MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Un Pedron peut en cacher un autre

  Jonathan Duclos-Arkilovitch  Jazzman, 151, mars 2009

Après l'impact de son aventure new-yorkaise qui hier l'avait couronné héros de l'alto néo-bop, le sax breton revient au-devant de l'actualité avec un album électrique, entouré de sa fidèle équipe et de compositions imbibées de rock anglais. Une rupture ?

La rumeur courait depuis quelque temps, comme un scoop de magazine people, comme un secret mal gardé. "Tu es au courant ? Tu connais la nouvelle ? Pierrick Pedron change de crémerie, il paraît que son nouvel album vire au rock anglais. Pire : à la pop, avec guitare saturée, clavier électrique et tout le bazar." À en entendre certains, c'était comme si Martial Solal s'était mis au hip-hop. Ou comme si Claude Bolling décidait de faire un hommage à John Zorn. Virage à 200 degrés. Dans les mois qui ont précédé sa sortie, on en a entendu des vertes et des pas mûres au sujet du futur Omry. Avant le spectre brandi des Pink Floyd et consorts, il avait d'abord été question d'un disque de ballades sur fond de percussions cubaines ! Ce n'est pas tant le buzz autour de son nouveau projet - signe que la cote de l'intéressé a bien grimpé en flèche et que ses faits et gestes attisent maintenant une vraie curiosité - que le contenu des réactions des uns et des autres qui pose question. Un mélange d'excitation et de méfiance. Marrant, pour une famille musicale qui prône - comme des versets de sa Bible -  l'ouverture d'esprit et la liberté de pensée, cette phobie du cross over et ce dogmatisme, cette défiance prématurée, et ces remous exagérés - y compris de la part des éminences du jazz le plus ouvert - autour d'un virage qui, on va le voir, n'en est pas vraiment un. Et quand bien même il y aurait virage ? Le jazz se serait-il autant fermé sur lui-même qu'il suspecte l'un de ses artisans au moindre de ses écarts esthétiques, l'obligeant à se justifier avant même de fouler la scène ? Aurait-il la mémoire si courte, n'aurait-il pas tiré les leçons du passé ?
"Il n'y a pas eu d'étape intermédiaire, c'est vrai, entre "Deep in a Dream", en quartet, autour des standards, et celui-ci, plus électrique, à la veine rock, sur des compositions. C'est un peu brutal comme raccourci, je le reconnais. Je vois déjà d'ici la tête d'une partie du public qui vient m'écouter en club, notamment les fans de bebop. Je les entends déjà dire : mais quelle mouche l'a piqué ? Pourtant Omry n'est pas un disque de rupture, ni une métamorphose, bien au contraire. J'aimerais qu'ils le comprennent. Il s'inscrit parfaitement dans la continuité de qui je suis."
