MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Éric Le Lann : I Remember Chet

  Jackson, Jean-Pierre  Classica, 150, mars 2013

La Presse a aimé :
Jean-Pierre Jackson Classica mars 2013 n°150
Témoignage d'Éric Le Lann Jazz Magazine Jazzman mars 2013 n°647
Philippe Vincent Jazz Magazine Jazzman (Choc Jazz Magazine Jazzman) avril 2013 n°648


Classica, mars 2013, n°150
Jean-Pierre Jackson


Dix des onze thèmes choisis pour rendre hommage à Chet Baker sont des standards illustrés plus ou moins fréquemment par le trompettiste disparu à Amsterdam il y a déjà vingt-cinq ans. La formule instrumentale retenue est judicieuse, celle-là même avec laquelle Chet grava certains de ses plus beaux 
disques : avec seulement une guitare (Doug Raney en particulier) et une contrebasse. L'esprit chambriste, serein, le climat détendu propres à cette conception de la musique sont particulièrement bien restitués, Eric Le Lann témoignant d'une couleur de timbre et d'une maîtrise d'élocution qui, si elles évoquent parfois davantage Clifford Brown que Chet, créent des moments d'une simple et limpide beauté. Le soutien apporté par la contrebasse de Gildas Boclé est impeccable de justesse et 
de rondeur, la guitare de Nelson Veras apportant sans faillir le soutien harmonique indispensable, ses interventions solistes relevant toujours d'une musicalité et d'une finesse de toucher admirables. Si l'on se surprend parfois à attendre que la voix si particulière de Chet s'élève au tournant d'un chorus, cela témoigne assez de la sincérité et de la majesté de cet hommage charmeur.
Jean-Pierre Jackson

Nous remercions Classica pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu'à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.

 

Jazz Magazine Jazzman mars 2013 n°647
témoignage d'Éric Le Lann


À l'occasion de la parution de son disque en hommage à Chet Baker, "I Remember Chet", Éric Le Lann a ouvert sa boîte à souvenirs et couché sur papier ses belles années passées aux côtés du trompettiste disparu voici vingt-cinq ans.

La première fois que j'ai rencontré Chet Baker, c'était chez Aldo Romano en 1982. On était en train de déjeuner et Chet ne disait pas un mot. Après le repas, nous sommes montés dans la pièce à musique et Michel Graillier s'est mis au piano. Chet somnolait sur le sofa et j'ai commencé à jouer en duo avec Michel, tout en observant Chet du coin de l'œil. Pendant le deuxième morceau, il a commencé à ouvrir très lentement l'étui de sa trompette puis, alors qu'on entamait le troisième thème, il a refermé une à une les serrures de la boîte.
Je connaissais bien les deux premiers thèmes mais pas du tout le troisième et j'ai vite compris que c'était pour ça qu'il refermait son étui... J'ai lancé à Mickey le titre d'un morceau qui m'était familier. Lentement, les serrures se sont rouvertes. Toujours aussi lentement, Chet s'est levé et a commencé à jouer. Il a ensuite sorti de nouvelles partitions qu'il avait rapportées d'Italie - il rentrait d'une tournée - et a proposé qu'on les déchiffre tous les trois. Il lisait très bien la musique et on a joué le premier thème à l'unisson. J'ai pris le premier solo en lisant les harmonies écrites sur la partition, mais quand est venu son tour, surprise : Chet s'est tourné de façon à ne plus voir les notes écrites. C'était un morceau difficile, avec des accords compliqués. Il a pris comme ça une vingtaine de chorus, et au début j'étais très étonné d'entendre toutes ses fautes d'harmonie. Mais en fait il se familiarisait avec la couleur du morceau. Au dixième chorus c'est devenu audible ; au vingtième c'était du pur cristal ; vraiment génial ! Sa façon de faire était très intelligente, car une fois qu'il avait le morceau dans l'oreille il ne l'oublierait plus jamais. Il s'en imprégnait progressivement et le morceau n'était plus une suite d'accords mais un tout qu'il s'était entièrement approprié. Bref, je n'avais jamais vu quelqu'un travailler ainsi des morceaux compliqués : sûr qu'il fallait une oreille particulièrement fine. Nous avons passé l'après-midi à déchiffrer de nouveaux thèmes, et chaque fois c'était la même façon de faire.
 
