MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Stéphan Oliva, le ciné-fils

  Lepin, Thierry  Jazzman, n°142, janvier 2008



De sa passion pour le cinéma, il a nourri son art. Après avoir revisité des musiques de film au piano et improvisé pour le cinéma muet en concert, Stéphan Oliva signe la musique des Liens du sang de Jacques Maillot, en salles début février.

Thierry Lepin : Vous avez enregistré deux albums en solo sur le cinéma en dix ans, Jazz'n (e)motion puis Ghosts of Bernard Herrmann. Aviez-vous un intérêt particulier pour les musiques de film ?
Stéphan Oliva : Non. Une bonne musique s'oublie en regardant le film. Jazz'n (e)motion était une série réunissant plusieurs pianistes, la plupart d'entre eux ont été chercher des musiques devenues depuis des standards du jazz. Moi, je voulais m'intéresser à des films, pas uniquement pour leur musique. Le solo me donne la possibilité de m'isoler avec le compositeur, d'être au plus près de sa démarche avant l'orchestration. Ensuite je cherche à restituer le climat général, simplement comme un spectateur parlant de ses émotions, mais en musique. Comme une source d'inspiration.

TL : Ces musiques ont-elles un sens en dehors du film ?

SO : La musique isolée est comme une sorte d'éponge pour la mémoire des sensations. Je peux m'imaginer que le spectateur a vu le film et je communique avec lui. Je m'impose aussi que la musique soit autonome et fonctionne avec quelqu'un qui ne connaît pas les films. Je trouve intéressant de jouer ces musiques en concert car on les défragmente, on leur redonne une envergure musicale. Les reprendre au pied de la lettre, diriger la partition est une erreur totale. Mais je pense que la musique de film est sous-utilisée : c'est une mine d'or de thèmes, une banque de nouveaux standards pour les jazzmen.

TL : Ghosts of Bernard Herrmann s'écoute comme un portrait du compositeur, avec des interprétations très personnelles, notamment le thème de Taxi Driver, beaucoup plus sombre que l'original...
SO : Ce qui m'a intéressé, c'est le chemin qu'a parcouru Bernard Herrmann : du prélude de Citizen Kane au thème de jazz de Taxi Driver, sa dernière musique. Il est mort avant la sortie du film. Mon idée était de jouer le bouillonnement de Citizen Kane, et de laisser consumer ce feu jusque dans les cendres de Taxi Driver. Dans ce film, la musique n'est jamais développée avant le générique de fin, simplement énoncée à plusieurs reprises. Je ne pouvais pas jouer ce thème en faisant fi de toute la dramaturgie du film.

TL : Vous avez composé plusieurs musiques pour le cinéma muet, notamment celle du classique de G. W. Pabst, Loulou. Quelle a été votre approche ?
SO : De manière générale, j'ai mes bases musicales, mais j'aime repartir de zéro pour chaque projet. Je fuis la notion de métier. J'essaie toujours de considérer le sujet comme une source inspirante. Je me suis imprégné de Loulou, de sa forme, et cela est devenu ma partition. J'ai fait mon enquête dans des directions intuitives, même parfois irrationnelles... Je cherchais à retrouver le charme de l'époque du film, et puis j'ai pensé à un musicien, Bix Beiderbecke, qui ressemblait à l'un des personnages, donc je me suis inspiré de sa musique. Pour un autre personnage, je me suis référé à l'opéra d'Alban Berg Lulu. Mon idée était de glisser en douceur d'une musique qui a la coloration des années 1920 à des éléments beaucoup plus contemporains, moins de façon illustrative qu'introvertie. Je prépare des structures, et ensuite je réalise la musique de façon complètement improvisée. Je suis presque une marionnette actionnée par les personnages et le déroulement du film. Sur scène, face à l'écran, j'avais même l'impression d'être dans le film.