Qui est Pierrick Pedron au fond ? Selon Jacques Denis, juste "un quadragénaire à l'écoute du monde, qui féconde naturellement la diversité esthétique qui l'habite". En clair : au chapitre des influences, c'est le grand déballage. Jeu des sept familles. Enfant du musette et des fest-noz, il est aussi un enfant du jazz et du rock. Des bals du dimanche à l'alto, en Bretagne, avec l'Avenir d'Armor (l'orchestre familial) aux sessions ''binouze'' et guitare électrique dans un garage, en passant par les bancs de l'école du CIM à Paris, jusqu'aux Nuits Blanches de la Rue des Lombards. C'est tout cela Pierrick Pedron. La pluralité d'un gamin né en 1969. Bowie qui rencontre Bird, qui rencontre P-Funk, David Gilmour, Yes, The Cure, David Sanborn, David Binney, etc. C'est aussi l'Orient, celui de sa femme Meriem, d'origine algérienne, celui d'Oum Kalsoum, la "quatrième pyramide" dont on entend la voix samplée pendant un court passage dans le disque. Référence presque subliminale. Omry signifie "ma vie", déclinaison d'une des chansons de la diva égyptienne, Emta Omry (Tu es ma vie), dont il dé- tourne ici à la fois le titre et la mélodie, celle qui flotte sur quatre de ses morceaux, récurrente, entêtante, tel un fil conducteur. Difficile de comprendre la petite "mécanique à Pierrick" sans parler de ses potes, de sa tribu. Son fan-club. "Parce qu'il est attachant, généreux, sincère, parce que c'est un mec bourré de talent, Pierrick a cette faculté de fédérer autour de lui des forces de travail très constructives, multiples. Faire participer son entourage proche à son évolution personnelle, en confrontant les idées et conseils de chacun, sans froisser personne, et sans arrière-pensée, c'est fort. Et cela a particulièrement marché pour ce tout dernier album." Sébastien Vidal, le monsieur jazz de TSF sait de quoi il parle. Dans Omry, plus que dans n'importe laquelle de ses productions, la garde rapprochée du Breton s'est surpassée. Foutu jeu d'équilibre et travail d'équipe, en confiance, entre Vidal au brainstorming, qui a donné l'impulsion électrique, Vincent Artaud l'ami de toujours (aux côtés de qui il s'était déjà fait remarquer à La Défense en 1996) à la contrebasse et à la postproduction, mais aussi Laurent Coq au piano et aux arrangements, Éric Legnini à la prise de son (un dispositif sur mesure imaginé au studio Ferber à Paris) et aux incrustations sonores avec des re-recording d'orgue et de Fender Rhodes... Mais aussi Fabrice Moreau et Franck Agulhon, les deux drummers, mano a mano, enrôlés l'un à côté de l'autre parce qu'il ne voulait pas avoir à choisir entre eux. L'arrivée d'un guitariste rock dans cette galaxie - le Belge Chris de Pauw, une trouvaille d'Artaud, au jeu aérien et millimétré - complète le tableau et donne toute sa dimension à cette superproduction aux allures de choc des cultures. Tous ces personnages, amis, famille ou héros, habitent sa musique, qu'il le veuille ou non. Qu'est-ce qui fait courir Pierrick ? Les mélodies. D'où qu'elles viennent. Il en est dingue, il les respecte plus que tout. Elles sont le poumon de sa musique et de ses compositions. Classical Faces déjà, le premier album chez Nocturne, ne manquait pas de clins d'œil à la pop, tant dans les arrangements que dans le choix des mélodies. Son premier morceau, Pink, n'était-il pas un hommage non dissimulé au groupe de Roger Waters ? Et les huit premières mesures de sa version de Change Partners, dans l'album qui a suivi ? Un emprunt à un morceau des Floyd.

