MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Daniel Humair, une batterie de questions

  p.r. par Franck Médioni  Jazz Magazine, avril 2003, n° 536

La diversité de son œuvre, la liberté et la rigueur de son travail l'imposent comme un des Grands, non seulement de la batterie de jazz mais de la musique actuelle. En témoignent deux nouveaux enregistrements et les questions que nous ont soufflées quinze de ses confrères.

André Ceccarelli. Tu as été sévère à propos de certains batteurs américains et européens dits « jazz-rock ». Ton regard a-t-il changé ?
Daniel Humair. Je n'ai ni la capacité ni les connaissances suffisantes pour être « sévère »: je donne simplement mon opinion en tant qu'auditeur. Je pense qu'il y a des batteurs qui font un travail formidable. Ceux que j'ai critiqués sont certainement exceptionnels au niveau de la batterie. Ce qui m'intéresse plus que la batterie, c'est le contenu artistique, le discours intemporel – je préfère m'intéresser à des batteurs qui jouent une musique intemporelle, comme Elvin [Jones] et Jack DeJohnette, qui passent à travers toutes les musiques avec un vocabulaire suffisamment pointu pour ne jamais être hors mode.

Jean-Pierre Drouet.
Tous les sons que j'entends, musique ou bruit, se traduisent dans ma tête simultanément en dessins et couleurs. Est-ce pareil pour toi ? Et ce graphisme influe-t-il sur ta manière d'improviser ?
Daniel Humair. La musique n'a pas fait évoluer ma peinture mais le fait d'être peintre m'a d'abord permis d'être moins désireux de me mettre en avant parce que les frustrations d'une des professions étaient compensées par les plaisirs de l'autre et vice-versa. Il est vrai que je pense souvent en termes de dosage. Quand on peint, il y a des fonds, des textures, qui sont plus ou moins importantes mais qui sont là et qui font fonctionner les choses qui se trouvent devant. Il y a des formes plus importantes qui doivent ressortir, il y a des nuances, des mélanges de couleurs ou de textures qui font que tu obtiens un effet plus ou moins intéressant.
Il est vrai qu'il m'arrive de penser en couleurs. Je pense en termes de textures plus que de rythmes. De toute façon, ma position de batteur n'est pas celle de « souteneur de tempo ». La fonction danse m'intéresse pour l'ensemble de l'orchestre, pas en tant que fonction de batteur. Je n'aime pas le côté fonctionnel de la batterie. Le batteur doit être celui qui catalyse les énergies et régularise, neutralise le discours de gens qui, souvent, n'ont pas exactement la même direction musicale. J'essaie de faire sonner un orchestre. Ma préoccupation, c'est, surtout à l'heure actuelle, sortir d'une dimension « club » du jazz. J'adore le jazz en club, mais j'aime avoir un son – c'est ce que j'essaie avec Baby Boom, qui dépasse la notion de « jazz club ». Je préfère « jazz concert », sans entendre par là deux mille personnes : il s'agit d'un son qui sort de ce côté intime de la musique qu'on écoute en buvant un verre.

