MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Les structures standard

  Franck Bergerot  Jazz Magazine, septembre 2008, n° 595

Franck Bergerot analyse, dans les colonnes de Jazz magazine, les grandes structures qui donnent forme aux discours des jazzmen.

VERSE ET CHORUS
Jusque dans les années 1950, les structures du jazz furent majoritairement empruntées à la chanson qui est faite de couplets et de refrains. Un standard s'impose dans les années 20, celui de ces chansons que les jazzmen appellent justement “standards” et qu'ils empruntent à la comédie musicale américaine. Une chanson standard comprenait un couplet (verse en anglais) souvent chanté sans pulsation régulière et un couplet (chorus). Écoutons I Got Rhythm tel qu'il est chanté par Judy Garland dans la comédie musicale Girl Crazy de George Gershwin (verse à partir de « Days can be sunny... »; chorus à partir de «I Got Rhythm... »). Les Feuilles mortes, chanson française célèbre fréquemment utilisée dans le jazz, présente une répartition comparable entre un couplet non pulsé ( Oh, je voudrais tant que tu te souviennes ») et un refrain à tempo régulier ( « C'est une chanson qui nous ressemble. »)


EXPOSÉ ET CHORUS
Le verse tomba en désuétude chez les jazzmen dans les années 1930, mais on en trouve encore la trace sous forme d'introductions dans Stardust (par Lee Konitz de 0'00 à 0'55) ou dans la pièce instrumentale de Billy Strayhorn Lush Life (par Coltrane de 0'05 à 2'06). En revanche, le chorus est resté le matériel de prédilection des jazzmen. Ils commencent par l'exposer avec plus ou moins de liberté, soutenu par la rythmique qui en décline le mouvement harmonique. Le mouvement harmonique du morceau est noté sous la forme d'une grille, appelée “grille harmonique” (nous y reviendrons). Après l'exposé, les solistes improvisent à tour de rôle en suivant cette grille jouée en boucle par la rythmique. Chaque soliste peut ainsi s'octroyer une ou plusieurs grilles. On dit aussi qu'il prend un ou plusieurs chorus. Par extension, on a pris l'habitude de dire indifféremment “prendre un solo” ou “prendre un chorus” mais c'est inexact. Un solo peut se composer de un ou plusieurs chorus – voire d'un demi-chorus. Car le chorus a une structure interne.


QUATRE QUATRE

Il arrive ainsi que les successions de solo se resserrent. Dans les quatre-quatre, les instrumentistes alternent toutes les 4 mesures tout en continuant à respecter le cycle de 32 mesures. C'est souvent l'occasion de faire intervenir la batterie et la contrebasse. Lorsqu'un chorus est confié au batteur, il peut improviser librement, mais souvent il respecte la structure. Sur l'album Clifford Brown and vlax Roach,  “Delilah”, “Parisian Thoroughfare”, “Joy Spring” et “Jordu” comportent chacun un chorus de quatre-quatre avec la batterie à laquelle est confiée l'entièreté du chorus suivant.


STRUCTURE AABA
La structure de la plupart des standards et des compositions qui en sont dérivées est construite sur 32 mesures réparties en 4 phrases de 8 mesures et organisées selon les schémas suivants (chaque lettre désignant une phrase de 8 mesures) :
AABA (I Got Rhythm, The Man I Love, Body and Soul)
ABAC (All of Me, My Foolish Heart), avec des variantes possibles comme ABA'C (All of You) ou ABAB' (But Not For Me)
ABCD (April in Paris, Stella by Starlight), avec des variantes possibles comme ABCA' (All the Things You Are qui comporte en outre une queue de quatre mesures)
La structure la plus répandue est celle d'l Got Rhythm (AABA) que l'on appelle en France anatole de façon imprécise, ce mot désignant également la progression harmonique d’l Got Rhythm et plus exactement la cellule harmonique récurrente qui caractérise cette dernière (nous y reviendrons). Qu'elle emprunte les harmonies d'l Got Rhythm ou non, la forme AABA est constituée de 3 phrases A de mouvement harmonique identique et d'une phrase B qui correspond à un moment de modulation harmonique. S'il écoute en essayant de se représenter des couleurs, même le néophyte peut ressentir ce changement de couleurs dans Body and Soul par Coleman Hawkins (0'51-1'11, 2'11-2'31) ou, pour sortir du répertoire de la comédie musicale, Jordu de Duke Jordan par Clifford Brown (0'29-0'43, 1'24-1'37, 2'20-2'33). Aux États-Unis, on appelle bridge, middle part ou middle eight. En France, on l’appelle pont ou tout simplement B ( J’aimerais que la batterie entre sur le B»). Réécoutons Judy Garland et Ella Fitzgerald chanter I Got Rhythm:
A. I got rhythm., I I got music, I got my man. Who could ask for anything more?
A. I got daisies in green pastures, I got my man. Who could ask for anything more?
B. Old man trouble, I don’t mind him. You won’t find him ’round my door.
A. I got starlight, I got sweet dreams, I got my man.
Who could ask for anything more?

