MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Entretien avec Thierry Pécou

  Baron, Nicolas  Diapason, 579, avril 2010

Diapason avril 2010 n°579 propos recueillis par Nicolas Baron

Suzanne et Figaro sont de retour ! Avec son nouvel opéra L'Amour coupable, Thierry Pécou referme la trilogie de Beaumarchais, succédant ainsi à Mozart et Rossini.

Nicolas Baron : Pouvez-vous rappeler la trame de ce dernier volet, qui fait suite au Barbier de Séville et au Mariage de Figaro ?

Thierry Pécou : On retrouve les protagonistes vingt ou trente ans plus tard, en pleine Révolution française. L'action est centrée autour d'un personnage qui, dans l'adaptation que j'ai demandée à Eugène Green, s'appelle Honoré Béjart, genre de Tartuffe tentant de manipuler les époux Almaviva pour capter leur héritage. Et des secrets sont dévoilés : frère et sœur ne le sont pas vraiment, la Comtesse a eu un enfant caché quarante ans plus tôt, faisant d'elle La Mère coupable, titre original de la pièce.

NB : Pourquoi l'avoir modifié ?
TP : Eugène Green a déplacé le côté moral du texte vers la subversion et l'ironie. C'est l'amour, en réalité, qui est la cause de toutes ces situations. 

NB : Quelle a été votre approche de cet ouvrage auquel Grétry, Milhaud ou Corigliano se sont frottés ?
TP : Ma conception du monde lyrique m'éloignait a priori de cette écriture datée, d'un sujet très marqué fin XVIIIe. Je voulais qu'il soit remanié afin de « parler » à notre époque. L'action a été légèrement transposée pendant la Terreur, le sujet recentré autour de la façon dont on s'approprie la vertu pour masquer les pires agissements. Puis j'ai beaucoup oscillé entre l'envie d'actualiser le discours et celle de rendre hommage à l'opéra classique, notamment à Mozart. Avec tout ce que j'adore et qui me semble être l'essence du genre : ses conventions, auxquelles je me suis presque plu à ne pas échapper.

NB : Avez-vous introduit des éléments inattendus ?
TP : L'effectif est celui des Noces mais comprend une « manière de continuo », clavecin et violoncelle baroque, qui accompagne les récitatifs ou en rappelle l'esprit dans d'autres contextes. J'ai aussi glissé une forme récurrente, le tango, dont le double caractère voyou et charmeur colle au personnage de Tartuffe. Il y a également un jeu sur des chants révolutionnaires brisés en tous sens, créant des chœurs entremêlés qui se déplacent dans le théâtre. Au moment où le peuple est prêt à venir arrêter la famille Almaviva, je trouvais intéressant de créer l'inquiétude en entourant le public avec la matière sonore. Et je m'autorise quelques clins d'œil presque potaches à la musique espagnole, pour rappeler des faits qui se sont déroulés à Séville.

NB : Votre langage est-il compatible avec ce cadre théâtral très précis ?
TP : Tel que le livret a été adapté, oui. Après mon opéra Les Sacrifiées, j'avais envie d'autre chose, de travailler sur la vivacité. J'ai beaucoup pensé à la commedia dell'arte, au théâtre de marionnettes, à la manière très organique dont ces situations s'enchaînent et s'emmêlent. Je privilégie la rythmique de l'histoire : portes qui s'ouvrent et claquent, personnages qui se croisent sans se voir ou en se tapant dessus. J'ai essayé de tirer parti du côté bondissant, mécanique de l'action. Ce qui m'a passionné était de traiter l'orchestre selon une limpidité et une légèreté mozartiennes.

NB : Quelle est la morale de l'œuvre ?
TP : Dans mon travail, j'ai souvent cherché à faire passer des idées humanistes, pour le « dialogue des cultures ». Ici, j'observe un détachement, comme si je laissais parler l'histoire. Mais le message serait de réfléchir, à une certaine faillite des Lumières : les grandes idées n'ont pas forcément donné lieu à des actes vertueux.