Simon Goubert. Je sais que ton temps est maintenant surtout consacré à la peinture. Après quarante-cinq ans de musique, après avoir joué avec tant de grands musiciens, quelles raisons peuvent pousser un artiste qui possède d'autres cordes à son arc à continuer de jouer de la batterie ?
Daniel Humair. Commercialement, financièrement, il s'agit de récolter les fruits de ces quarante-cinq ans pendant lesquels on a marné. On croit toujours que les artistes ont une vie brillante, alors qu'on a beaucoup de difficultés.Il est très difficile d'être européen, batteur, batteur de jazz. Je récolte ça. Et puis, depuis quelques années, j'ai la chance de disposer d'une palette de musiciens avec lesquels je peux faire un travail créatif, au cours duquel j'ai l'impression de faire des progrès, d'apprendre. Que ce soit avec de très jeunes musiciens comme ceux de Baby Boom [Sébastien Boisseau, Matthieu Donarier et Christophe Monniot] ou avec des gens comme Ducret, Chevillon, Sclavis, Portal ou Joachim Kühn. Je retrouve un terrain comparable à celui que j'avais trouvé quand je suis arrivé à Paris, lorsque j'ai commencé à jouer avec les bons musiciens de l'époque, et quand on a commencé en trio avec Martial Solal. Grâce à sa musique, j'ai pu développer une espèce de vocabulaire qui m'a toujours servi. Par exemple, si j'ai appris à jouer aux balais en faisant des nuances, c'est parce qu'avec Solal, on travaillait cette dimension orchestrale du groupe, ce que j'appelle l'« anti-club ». Maintenant, je trouve que cette discipline est devenue trop contraignante, je veux pouvoir m'exprimer avec un peu plus de liberté qu'à cette époque-là. Je ne veux plus entendre : "La batterie c'est trop fort" – je ne peux plus jouer si on me dit ce qu'il faut faire. Ce n'est pas que je ne veux pas recevoir d'ordres, mais je ne veux plus servir la soupe. Et si on me dit que la batterie est trop forte, cela veut dire que je ne suis pas assez musicien pour comprendre à quel niveau je dois jouer... Je ne veux plus avoir ce genre de discussions. Durant les années qui me restent à pouvoir jouer – j'espère que physiquement je pourrai le faire encore longtemps –, je voudrais qu'en dehors des problèmes de voyage, qui sont contraignants et me poussent à aller plus vers la peinture que vers la musique, je puisse prendre du plaisir sans retenue. Même à de très jeunes musiciens qui ont été mes élèves, je ne dis pas comment il faut jouer. On discute, on parle de concept, mais je ne dis jamais : "C'est trop fort, c'est trop long, c'est trop ça..." Je n'aime pas cette attitude. Quand on travaille avec Baby Boom, on parle beaucoup de la forme, de l'équilibre entre les expressions de chacun. Ce qui est formidable dans ce groupe, c'est qu'il y a cinq personnalités très différentes qui arrivent à s'entendre parfaitement bien, qui se retrouvent sur un terrain musical. Il y a quand même un petit travail à faire : d'encouragement à la perception, et c'est là que j'interviens. On pourrait leur demander leur avis, mais je n'ai pas l'impression qu'ils se sentent brimés. Je me suis trop senti brimé avec des gens qui avaient une attitude dictatoriale... Je n'ai pas envie que ça recommence.

Benjamin Henocq. Quelle vision as-tu du jazz actuellement ?
Daniel Humair. Le jazz, au niveau du business, ne s'est jamais mieux porté en Europe, parce que maintenant il y a une scène. Les disques se vendent. Je suis toujours agacé quand j'entends dire que le jazz ne se vend pas : "Faites un disque en quartette parce qu'en quintette, ça va coûter trop cher. Enregistrez pendant trois heures parce que quatre heures c'est trop cher. On fera une pochette noir et blanc parce qu'en couleur c'est trop cher. On ne fait pas de pub parce que ça va être trop cher, et puis ça ne va pas se vendre..." Et on vient vous dire ensuite : "Le jazz, ça ne se vend pas." Jusqu'à ce que je rencontre quelques personnes, dont Philippe Ghielmetti, qui fait un vrai travail, comme on l'avait toujours espéré... Jean-Jacques Pussiau aussi faisait ça très bien, il allait au charbon... Je crois que rien de qualité ne peut se vendre, hors média, si on ne va pas au charbon. Si on bénéficiait du dixième de la publicité des groupes super nuls que l'on entend tout le temps, ou des chanteuses qui ne sont pas capables de faire une gamme et font du jogging sur scène avec un beau décolleté, on en vendrait des disques de jazz. Il y a un public, qui ne cesse de se renouveler. Certes, il n'y a plus de grands créateurs du niveau de Coltrane, Rollins, Miles Davis et Monk, mais il y a des musiciens exceptionnels qui continuent de tourner. Aux États-Unis, le jazz est plutôt en perte de vitesse et au Japon, ça a beaucoup baissé. Pour l'Europe, je suis plutôt confiant. J'ai l'impression qu'en France, cela fonctionne particulièrement bien. Cela dépend aussi de la critique, de la radio. S'il y a un article dans Le Monde ou dans un autre grand quotidien, ça aide plus que dix pages dans une revue spécialisée, malheureusement.