On remarque que « Who could ask for anything more?» est répété deux fois et constitue une “queue” de deux mesures supplémentaires. Cette queue propre à I Got Rhythm n'est jouée par les jazzmen que lorsqu’ils se réfèrent encore directement à la mélodie de Gershwin. Car très souvent, il ne reste de cette chanson que sa structure en 32 mesures débarrassée de cette queue. Écoutons Oleo par Miles Davis dans lequel l'absence de piano et de batterie sur le pont rend celui-ci particulièrement reconnaissable. Oleo est un “démarquage” de Sonny Rollins sur la grille d'I Got Rhythm. Cette pratique du démarquage est bien connue des boppers, mais elle est déjà courante avant eux comme le montrent Lester Leaps In (1939) d’après I Got Rhythm, Hotter Than That (1927) d'après le traditionnel Bill Bailey, les nombreux démarquages de Duke Ellington sur la grille de Tiger Rag (tel Braggin’ in Brass).


PERSISTANCE DU AABA DANS LE JAZZ MODERNE

Dans le jazz, les harmonies de I Got Rhythm sont pour partie tombées en désuétude. En revanche, la structure AABA continue à être fort fréquentée. Archétype du jazz modal, So What de Miles Davis est un AABA, tout comme le démarquage qu'en a fait John Coltrane, Impressions. Et même lorsque, sur ce morceau, il semble s’aventurer vers le free jazz, il continue à respecter la structure AABA tout au long du morceau. Dans la version du 22 octobre 1963, écoutons le solo de Coltrane en l'imaginant en couleurs et, sans nous cramponner à la mesure, repérons les changements de couleurs du B de chaque nouveau chorus:
5'23-5'29, 5'51-5'58, 6'19-6'26, 9-6'26, 6'47-6'53,
7'15-7'22,
7'43-7'49, 8'10-8'17, 8'38-8'45, 905-911, 9'31-9'38,
9'59-10'05, 1025-1032, 10'53-11'00.
Si Ornette Coleman dans ses improvisations s’affranchit totalement de la structure de ses compositions, certaines de ses compositions se réfèrent aux formes du jazz classique, telle Lonely Woman ou Forerunner (AABA).


LA STRUCTURE POÉTIQUE DU BLUES
La seule forme qui concurrence le standard en 32 mesures, c'est le blues en 12 mesures. Il correspond à une structure poétique en tercet (qui selon certains aurait une origine africaine). Écoutons Robert Johnson dans Ramblin’ on my Mind:
Vers Al. I got ramblin’, I got ramblin’ on my mind
(réponse de guitare)
Vers A2. I got ramblin’, I got ramblin’ all on my mind
(réponse de guitare)
Vers B. Hate to leave my baby but you treats me so unkind
(réponse de guitare)


LE BLUES EN DOUZE MESURES OU PLUS
À chacun de ces vers répond une phrase de guitare, appel du poète-chanteur et réponse de la guitare correspondant à 4 mesures, chaque couplet donnant une structure de 12 mesures. Ce tercet a pu faire écrire dans certaines histoires du jazz françaises que la structure du blues est une structure AAB. C'est vrai pour la structure poétique. Pour ce qui est de la structure harmonique, il faudrait plutôt parler d'une forme ABC que - sans rentrer dans le détail harmonique, nous y reviendrons une autre fois - l'on pourrait figurer ainsi
Do Do Do Do
Fa Fa Do Do
Sol Sol Do Do
De nombreux thèmes sont construits sur cette structure et ce mouvement général, même si le détail de leur contenu harmonique peut connaître enrichissements et entorses. Quelques exemples de blues en douze mesures de natures très variées : chez Count Basie (Swingin’ the Blues, The Kid From Redbank), chez Duke Ellington (The Mooche, Koko, Ad Lib on Nippon), chez Thelonious Monk (Misterioso), chez Mingus (Goodbye Pork Pie Hat), chez Wayne Shorter (Footprints). En revanche, n’essayez pas de reconnaître un blues dans Potato Head Blues de Louis Armstrong, il s’agit d'une alternance de chorus (ABAC) et de verse (AC). St Louis Blues de W.C. Handy alterne un blues en 12 mesures et une partie AA Sing me Softly of the Blues s’inspire de la couleur harmonique du blues, mais en néglige la structure. Il existe de nombreuses entorses à la forme académique du blues et de nombreux blues ont été écrits sur des structures allongées (Watermelon Man de Herbie Hancock, Careful de Jim Hall). Dans ses blues, Orriette Coleman prend de grandes libertés formelles qui rappellent les libertés prises par les artistes du blues rural. Ainsi, dans Ramblin’ on my Mind, Robert Johnson ne chante pas toujours exactement des couplets de 12 mesures. De même Blues Connotation d'Ornette est un blues en 11 mesures et demie, quant à Ramblin’ du même Ornette, il étire librement à chaque exposé la structure du blues hors d'un nombre de mesures régulier.


Nous remercions Jazz Magazine pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu’à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.

 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée



Retour a la liste des sujets