TL : Pour Les Liens du sang, quelle était la demande du réalisateur, Jacques Maillot ? Quelles étaient vos références ?
SO : Nous avions déjà travaillé ensemble sur un précédent film, Froid comme l'été, pour lequel il avait voulu une musique inspirée de mon travail en piano solo... En fait, il m'avait contacté car il écrivait le film en écoutant mon album Jazz'n (e)motion. Pour Les Liens du sang, j'ai eu carte blanche. Il m'a envoyé le scénario, j'ai commencé à avoir des idées, puis j'ai été invité à une journée de tournage, j'ai vu les premiers rushes du film. C'est un polar qui se déroule dans les années 1970-1980 (1), donc j'ai regardé des films qui se situaient à la même époque : Conversation secrète de Francis Ford Coppola ou Le Cercle rouge de Jean-Pierre Melville. Mais aussi le Van Gogh de Maurice Pialat, car Jacques Maillot voulait une valse pour une scène au bord de l'eau. On n'entend aucune influence de tous ces films, mais cela nourrit la musique.
Au final, il y a beaucoup de mélanges de styles. Pour la formation (2), j'ai voulu une instrumentation typique, avec un Fender Rhodes, une guitare... Sans que cela soit un cliché. Des deux frères de l'histoire, j'ai associé l'un à une texture rock –une première pour moi– l'autre personnage est plus romantique, la musique plus introvertie. J'ai aussi écrit un thème assez nostalgique qui revient systématiquement lorsque les deux frères sont ensemble, souvent utilisé en opposition avec l'action. Ëcrire une musique de film, c'est tisser des liens, construire une toile psychologique très forte. Je me suis imbibé du film, j'en rêvais toutes les nuits. Et je me réveillais le matin avec des idées... Cela ne m'arrive pas habituellement.

TL : De l'écriture au montage, comment avez-vous travaillé ?
SO : C'était un travail collectif, avec le réalisateur et la monteuse. On se retrouvait pour faire des essais avec des musiques que j'avais pré-enregistrées. Presque rien de ce que j'avais écrit au début n'était convaincant. Après une première projection, je suis reparti de zéro. J'ai beaucoup aimé chercher ce qui fonctionne, ce qui est vraiment utile au film. Cela ne suffit pas d'avoir des conceptions, il faut les mettre à l'épreuve. C'est un film à tiroir, un puzzle qui se met en place petit à petit... Donc le montage a souvent changé. Le plus difficile a été d'écrire des thèmes de quarante secondes ; on est obligé de travailler dans la construction, avec la mémoire de l'auditeur.

TL : Était-ce frustrant de chercher ainsi l'impact de la musique, alors que dans votre écriture habituelle vous aimez travailler sur la lenteur ?

SO : Curieusement, je suis arrivé au même résultat par une voie différente. Les thèmes me sont vraiment personnels, je m'y reconnais complètement. Je n'ai ressenti aucune frustration, plutôt la peur de ne pas y arriver. Jusqu'au dernier moment, j'étais dans l'expectative. Je flippais à chaque projection, car je ne savais pas si j'avais trouvé les bons thèmes. Un travail passionnant, car j'ai plus l'impression d'avoir fait du cinéma que de la musique.

TL : Le cinéma a-t-il eu une influence sur vos projets purement musicaux ?
SO : Oui et non. Lorsque j'ai enregistré Itinéraire imaginaire en quintette, j'ai pensé à le construire comme un film ou livre, avec un thème qui revient en préface et postface. Lorsque j'ai consacré un album solo à Paul Auster, c'était comme écrire une musique de film, la musique intérieure du lecteur. Mais cela était avant que je travaille directement pour le cinéma ...

TL : Que retenez-vous de ces expériences ?
SO : L'intérêt est la remise en question permanente. D'un film à l'autre, c'est par définition une nouvelle histoire à chaque fois. Et il n'y a pas une musique de film, mais mille possibles. C'est le domaine le plus ouvert, tout peut arriver, tout peut avoir un sens. Ce n'est pas le cas dans le jazz, avec un trio piano-contrebasse-batterie par exemple, qui obéit à une certaine logique. Aujourd'hui, je suis en manque de "jouage". Je voudrais revenir au trio, et jouer ce que j'ai envie sur le moment, que ce soit l'acte V de Lulu ou une musique de film... comme une source d'inspiration. Le public viendra pour entendre mon univers dans sa globalité. Si ce travail au cinéma m'a influencé, c'est dans cette recherche de liberté.


(1) Lyon, à la fin des années 1970. François, inspecteur de police, apprend la sortie de prison de son frère, Gabriel, qui vient de tirer dix ans pour meurtre. Le film raconte l'histoire de leurs retrouvailles.
(2) Jean-Marc Foltz (clarinettes), Jeroen Van Herzeele (saxophones), Bert Dockx (guitare), Stéphan Oliva (claviers), Sébastien Boisseau (contrebasse) et Éric Thielemans (batterie).

au micro : Thierry Lepin

Nous remercions Jazzman pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu'à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.

 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
Stéphan Oliva, Jacques Maillot, Thierry Lepin, Jean-Marc Foltz, Jeroen Van Herzeele, Bert Dockx, Stéphan Oliva, Sébastien Boisseau, Éric Thielemans, Thierry Lepin, Jazzman


Retour a la liste des sujets