MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Assai, quatre siècles de musique

  p.r. par Claire Boisteau  MFA

Martin Kaltenecker est le directeur artistique du label assai, dernier-né du groupe M10. À l'occasion de la sortie prochaine du Livre pour Quatuor de Pierre Boulez par le Quatuor Parisii, il évoque son plaisir à présenter de beaux projets, sans étiquette ni spécialisation.

Martin Kaltenecker est le directeur artistique du label assai, dernier-né du groupe M10. À l'occasion de la sortie prochaine du Livre pour Quatuor de Pierre Boulez par le Quatuor Parisii, il évoque son plaisir à présenter de beaux projets, sans étiquette ni spécialisation.

MFA. Vous avez déjà une histoire dans l'édition phonographique, avec Accord et maintenant avec assai. Qu'est-ce qui vous incite à créer et recréer des labels de disques ?

Martin Kaltenecker. Ce n'est pas exactement une manie puisque je suis engagé pour le faire. Musidisc avait eu une très bonne expérience commerciale avec la quasi intégrale de la musique pour orchestre de Scelsi, au tout début des années quatre-vingt dix. Le groupe a donc décidé de mettre un peu d'argent dans la musique contemporaine et m'a chargé de le dépenser sous deux formes – une maison d'édition de partitions et une collection de disques – intitulées l'une et l'autre Una Corda. Cette expérience était dès son origine prévue pour dix ans. Or arrivant presque au bout de cette période, l'affaire a été vendue à Universal comme pour clore une sorte de cycle – la production d'une quarantaine de disques de musique contemporaine et d'une centaine de partitions. Voilà pour la préhistoire. Après cette vente, le groupe a recréé une structure de distribution et a décidé de poursuivre la production de disques classiques dans le cadre de deux collections : l'une, Ricercar, consacrée exclusivement à la musique baroque ; l'autre, baptisée assai, qui propose plus ou moins douze titres par an – selon les opportunités ou les montages financiers – et qui comprend nos propres productions, des coproductions ou des productions prises en licence. Dans cette moyenne de douze titres, nous produisons trois titres de musique contemporaine.

MFA. Vous travaillez donc en terrain connu ?

M. K. Absolument. M10 a sensiblement gardé la même équipe, notamment au niveau des forces de vente. Par ailleurs, M10 assure l'importation et la distribution de catalogues provenant de douze pays étrangers, avec des répertoires très divers dont le répertoire contemporain.

MFA. Vous considérez-vous comme un éditeur indépendant ?

M. K. Oui, nous débutons comme tout label naissant, en fonctionnant sur la distribution de catalogues de musiques autres que classiques. Un label classique n'a aucune chance de vivre essentiellement de sa production, sauf dans le cas d'une structure à deux personnes qui enregistrent dans un garage - ce qui se voit... Notre production est portée par la distribution de techno, de rap, celle des slows de l'été, du dernier titre de Zizi Jeanmaire...

MFA. Vous n'avez jamais envisagé de partir avec Accord ?

M. K. Non. C'est tout simple et la question ne s'est même pas posée : la société Universal, qui a racheté Musidisc, a décidé de garder les trois catalogues classiques –Adès, Accord et Adda– et de les développer avec le concours d'une équipe déjà en place.

MFA. Est-ce cette attitude d'indépendant qui vous permet de concrétiser vos choix artistiques ?

M. K. Je ne peux pas me comparer à un producteur classique qui travaillerait au sein d'une major. Si je gérais un budget de dix millions, je n'aurais certainement pas la possibilité d'en dépenser trois pour le contemporain. D'ailleurs, personne aujourd'hui en ce monde ne dépenserait trois millions pour la musique contemporaine. Je suis donc très heureux de travailler ainsi. Évidemment, réaliser cinq disques par an est mieux que d'en produire trois ; mais dix obligent aussi à accepter des projets dont on n'est pas totalement convaincu. On a toujours le fantasme "Jérôme Lindon" dans cette profession : faire peu mais faire ce qu'on aime à cent pour cent plutôt que de devoir gérer un grand catalogue où l'on est simplement à la recherche de titres pour faire tourner la machine.

MFA. Vous parlez beaucoup de musique contemporaine...

M. K. Oui. Pourtant, chez Accord jadis comme chez assai maintenant, ma priorité au quotidien est la musique baroque, ayant plus de titres que je sollicite ou que je reçois dans ce domaine-là. En fait, nous traitons toutes les musiques sans distinction de collection ni d'étiquette et la musique contemporaine fait partie intégrante de ce catalogue : assai est un label qui couvre plusieurs répertoires, dont la musique contemporaine. Chez Accord, notre production justifiait l'existence d'une collection pour la musique contemporaine ; chez assai, où nous produisons moins, cela reviendrait à faire une sous-collection. Je crois fondamentalement que c'est une bonne chose de ne pas dissocier la musique contemporaine du reste de la musique. Je n'aurais peut-être pas pris cette décision il y a dix ans mais maintenant...

MFA. Vous empruntez le terme italien assai. A-t-il une signification précise par rapport à votre label ?