Le jeu de la surprise
Avec le succès de "Deep in a Dream" - 6000 exemplaires vendus en France, mais surtout un carton médiatique et scénique, 150 concerts un peu partout -, le jeune leader est bien passé un cran au- dessus. Dans la première division du jazz hexagonal. Avec ce disque de standards gravé à New York en compagnie d'une rythmique historique, point d'orgue d'années et d'années passées à se peaufiner un son dans les clubs de la capitale, il a cristallisé sur lui, sur ce jeu d'alto véloce et goulu, tous les espoirs et les frustrations des amoureux du bop. Difficile de leur jeter la pierre. "Pour Pierrick, le bop et les standards sont davantage une source qu'un destin. [...] Son disque est la promesse d'un artiste animé de mille désirs." Frank Bergerot avait vu juste dans le portrait qu'il lui avait consacré en septembre 2006 dans Jazzman.
Trois ans après, les nouveaux désirs se sont concrétisés. Pas forcément là où on l'attendait. Tant mieux. À la limite, il aurait pu se contenter de reprendre à sa sauce une poignée de gros hits pop-rock, comme on fait souvent dans le jazz actuel. Mais non. Surtout pas. Trop évident, trop confortable. Il lui a fallu justement se faire violence et écrire, exprimer ce qui était enfoui en lui, aller au bout de ses choix et de ses envies. Quitte à prendre tout le monde à rebrousse-poil, quitte à douter en sautant dans le vide, presque sans parachute. Mais avec le soutien d'un groupe d'amis soudés comme jamais, qui parlent d'une même voix, trépignant comme des mômes, en attendant les premiers gigs. C'est pour cela que Omry est réussi et qu'il touche, évitant les fautes de goût, les fusions indigestes. Il parle de ce qu'il connaît. Il y est question de sincérité, de "jusqu'au-boutisme", de sens. Pas d'''ego trip", pas un album de saxophoniste. Entre néo-bop, rock psyché, arabesques et ballades atmosphériques, les dix titres racontent une même histoire (collective), ils sont faits du même bois. Côté pile : une tension, une énergie palpables, des passages sombres, minimalistes et dark empruntés au meilleur du rock british. Côté face : une tendresse folle, une douceur, la sienne, un souffle lyrique et flamboyant, celui de son sax Selmer. Celui du jazz. Yann Martin, son producteur pour le label Plus Loin (ex-Nocturne) ne cache pas son admiration. "Pierrick a fait un énorme boulot, et c'est une belle surprise. Ses compositions lui ressemblent : mélodieuses, nostalgiques, parfois romantiques, d'une grande sensibilité. C'est un disque de jeune papa (son fils Osman, n'a pas encore deux ans), pétri de tendresse et de nostalgie, bourré d'optimisme. Un beau disque de jazz pop, bien pensé, inspiré, qui évite les clichés, et dans lequel il tire le meilleur des deux genres."
Au rêve de gosse d'enregistrer dans la Mecque du jazz à New York, entouré de vieux cadors du chabada, a succédé un désir d'adolescent : celui de l'album pop, dans son cocon, avec une pochette bien énigmatique, où son nom de famille diminué du prénom est collé au nom du disque (Pedron Omry), avec un clip vidéo, des images créées pour l'occasion et des jeux de lumière sur scène. Pas de quoi en faire une histoire. Le lauréat 2006 du prix Django-Reinhardt assume et ne renie rien. "On ne fait pas des disques pour plaire à ses potes ni forcément à ceux qui aiment sa musique à un moment donné. Le bop, les clubs, c'est ma famille de cœur. Je continuerai toujours à les fréquenter. C'est d'ailleurs pour cela que j'ai tenu à faire la sortie officielle de l'album au Sunset à Paris. Mais sur ce disque-là, j'avais besoin d'exprimer autre chose, de ne pas m'enfermer, donc de prendre des risques. On verra si ça plait ou pas, mais au moins j'aurais la satisfaction d'être allé au bout de mon trip. Faire de la musique, c'est déjà prendre des risques. Et puis, d'un disque à l'autre, le lien, c'est mon sax, non ? N'est-ce pas le même bonhomme qui joue ? Je n'ai pas envie de me justifier sur le fait que ce soit du jazz ou pas. Chacun a sa propre définition, date et étiquette. Ce n'est pas mon problème. Un siècle après, on peut quand même être capable d'en offrir une vision plus globale et associer cette musique à d'autres styles. Je ne suis pas le premier et encore moins le dernier. Toute l'histoire du jazz est ainsi composée."

au micro : Jonathan Duclos-Arkilovitch

Nous remercions Jazzman pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu'à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.

 
Pierrick Pédron Omry
avec : Franck Agulhon, Vincent Artaud, Laurent Coq, Chris de Pauw, Éric Legnini, Fabrice Moreau, Pierrick Pédron
plus loin music - 2009 - ref : PL4512

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
Pierrick Pedron, Vincent Artaud, Laurent Coq, Éric Legnini, Fabrice Moreau, Franck Agulhon, Chris de Pauw, Jonathan Duclos-Arkilovitch


Retour a la liste des sujets