Dave King. Quel est, à part moi, votre jeune batteur préféré ?
Daniel Humair. D'abord, qu'est-ce qu'un jeune batteur ? Deuxièmement, je n'ai pas de batteur préféré : j'en préfère certains dans certaines situations. Il y a beaucoup de batteurs qui m'intéressent. Si je commence à en citer et que j'en oublie un, cela va me poser des problèmes. Considérons qu'ils sont tous formidables à certains moments et que nous sommes tous sensibles aux compliments comme aux critiques. Nobody's perfect. Il y a des moments où on est le meilleur du monde et d'autres où on est le plus mauvais. Je ne suis pas un fanatique de la tendance actuelle des batteurs qui jouent un peu déjanté. Ce qu'ils font est intéressant mais je préfèrerais qu'il y ait une création plus grande dans le vocabulaire plutôt que dans l'instrumentation, dans la façon de faire sonner l'instrument. Je préfère travailler davantage sur le côté Stradivarius de la batterie, c'est-à-dire couleur de cymbales – que le concept premier soit celui du vocabulaire, du discours.

François Laudet. Fais-tu les quatre temps à la grosse caisse quand tu joues de la musique ternaire ? Si oui, pourquoi ?
Daniel Humair. Je ne joue pas les quatre temps à la grosse caisse de manière audible, mais j'ai une pulse continuelle dans la tête, une pulsation interne. Pour jouer absolument free, c'est-à-dire libre de toute contrainte nuisant à l'improvisation, si on n'a pas le concept parfait d'où est le temps, pour un batteur comme pour tout autre instrumentiste, on peut faire des erreurs rythmiques, alors si on a le concept parfait d'un temps d'une grande rigueur rythmique, on peut se permettre absolument tout et on n'a plus du tout besoin de phraser de manière scolaire. L'exemple parfait, c'est Sonny Rollins. Si on écoute bien ses chorus, on se rend compte qu'il ne joue pas des triolets, des croches : il joue des phrases qui correspondent à une parole, il parle dans le saxophone. Comme Miles Davis ou Coltrane, d'ailleurs... On entend de la musique, on n'entend pas du saxophone. Pour jouer cette musique complètement ouverte et hors tempo, il faut avoir un tempo. C'est une des notions capitales que le jazz peut apprendre aux autres musiques. Le tempo est sous-jacent, complètement maîtrisé, mais au-dessus, il y a une liberté totale. On n'est pas obligé de diviser ce temps en portions régulières. On oublie parfois que Tony Williams a inversé les quatre temps de la grosse caisse comme faisait Max Roach, et les a mis à la charleston. Ce qui prouve bien qu'on peut arriver, avec une vieille recette, à faire de la cuisine très contemporaine.

Ramón López. Vous êtes l'un des rares musiciens à avoir écrit, depuis des décennies, quelques-unes des plus belles pages de l'histoire du jazz avec de grands musiciens avant-gardistes et révoltés. En ces temps inquiétants de dictature de l'argent, de clonage, d'art-marketing et de guerres fantasques, quel est selon vous le rôle du musicien de jazz ?
Daniel Humair. Une personne impliquée dans la vie de tous les jours, qui n'a pas une position trop égoïste, se doit d'avoir une réflexion. Je crois qu'il est très difficile de ne pas être mercantile en mettant la musique en avant pour des raisons politiques. Je crois que c'est plutôt dans son comportement dans la vie de tous les jours, en respectant ce qu'on fait, soi et les autres, que l'on peut avoir une position politique. La politique, c'est aussi une profession. Et ces gens-là la font mieux que nous, ils n'ont pas les mêmes cartes et je ne pense pas qu'on puisse faire grand chose contre la musique mercantile, contre la « bidonnade » actuelle. Il faut être boy-scout, il faut continuer à essayer de se défendre avec toutes les armes dont on dispose sans en profiter de manière démagogique. Je me méfie toujours du discours de gens arrivés, bien installés, avec de belles maisons et de belles voitures, qui vous expliquent la misère du monde. Nous sommes extrêmement sollicités, on nous demande notre avis. Je ne peux pas donner d'avis sur la guerre, sur la politique intérieure ou extérieure parce que je n'ai pas les cartes en main. Je crois qu'il faut être un peu humble. J'ai mes opinions, j'essaye d'être, dans ma vie privée, le plus rigoureux possible, et dans ma musique le plus honnête possible. Si j'ai fait de la musique, c'est pour être totalement libre, pour n'avoir aucune contrainte. Pas pour des raisons financières. Il est évidemment très agréable de pouvoir en vivre mais au départ, on vivait au minimum. À l'heure actuelle, même en ayant une réputation pas trop mauvaise, je ne peux pas dire que je fais partie des gens qui gagnent de l'argent. Je ne l'ai jamais fait pour ça. J'avais les capacités pour faire d'autres métiers, je ne les ai pas faits parce que ça m'intéressait moins que de faire de la musique. Si je fais de la musique, si je fais de la peinture, c'est pour le plaisir. J'aime l'expression : "Qu'est-ce que je prends mon pied, et on me paye pour ça."