M. K. Non. C'est toujours difficile de trouver un nom et si l'on n'en est qu'à moitié convaincu, on en oublie le sens au bout de dix jours –il suffit de relire dix fois un mot pour en perdre la signification. Nous avons pensé à MK12 puisque je m'appelle Martin Kaltenecker et que je produisais douze titres mais nous avons craint le procès. En feuilletant des partitions, nous sommes tombés sur allegro assai : assai veut dire "beaucoup", ce qui nous a semblé un bon choix vu que nous produisons peu de titres.

MFA. Comment est né le projet du disque Boulez que vous allez prochainement éditer avec le Quatuor Parisii ?

M. K. J'avais déjà réalisé trois disques sous le label précédent avec le Quatuor Parisii, qui s'est ensuite lancé dans une intégrale Milhaud chez Auvidis. Nos relations étaient très bonnes et ils savaient qu'il y avait chez moi une sorte d'écho favorable pour la musique contemporaine. Cela s'est fait comme ça. C'est évidemment passionnant d'avoir au catalogue un inédit de cette trempe et je suis très reconnaissant aux artistes de nous avoir fait confiance - ce n'est malgré tout que notre quinzième titre.

MFA. Ne craignez-vous pas une sorte de concurrence "déloyale" avec les autres labels sous lesquels Pierre Boulez est enregistré par ailleurs ?

M. K. S’il y avait “déloyalité”, on me l'aurait rappelée de tous côtés ! Pierre Boulez est bien sûr au courant du projet, dont l'initiative intellectuelle revient à Jean-Louis Leleu, professeur à l'Université de Nice et collaborateur très proche des Parisii. Il y a chez eux cinq une homogénéité de pensée tout à fait inhabituelle, que je n'ai jamais rencontrée ailleurs dans la profession ! Ils préparent leurs concerts et leurs enregistrements très longtemps à l'avance par des séances de répétitions dans des séminaires que Jean-Louis Leleu organise avec le soutien de son université et de la Fondation Henry Clews du Château de La Napoule. Les deux ou trois sessions de travail à la Fondation ont été indispensables à la réalisation de ce projet et enregistrer le Livre pour Quatuor d'une autre façon était impensable. C'était une sorte de résidence tout à fait confidentielle. Cette préparation a pris trois ans, au vu de la difficulté de la partition. Il faut savoir que les Parisii font de même pour Brahms, Beethoven, Milhaud : il y a fusion totale avec Jean-Louis Leleu, qui est miroir et renvoie aux Parisii un commentaire permanent – lui s'intéressant à des musiques difficiles comme Webern qui a fait l'objet de sa thèse ou Boulez, eux étant des gens qui aiment tout autant Fauré que Boulez. C'est un Quatuor à cinq – en tout cas, dans ce projet, c'est évident. Pierre Boulez a ensuite été impliqué dans l'affaire. Là, nous nous sommes heurtés à des problèmes d'édition : la partition avait été éditée chez Leduc assez rapidement à l'époque, pour une exécution – il y en a peu d'ailleurs dans toute l'histoire–, et a dû être à nouveau regardée au vu des esquisses qui sont à Bâle, à la Fondation Paul Sacher, et de corrections sur épreuves de Boulez. Ce fut un travail de bénédictin – tout à fait dans le goût de Jean-Louis Leleu – qui a profité à la fois à l'éditeur et au Quatuor. Le “cinquième homme” était nécessaire pour mettre en relief la structure sous-jacente de l'œuvre, qui serait restée incompréhensible sans cela. Dans un troisième temps, après l'accord du compositeur, il y a eu des répétitions. Pierre Boulez a été effaré par certains points qu'il avait pensés lorsqu'il était un jeune homme fougueux. Il a donc ralenti certains tempi, ce qui a déboussolé les musiciens, qui du coup n'ont pas exactement respecté ses indications... Tout ce travail, au sens douloureux et en même temps intellectuel du terme, donne non seulement un disque d'une grande beauté musicale mais aussi un document de référence exceptionnel.

MFA. De quand date cette œuvre ?

M. K. De 1949. Sur cinquante ans, on compte l'enregistrement de deux ou trois mouvements chez Adès et trois exécutions de cette œuvre complètement utopique. Les Parisii ont eux-mêmes failli abandonner l'œuvre à plusieurs reprises. Elle demande un tel effort !

MFA. Quels sont vos projets dans le domaine contemporain pour 2001 ?

M. K. Ce disque Boulez sera, en juin, notre deuxième publication. La première était dédiée à la musique de chambre de Philippe Manoury interprétée par l'ensemble Accroche-Note. C'était un projet fort intéressant : Manoury est plutôt connu pour des "grosses machines", électriques ou non ; là, nous pouvons entendre ce qu'il fait dans l'intimité d'une clarinette, d'un violon et d'un piano. En octobre, nous éditerons la musique de chambre de François-Bernard Mâche, également par Accroche-Note, puis, pour l'été 2002, l'opéra de Gérard Pesson Forever Valley. Ces deux titres reçoivent également l'aide de MFA. Nous accueillons enfin en licence deux disques de la collection "2e2m" qui étaient un peu en souffrance puisque produits et distribués par Concord, victime de la faillite de Musisoft : le premier disque de Laurent Martin et un programme Toru Takemitsu.

propos recueillis pour MFA par Claire Boisteau ©


 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée



Retour a la liste des sujets