NB : Outre l'« humanisme», vous semblez vouloir dire beaucoup de choses à travers votre musique...
TP : J'ai envie de citer ce qui est presque ma devise, une phrase du poète Edouard Glissant : « Ecrire, c'est dire le monde. » Composer n'est pas un acte neutre mais empreint d'une manière de recevoir ce qui se passe autour de soi, d'être traversé par certains questionnements.

NB : Qu'est-ce qui vous a mené vers d'autres traditions ?
TP : Dans les années 1980, la seule vérité était de continuer à se situer après l'école de Vienne, alors que l'on pouvait entendre simultanément les musiques du Japon, des Pygmées ou d'Amérique latine ! Face à cet enseignement de la composition très dogmatique, j'ai senti que quelque chose ne m'allait pas et me suis mis à explorer différentes cultures. D'où un appel au voyage, vers d'autres musiciens et façons de penser. De là, je me suis presque inconsciemment forgé une attitude qui est d'englober ces influences pour réaliser ma propre synthèse. Quand je me mets en résonance avec une tradition étrangère intervient toujours une double nécessité : création pure et respect de l'original. Ce jeu très ambigu est souvent présent dans mon écriture. Mais je me sens dans une période où j'ai moins besoin de la clarté de la référence.

NB : Quel pourrait être le point commun à toutes vos œuvres ?
TP : Sans doute l'attachement au tellurisme, traduit par un goût pour la pulsation, à la répétition comme technique de développement. Quelque chose qui ramène à une essentialité... ou peut-être à des paradis perdus.

NB : Y a-t-il des instruments ou formations pour lesquels vous ne pourriez pas écrire ?
TP : J'ai longtemps eu des réticences envers le quatuor ... mais j'en termine un pour les Kronos : j'ai plongé !

NB : Vers quoi vous dirigez-vous ?
TP : Beaucoup de directions et de dimensions ! Ma dernière pièce symphonique, Vague de pierre, date de 2004 et ça commence à me démanger de réécrire pour orchestre. J'ai aussi envie d'explorer le violon, peut-être sous forme d'un concerto, réfléchir à un nouvel opéra ou approfondir les musiques andines, qui ne sont pas celles qu'on entend dans le métro à Paris ! Par ailleurs, j'aimerais énormément imaginer une œuvre s'insérant dans un espace naturel, alla Murray Schafer. Et la version remaniée d'une pièce avec électronique sera bientôt créée en Chine, Voici le nouveau jardin.

au micro : Nicolas Baron

Nous remercions Diapason pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu'à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.

 
Thierry Pécou Passeurs d'eau
avec : Ensemble Zellig , XVIII-21, Sylvie Blasco, Yaki Kandru, Jorge López Palacio, Thierry Pécou
integral classic - 2007 - ref : INT 221.160
Thierry Pécou L’Oiseau innumérable
avec : Ensemble Orchestral de Paris, Andrea Quinn, Alexandre Tharaud
Harmonia Mundi - 2008 - ref : HMC 901974
Thierry Pécou | Guillaume Dufay L'Homme Armé
avec : Les Jeunes Solistes , Rachid Safir
grave - 1998 - ref : GRCD 6
Thierry Pécou Outre-Mémoire
avec : Ensemble Zellig , Alexandre Tharaud
aeon - 2004 - ref : AECD 0423
Thierry Pécou Temps IX Jaguar
avec : Ensemble Yaki Kandru , Ensemble Zellig , Florence Barreau-Zuretti, Alexandra Gouton, Hélène Moulin, Chantal Santon, Katalin Varkonyi
Continuo Classics - 2017 - ref : CC221.30
1re édition : Intégral Classics, 2005 (INSO 221.330)
Thierry Pécou Symphonie du Jaguar
avec : Ensemble Zellig , Orchestre Philharmonique de Radio France , François-Xavier Roth, Jonathan Stockhammer
Harmonia Mundi - 2010 - ref : HMC 905267
Thierry Pécou Tremendum
avec : Percussions Claviers de Lyon , Ensemble Variances
Harmonia Mundi - 2012 - ref : HMC 905269

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
Thierry Pécou


Retour a la liste des sujets