Jacques Mahieux. Entre jouer dix fois devant cinq cents personnes et une fois devant cinq mille, qu'est-ce qui te paraît le plus artistiquement rentable ?
Daniel Humair. Cette question arrive à point. On ne me demande jamais pourquoi je joue comme je joue, pourquoi je ne suis pas quelqu'un qui fait de longs solos de batterie, qui joue avec les micros, qui impose un tempo spectaculaire. J'essaye de faire de la musique avec un répertoire de sons et de volumes qui doivent pouvoir être entendus par la personne la moins bien assise dans la salle. Il est vrai qu'on ne joue pas de la même manière devant cinq mille personnes, ce qui peut être évidemment formidable pour l'ego et pour la carrière. Je dirais même que je préfère jouer vingt fois devant deux cents personnes. Mon rêve, c'est de jouer dans des conditions semblables à celles de la salle du Musée d'art moderne ou du Centre culturel suisse, où il y a la possibilité d'un contact formidable avec le public. Si je gratte une peau avec un ongle, je suis sûr qu'on l'entend alors qu'à un concert devant cinq mille personnes, tous ces effets qui font que les gens participent à la musique disparaissent. On est alors obligé de faire une musique plus spectaculaire, au premier degré. Définitivement, il est plus fatigant de jouer vingt fois devant deux cents personnes mais, pour l'intérêt musical, je préfère largement ça.

Christophe Marguet. Crois-tu que le jazz restera une musique créative ou qu'il va devenir peu à peu une musique de répertoire ?
Daniel Humair. C'est déjà une musique de répertoire depuis longtemps, sauf que le répertoire est un prétexte. Avec des gens qui ont un discours artistique intelligent, une originalité, et qui sont conscients que c'est plus qu'un métier, ce répertoire ne peut que se développer. Est-ce que l'intérêt du jazz, c'est d'écouter des mélodies jouées de manière légèrement différente plusieurs fois ou d'écouter ce qu'on joue sur la texture de ces mélodies? On n'aurait jamais pensé que Les Feuilles mortes puisse devenir un standard de jazz. Il a suffi que quelqu'un en fasse une œuvre. C'est l'œuvre qui compte, pas le cadre. L'art, ce n'est pas une histoire de sujet, c'est une histoire d'intelligence et de compréhension des problèmes qu'amène le sujet. C'est la même chose qu'une conversation. Qu'est-ce qui est beau dans une conversation ? C'est quand des choses nouvelles sont dites qui vous font avancer. Si on fait avancer le schmilblick du jazz, ce ne sera jamais une musique de tradition. Si on met des restrictions dans une musique, elle est appelée à disparaître.