UNE EXTRÊME PUDEUR Dans le film de Bertrand Tavernier, Autour de minuit, Chet devait jouer un thème d'Herbie Hancock avec Herbie au piano - c'est le morceau qui passe sur l'électrophone que met en marche François Cluzet dans une scène du film. Ce jour-là, j'étais dans le studio de tournage mais je n'ai pas assisté à l'enregistrement. Je me rappelle seulement la tête d'Herbie, après la prise, qui disait à tout le monde : « C'est incroyable, c'est incroyable. Chet a tout joué d'oreille, et ce qu'il a fait est monstrueux ! » A l'époque c'est ainsi que j'interprétais les choses. J'ai appris ensuite, en lisant le témoignage d'un musicien très proche de lui, que Chet ne connaissait pas du tout l'harmonie : aucun accord. Pour moi c'est encore plus fort...
Ensuite, pendant une semaine, Chet a résidé chez Michel et Micheline Graillier, à La Garenne-Colombes. Michel m'appelait tous les jours : « Viens jouer, viens jouer, Chet est là. » J'avais vingt-trois ans et je ne me faisais pas prier. Je voyais donc Chet assez souvent, et nous avons sympathisé. De temps en temps, lorsque je jouais en club, il venait faire le bœuf. J'allais aussi souvent l'écouter, notamment au Petit Opportun. Un soir, tard, tandis que l'on marchait dans les Halles, je lui dis que trois trompettistes m'avaient fortement influencé : Miles Davis, Clifford Brown, et lui. Là j'ai senti une émotion passer sur son visage. Son œil a brillé et j'étais tout retourné que ça le touche à ce point. Je l'ai toujours vu comme une âme ultra-sensible, mais ça tout le monde le sait : il suffit de l'écouter jouer. Il était également d'une extrême pudeur, il ne disait presque rien, tout se lisait dans son regard, d'autant plus qu'il te parlait droit dans les yeux. Il avait quelque chose de vraiment touchant - comme sa musique -, un mélange de vulnérabilité et de force. Il était maigre, avec l'ossature d'un paysan de l'Oklahoma, et il dégageait paradoxalement une impression de grande force physique.
 
CHANTER COMME LA VOIX Musicalement, c'est sa dernière période que j'ai vraiment préférée, les dix dernières années, l'époque qui le voit se forger un style vraiment à lui, qu'il n'avait pas - selon moi - dans ses années de jeunesse où son concept était trop proche de celui du Miles des années 1950. C'est après ses problèmes de dents (il s'était fait casser la mâchoire à la fin des années 1960, à San Francisco, et il avait arrêté de jouer pendant plus de deux ans) qu'il s'est forgé un style totalement à lui en développant dans les graves un phrasé unique en son genre et un sens du silence encore plus prononcé qu'auparavant. Il avait aussi un timing hors du commun, une façon extrêmement précise de poser ses notes sur le temps, de sorte que ses phrases sont rythmiquement fabuleuses, ni derrière ni devant le temps : de la broderie au millimètre. C'est ce sens mélodique qui nous fait retenir ses solos si facilement. Ça fait parfois penser à Bach. Il pouvait aussi jouer à des vitesses vertigineuses, toujours en phrasant, sans user de subterfuges comme les gammes chromatiques. Il n'a jamais perdu de vue que la musique doit chanter comme la voix, et pour ça il faisait des phrases : sans doute ce qu'il y a de plus difficile à faire ...

