé le Jeune Chœur de Paris, intégré aujourd'hui au CNR-Conservatoire supérieur de Paris ?
Laurence Équilbey : C'est un projet pilote, très stimulant et soutenu par nos partenaires. De nombreux jeunes chanteurs sortent aujourd'hui des maîtrises, dont le renouveau a été indéniablement bénéfique. Mais ils se trouvent dans un no man's land pédagogique, jusqu'au moment où ils vont éventuellement entrer dans une école supérieure du type CNSM. D'où l'idée de leur proposer une formation complète entre 16 et 22 ans, c'est-à-dire au moment où l'appareil phonatoire est en fin de développement. J'insiste pour dire que nous ne formons pas des « chanteurs de chœur » mais des chanteurs : à eux et à nous, après, de découvrir quel est leur talent propre. En France, les chanteurs étudient beaucoup trop tard et restent malheureusement souvent en jachère lorsqu'ils sont de très jeunes adultes.

Diapason : L'Orchestre de Paris vous a sollicitée en 2002 pour veiller sur son chœur. Pourquoi ?
Laurence Équilbey : J'ai aidé, surtout après le départ d'Arthur Oldham, à mettre en place toute une pédagogie vocale et musicale et à repenser la programmation de ce chœur, en collaboration avec les deux nouveaux chefs, Didier Bouture et Geoffroy Jourdain. Georges-François Hirsch a compris que si l'on veut que des amateurs chantent des ouvrages difficiles, ils doivent être de vrais « amateurs » travaillant leur instrument. En musique comme dans les autres arts, on doit toujours être attentif à la relation entre le niveau technique et le geste artistique que l'on souhaite réaliser. Si l'on n'en tient pas compte, cela revient à toucher avec de gros doigts sales un tableau de maître. Ce qui me frappe toujours et me choque, c'est que les gens acceptent des choses avec les choeurs qu'ils refuseraient avec les orchestres. Dans un mauvais concert instrumental, à niveau égal, le public serait debout en train de siffler ! Il faut être très vigilant face à cela, à l'heure où le poste chœur est toujours celui sur lequel des économies sont faites. Je souhaite aider à réhabiliter le métier de chanteur, qui doit se placer au rang de celui des instrumentistes de pointe, servant des ensembles de haut niveau, dont nous avons absolument besoin dans notre pays.

Diapason : Malgré un agenda « choral » très chargé, vous trouvez un peu de temps pour diriger à l'Opéra...
Laurence Équilbey : J'adore la scène, le rapport avec les metteurs en scène, la dramaturgie, les décors, les éclairages... Donc, j'aime bien diriger un ouvrage lyrique par an. Faire davantage me serait difficile, car cela prend énormément de temps, et j'espère tenir dans la mission que je me suis fixée en tant que chef de chœur. Beaucoup de mes collègues un peu plus âgés ont un jour levé le pied, ce que je peux comprendre : l'orchestre peut paraître plus porteur, plus valorisant. Lorsqu'on a trop longtemps tenté de faire émerger un ensemble, on peut avoir envie de dire un jour : "J'arrête".

Diapason : On décèle parfois un sentiment d'urgence dans vos propos...
Laurence Équilbey : Les périodes militantes ont toujours leurs limites. Cela dit, je ne me plains pas : mon équipe et moi nous mobilisons, et d'autres avec nous, dont de plus en plus d'institutions. Il faut agir vite maintenant pour pérenniser quelques ensembles de haut niveau dans notre pays. La situation actuelle est plutôt encourageante pour Accentus, qui est en train de solidifier ses liens avec ses partenaires publics et privés, lesquels sont bien sûr conscients des enjeux artistiques ; mais je reste en alerte maximale pour ce qui est de la problématique « art vocal » en général. La négligence qui a été de règle toutes ces longues dernières années est un problème trop grave. Nous sommes des enfants gâtés qui ne préservent pas les trésors qui leur ont été confiés. À ce stade, c'est de la non-assistance à chef-d'œuvre en danger et il y a lieu de s'en alarmer très sérieusement.

Nous remercions Diapason pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu'à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.

 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée



Retour a la liste des sujets