François Merville. Ta vie s'est construite autour de plusieurs grandes passions. Qu'est-ce qui, aujourd'hui, motive ou alimente le plus ta créativité ?
Daniel Humair. Cela dépend des moments. Quelques fois, c'est surtout de ne pas écouter de musique. Parfois, c'est passer une journée à essayer de réaliser une recette de cuisine thaï. Le lendemain, c'est d'aller voir une exposition de photos ou un film. Le surlendemain, c'est peut-être passer une journée au bord de l'eau à l'écouter taper sur les rochers. Si on est réceptif et pas fermé, tout ce qu'on fait sert à être créatif. La musique, c'est un petit truc dans la vie et le jazz, c'est un tout petit truc dans la musique. On ne peut pas être le centre du monde en étant simplement jazzman : il faut savoir s'alimenter. Le corps a besoin d'eau, de farine, de plein de choses. La musique a besoin de pleins d'apports extérieurs. Il n'y a rien qui me gonfle plus que les gens qui ne sont intéressés que par leurs petits problèmes de musiciens de jazz.

Sunny Murray. À quel âge avez-vous commencé la batterie ?
Daniel Humair. J'ai touché un premier tambour à 7 ans, dans une fanfare, en Suisse. Comme j'étais extrêmement mauvais, on m'a donné une clarinette et un hautbois, et on a finalement dit à mes parents que ce n'était pas la peine d'insister parce que je ne ferais jamais de musique, que je n'avais aucun talent pour ça. Donc j'ai continué de faire ce qui me plaisait : jouer au football. Après réflexion, je m'aperçois qu'on ne fait bien que ce qu'on aime, que ce qui nous passionne. Avant de forcer des enfants à faire de la musique parce que cela permet à maman d'aller prendre le thé ou aux parents moins aisés de rentrer de leur travail sans avoir de problèmes de nounou, il faudrait peut-être les intéresser au sujet. Les parents, souvent, viennent nous dire que leur fils est très doué pour la musique. Je crois que le don, ça n'existe pas : c'est l'envie de faire quelque chose qui nous passionne. On ne comprend bien, je crois, que ce qui nous intéresse. N'importe qui doit pouvoir faire de la musique. Il faut simplement se pencher sur le problème et surtout se donner l'énergie de le faire. J'ai donc commencé à 7 ans, j'ai arrêté jusqu'à ce que quelqu'un – j'avais alors 14 ans – grâce à un disque de Tommy Ladnier et Mezz Mezzrow, me donne le virus du jazz. J'ai recommencé à taper sur les tables avec des fourchettes et puis tout s'est enchaîné. J'en avais vraiment envie, je ne pensais qu'à ça.

Georges Paczynski. L'artiste a-t-il une place dans la société d'aujourd'hui ?
Daniel Humair. Certains artistes ont une place dans la société d'aujourd'hui. Ça dépend de leur attitude, de leur rigueur et de leur position sociale. Et de quelle société parle-t-on ?

Edward Perraud. Selon moi, tu es un batteur qui se situe dans la tradition, mais toujours tourné vers l'idée de nouveauté et de renouvellement du jeu. Comment expliquerais-tu cette double appartenance ? Selon toi, est-il possible dans ta musique d'envisager la notion de swing sans jamais avoir même l'idée de pulsation ?
Daniel Humair. « Nouveauté », ça ne me plaît pas, j'ai l'impression qu'on parle de mode. Je parlerais plutôt de fraîcheur, de renouvellement d'un discours et d'intérêt créatif. Il est vrai que je n'aime pas les histoires belges qui sont racontées deux cents fois. Je n'aime pas la banalité du propos de certains groupes dont le concept, à mon sens, n'est pas intelligent. Il n'y a pas de réflexion en dehors de la tradition parce que la tradition sans réflexion, cela devient du folklore. La tradition est capitale dans le jazz parce que c'est un langage. Le jazz n'est pas une musique, c'est une façon d'articuler la musique. Il y a des règles de jeu qui sont à la fois très rigoureuses et très libres. Quant au swing, il n'existe pas seulement dans le jazz. Le swing, c'est une impression d'aisance, une impression de justesse de compréhension de la pulsation de la musique désirée. Si on écoute de la musique hongroise jouée en 9/8, on y trouve un swing intense. Pourquoi l'orchestre de Count Basie swingue-t-il et un orchestre de studio qui joue la même chose ne swingue-t-il pas ? Parce qu'il y a une espèce de prise de plaisir chez Basie, une espèce de relâchement naturel qui fait que tout est en place. Le swing vient de la mise en place, de la façon de poser les notes, d'articuler. C'est à la fois simple et compliqué. La pulsation est interne. Ce n'est pas parce qu'on va taper dans ses mains que ça va swinguer !