SANS UN REGARD Un soir, je jouais au Petit Op' et Chet arrive avant le premier set. Il me demande s'il peut jouer et descend au sous-sol avec sa trompette attendre le début du set. Juste avant de commencer, on me présente un musicien noir américain très connu à New York comme premier trompette de pupitre. Il voulait jouer aussi et je lui demande simplement d'attendre le dernier set pour se joindre à nous. Je descends donc au sous-sol pour commencer la soirée, et là, qu'est-ce que je vois ? Mon trompettiste américain qui dévale l'escalier, sort sa trompette, et dès que j'ai eu terminé mon solo qui entame une série de chorus dans le suraigu. La cave était bondée, les gens se sont levés pour l'applaudir. Chet était à cinquante centimètres de moi sur un tabouret, tête baissée, se faisant tout discret... Un deuxième morceau, puis un troisième, et toujours l'autre en supersonique. Avec Chet, nos regards se croisaient de temps en temps... C'est alors que pendant un solo de piano, l'autre - qui n'avait jusque-là joué qu'entre le contre-ut et en bi-contre-ut - s'aperçoit tout à coup : « Chet ! Qu'est-ce que tu fais là ? » Chet ne répond rien. L'autre se décompose puis essaie de jouer normalement, en phrasant, ce qu'il ne savait manifestement pas très bien faire. Privé de son suraigu, il ne se passait plus grand-chose. Le set se termine, tout le monde remonte. Chet n'avait pas joué et il est reparti sans même un regard pour le premier-trompette-de-pupitre-de New-York...

MAL DE VIVRE C'est vers trente ans que Chet est vraiment tombé dans la drogue, dans l'héroïne. Ce qui est étrange c'est que quand je l'ai connu je ne le voyais pas comme quelqu'un de drogué. Il était bien plus lucide que la plupart d'entre nous. Il ne buvait pas, fumait très peu, mangeait aussi peu, et semblait parfaitement sain. Sans doute parce qu'il avait l'esprit très clair, très lucide. C'est paradoxal, mais pour moi il incarnait la rigueur que j'entendais dans ses improvisations. Une fois, au Magnetic Terrace, un club des Halles de l'époque où Michel [Graillier] et moi étions passés faire un tour pour l'écouter, je dis à Michel : « C'est curieux, on dirait que Chet nous fait la gueule. » Michel me répond : « Il n'aime pas quand les gens ont trop bu... » Sur le coup j'ai trouvé ça surréaliste ! En fait, il n'aimait pas que les gens, y compris lui, perdent le contrôle d'eux-mêmes. Dans un petit film réalisé à Londres, il dit une phrase qui est peut-être très révélatrice de son mal de vivre, elle passe en voix off à la fin d'un morceau : « La vie ne vaut pas d'être vécue sans amour. » Peut-être ne croyait-il pas en l'espèce humaine et avait-il choisi de s'enfermer dans l'héroïne. Sa musique sonnait comme un appel au secours auquel il n'attendait pas de réponse. Je crois que pour lui seule la beauté donnait du sens à la vie, une forme de pureté qu'il est impossible de trouver dans la vie. L'amour de la musique était sans doute tout ce qu'il attendait de l'amour.

RÊVE AMÉRICAIN Il y a eu aussi des moments plutôt drôles. Un jour qu'on dînait au Châtelet, il me demande si je connaissais un écrivain qui s'appelait Françoise Sagan. Je lui réponds : « Bien sûr, c'est la romancière française la plus connue. » Il me dit alors: « Les gens sont fous, elle m'a donné 3.000 dollars pour que je lui parle de moi. C'est insensé, non ? » Je suppose que Sagan a dû être surprise par son mutisme ! Peut-être voulait-elle seulement le rencontrer ? Pour en revenir à la drogue, je ne songe aucunement à faire de Chet une sorte de saint. J'avais un ami qui jouait avec lui, et il arrivait que Chet le paye en stupéfiants. Le truc fou, c'est que cet ami a fait trois fois un arrêt cardiaque, chaque fois réanimé par Chet, lequel n'arrêta pas pour autant de le fournir. Le côté pervers des junkies est bien connu, et Chet n'y échappait pas. Les quatre dernières années de sa vie, je ne le voyais plus mais je savais par Micheline Pelzer - la femme de Michel Graillier - qu'il allait de plus en plus mal. Il aurait même parlé, à la fin, de se faire une over-dose. Une des dernières fois qu'on s'est rencontrés, il m'a confié que son rêve était de retourner aux États-Unis et d'apprendre à des enfants - qu'il aurait lui-même choisis - à jouer de la trompette. Sans doute une façon de dire qu'il n'en pouvait plus de toutes ces tournées et ces concerts souvent mal payés qu'il n'arrêtait pas de faire pour se procurer de la drogue...