Aldo Romano. Quel est le secret de ta longévité musicale : le public qui t'a toujours aimé ou l'envie d'avoir d'autres envies ?
Daniel Humair. Le public ne m'a pas toujours aimé. De toute façon, ce n'était pas le but de l'opération. Très franchement, je n'ai jamais pris le public en considération, si ce n'est qu'il est le témoin d'un travail. La satisfaction que j'ai, ce qui fait que j'ai encore envie de jouer, c'est que lorsqu'on est avec des musiciens sur scène et qu'on en sort avec la banane et une impression de plaisir intense, on a l'impression d'avoir créé quelque chose qui avait une certaine qualité ; c'est très jouissif. C'est ce qu'on peut donner de mieux au public. Le jazz est l'une des seules musiques où l'on n'a rien à vendre, c'est une musique gratuite. Je ne dis pas qu'il faille mépriser le public. Il faut respecter les règles. Les gens se déplacent, font un effort alors qu'ils sont très sollicités, par la télévision, par beaucoup de choses. Quelqu'un qui sort pour assister à un concert, c'est déjà une marque de respect formidable qui nous est faite. Il faut respecter ces gens, leur donner une musique dans les meilleures conditions possibles. On dit souvent ; "Ah, les humeurs d'Humair, Humair est difficile, Humair est insupportable." Si on interroge les gens avec qui je travaille, je crois qu'il y en a très peu qui diront que je suis quelqu'un de « difficile ». Mais tous vous diront que je ne supporte pas l'amateurisme de mauvaise volonté. Dans le jazz, il y a beaucoup trop d'amateurisme de bonne volonté qui nuit déjà passablement à l'épanouissement de cette musique. Et ce qui est encore plus insupportable, ce sont les amateurs de mauvaise volonté, tous ces gens qui gravitent autour du jazz et ne font pas leur boulot. Il y a un respect à avoir, qui n'est pas démesuré, un minimum. Et ce minimum, souvent, on ne l'obtient pas. Jusqu'à la fin de ma carrière, je n'arrêterai pas de râler contre ça. Sinon, j'ai toujours envie d'avoir la banane en sortant de scène. Le moteur, c'est le plaisir de jouer. La première fois, que je me suis mis derrière une batterie, je me suis dit : "Qu'est-ce que je m'amuse !" Après, ç'a été : "Qu'est-ce que je m'amuse ! Je pourrais peut-être gagner ma vie avec ça..." Puis : "Je gagne mal ma vie mais qu'est-ce que je m'amuse !" Et ensuite : "Je gagne normalement ma vie et qu'est-ce que je m'amuse !" Et maintenant : "Je gagne correctement ma vie et je m'amuse encore plus qu'avant !"

Jacques Thollot. Quelle différence y a-t-il entre un canard ? C'est que la plus petite de ses pattes de devant sont toutes les deux différentes. J'arrête là les délires qui ne masqueront pas la difficulté à ne trouver qu'une question à te poser, très cher Daniel. Cela fait longtemps que je souhaite te rencontrer hors des circuits musicaux, le temps d'un déjeuner. Ma question frise donc la requête. Amitiés.
Daniel Humair. Un touriste demande à un fermier suisse combien ses vaches donnent de lait. "Ça dépend, répond le fermier. Les blondes donnent vingt litres et les brunes vingt litres." Le touriste s'étonne : "Je ne comprends pas pourquoi..." Réponse du fermier : "Les blondes sont à moi et les brunes aussi." À raconter au dessert d'un dîner à organiser.

Nous remercions Jazz Magazine pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu'à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.

Daniel Humair et MFA


 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
André Ceccarelli, Daniel Humair, Jean-Pierre Drouet, Simon Goubert, Benjamin Henocq, Dave King, François Laudet, Ramon Lopez, Jacques Mahieux, Christophe Marguet, François Merville, Sunny Murray, Georges Paczynski, Edward Perraud, Aldo Romano, Jacques Thollot, Jazz Magazine


Retour a la liste des sujets