CODA S'agissant de sa mort, comment peut-on s'imaginer (comme l'ont fait certains) que quelqu'un qui s'injecte trois fois par jour de l'héroïne (il suffisait de forcer la dose pour y passer) va se suicider en sautant par la fenêtre ? J'ai toujours trouvé ça absurde. Michel, quant à lui, pensait que n'ayant pas pu payer sa chambre d'hôtel et voulant récupérer sa trompette pour jouer ce soir-là comme prévu, il avait dû décider d'escalader la façade. On a retrouvé des produits stupéfiants dans sa chambre, mais sa trompette y était-elle ? Je vois mal le patron de l'hôtel nous renseigner sur ce point, car si tel était le cas il serait responsable de la mort de Chet. Mais je l'imagine assez bien escaladant la façade et lâchant prise involontairement, ou faisant un malaise et tomber. D'ailleurs, à ce qu'on a dit, la fenêtre n'était qu'entrouverte et c'était une fenêtre coulissant verticalement comme il y en a en Hollande. On ne se balance pas par la fenêtre en prenant soin de la refermer avant de sauter...

Repères :

1957 Naissance le 4 novembre à Plœuc-sur-Lié (Côtes d'Armor)
1965 Commence la trompette avec son père, trompettiste amateur
1977 Installation à Paris
1983 "Nightbird" (JMS), avec Olivier Hutman, Cesarius Alvim et André Ceccarelli
1985 Joue dans Autour de Minuit de Bertrand Tavernier
1989 "New York", avec Mike Stern, Louis Winsberg et Paco Sery
1996 Commence à jouer avec Archie Shepp
2006 Retour au jazz électrique avec Jannick Top
2008 Enregistre à New York avec David Kikoski, Doug Weiss et AI Foster

Nous remercions Jazz Magazine Jazzman pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu'à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.

 

Jazz Magazine Jazzman (Choc Jazz Magazine Jazzman) avril 2013 n°648
Philippe Vincent


Eric Le Lann a visité bien des univers musicaux. D'abord adoubé bopper au sein du quintette de René Urtreger, il s'en alla rejoindre le quartette d'Henri Texier avant de tenter l'aventure de la fusion. Depuis le début des années 90, il multiplia ou renouvela les rencontres (Martial Solal, Jean-Marie Ecay, Archie Shepp, Jannick Top), tout en prenant parfois des chemins de traverse. Cet éclectisme en incita plus d'un à qualifier son parcours d'inconstant, là où d'autres trouvent la recherche de nouveaux territoires à explorer. Il n'est donc pas étonnant de le voir aujourd'hui rendre hommage à un musicien dont il peut se rapprocher par la sensibilité si ce n'est par le style. Passé le moment d'agacement à la vue de la jaquette où une belle photo de Christian Ducasse installe Chet Baker comme la vedette (dont on "fête" cette année le 25e anniversaire de sa mort), il faut bien reconnaître qu'Eric Le Lann nous bluffe dans cet exercice. Dès For Minors Only, le trouble s'installe tant l'esprit de Le Lann est proche de celui de Chet sans jamais tomber dans le mimétisme. Jusqu'à la fin, la musicalité et la maîtrise de l'instrument nous rappellent ce dont ce trompettiste est capable : du meilleur ! Peut-être sa complicité, vieille de plusieurs années, avec Nelson Veras a-t-elle induit la magie qui se dégage de ce disque. Une fois de plus le guitariste brésilien apparaît comme descendu d'une autre planète, celle où Miles, Jobim et Villa Lobas trinqueraient à l'universalité de la musique. Ses solos (I Should Care, Summertime. Zingaro) nous rappellent quel OVNI de la guitare peut être ce musicien habité par une douce folie. Sans oublier le rôle impeccable de Gildas Boclé à la contrebasse (même si le mixage le rend trop présent), voilà un album extrêmement attachant. Philippe Vincent

Nous remercions Jazz Magazine Jazzman pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu'à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.

 
Éric Le Lann I remember Chet
avec : Gildas Boclé, Éric Le Lann, Nelson Veras
bee jazz records - 2013 - ref : BEE 057

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
Eric Le Lann, Gildas Boclé, Nelson Veras, Nelson Veras, Gildas Boclé


Retour a la liste des sujets