MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude

  Franck Bergerot  Jazzman, avril 2003, n° 90

Depuis ses années de compagnonnage avec Chet Baker, on le connaît pour être l'une des valeurs sûres de la contrebasse en Europe. Mais c'est aussi un leader dont les choix récents ont pu surprendre : composition, musique de film, musique bretonne. Il y a pourtant de la logique dans ce parcours exemplaire. Démonstration.

Ce pourrait être un homme tranquille. Une place de titulaire dans l'Orchestre de la RAI (la radio italienne) lui semblait acquise.
Neuf années auprès de Chet Baker lui promettaient un destin confortable. Celui du sideman considérable et sans histoire, entre les mains duquel les Américains de passage en France aimaient à se remettre.
Savoir-faire et sécurité. On recherche Riccardo Del Fra pour cela. Discipline et tradition. C'est de là qu'il tire la profondeur de sa sonorité, la plasticité indéfectible de son tempo, l'étoffe de son imagination harmonique. L'art mélodique en plus et, pour peu qu'on l'y invite, la volonté d'aller au-devant des périls de l'interaction la plus farouche. Riccardo est un inquiet. Non pas timoré mais réfractaire à toute quiétude. C'est cette inquiétude qui l'accompagnait en route vers les séances d'Overnight avec John Taylor et Kenny Wheeler. De quoi, sur place, serait-il capable ? "Dans le jazz, j'aime par-dessus tout le danger, cette montée d'adrénaline. Il n'est pas de plus grand bonheur que de partager ça avec d'autres musiciens, de communiquer ça au public."

Riccardo est né à Rome en 1956. Sa mère le sait musicien. Elle le fait monter sur la chaise pour chanter, dans les réunions de famille. La télé est une fenêtre qu'elle lui ouvre presque rituellement sur les comédies musicales, le cinéma et leurs musiques. Un oncle violoniste en ouvre une autre sur le dixielan, mais aussi Perry Como et Frank Sinatra. De son père employé de banque, opposé à l'achat de sa première guitare, il a peut-être hérité une ombre de rigueur et de sévérité. Et des racines paysannes dans un village des Abruzzes, un monde de labeur, d'humilité et de fierté mêlées. De chansons, aussi : “Piantranese”, sur mon album A Sip of Your Touch, c'est un bois où l'on récoltait les châtaignes. Ce sont aussi mes premiers pas vers une certaine rusticité modale."
Premiers flirts, premières cigarettes, premières guitares. À la sauvette, dans des caves. "On y jouait notre musique : Beatles, Crosby, Stills and Nash, bientôt King Crimson, Soft Machine, Nucleus, Mahavishnu. Un jour, je prends la place du bassiste absent et j'y reste. J'écoute Miles, Mingus, Goodman, Charlie Christian. À 17 ans, j'échange la basse électrique contre une contrebasse dorée. L'année suivante, je joue avec Enrico Pieranunzi. Chez moi, je reproduis les lignes de Mingus, Chambers, Ray Brown et Ron Carter à l'unisson des disques jusqu'à ne plus entendre qu'une seule basse. Au conservatoire de Frosinone, à une centaine de kilomètres de Rome, j'étudie avec le contrebassiste Franco Petracchi, jusqu'à ce que sa réputation le rende indisponible. Je travaille l'archet douze heures par jour devant ma glace pour surveiller ma position. Petracchi a été un modèle technique mais il m'a aussi encouragé à prendre des risques. Après son départ, je suis resté encore quelques années au conservatoire. J'aimais étudier."

Riccardo étudie aussi la sociologie. Anthropologie, psychologie sociale et ethnologie lui enseignent la disponibilité d'esprit. Du marxisme alors dominant à l'université, il retient que l'Histoire est le fruit du hasard et de la nécessité. Et jamais son regard inquiet ne se détournera des risques que la vie l'invitera à prendre. Elle lui fait d'abord entrevoir un avenir douillet alors que l'orchestre de la RAI lui ouvre ses portes. Un monde de notables qui lui offrira notamment une partie de basse dans la musique de la Cité des femmes de Fellini, d'autres dans les musiques d'Ennio Morricone ou Lalo Schifrin.
Avec ses premiers salaires, il achète sa basse actuelle, une Marsigliese de 1914, copie d'un modèle allemand, qu'il a appris à aimer. Il cite Mark Dresser répondant à un élève inquiet de la qualité de son instrument : "Il y a un moment où il faut accepter ce qu'on a. L'instrumentiste et l'instrument doivent finir par coopérer. C'est ensemble qu'ils vont trouver leur son."

Mais la RAI reçoit la visite de prestigieux invités, solistes ou arrangeurs, et un vent du large traverse cet univers routinier : Ernie Wilkins, Freddie Hubbard, Dusko Goykovitch, Kai Winding, Art Farmer... En 1979, le quartette qu'il a en commun avec Maurizio Giammarco, Enrico Pieranunzi et Roberto Gatto prend la route avec Chet Baker. "Avec lui, le tempo du groupe changeait. Plus souple, plus profond. Je n'avais jamais connu ça. Chet m'a proposé de rester avec lui. Ça a duré neuf ans. Avec des brouilles, des retrouvailles et une douzaine de disques. Certaines années, Mickey Graillier et moi l'avons suivi sur deux cents concerts à travers la planète. Il nous mettait dans le coup, avec une pression terrible. On répétait un nouveau répertoire mais on ne le jouait pas. Six mois plus tard, il en tirait un titre, sans prévenir. Ou il changeait la tonalité d'un standard, sans crier gare. Il lançait les pires tempos, avec pour toute consigne "nice and easy". Il fallait être prêt. Dans la voiture, il écoutait Miles, Richard Beirach ou le concert de la veille. Il commentait : "Too busy, too many notes." Rien n'était gratuit. S'il chantait un standard, c'est qu'il en aimait le texte. J'ai appris le métier sur la route, comme dans un roman de Kerouac, avec les dangers de la scène, de la route, de la dope et de ses dealers. Il comptait sur moi. Il savait que j'avais changé ma vie à cause de lui, mais que je ne rentrais pas dans ses combines."

S'il tisse des liens dans toute l'Europe, il se fixe à Paris au début des années 1980. Au sein de rythmiques constituées (Alain Jean-Marie et Al Levitt ; Hervé Sellin et Éric Dervieu), en freelance ou dans des groupes réguliers, il est des plus demandés : Lee Konitz, Kenny Wheeler, Bobo Brookmeyer, Barney Wilen, Johnny Griffin... Sa biographie aurait pu se clore comme tant d'autres par la litanie des grands noms qui caractérisent une belle carrière. Mais la quiétude du sideman de luxe est ébranlée par une effervescence créatrice qu'il  n'avait pas connue à Rome. "En France, il y a une épaisseur, une densité musicale qui est l'héritage des figures comme Humair, Solal et Jenny-Clark."
Du quintette d'Andy Emler à celui de Jean-Marie Machado, Riccardo est sur tous les fronts d'une libre pensée à la française. Jusqu'en Bretagne où, dans les années 1990, il s'investit dans le travail du guitariste Jacques Pellen. De la première mouture de sa Celtic Procession (avec notamment Kenny Wheeler, Éric Barret et Peter Gritz) au Process à géométrie variable en tournée ce printemps (avec Paolo Fresu et Yves Robert). Auprès de Jacques Pellen, un amour naît, ainsi qu'une étonnante complicité musicale, entre Annie Ebrel la chanteuse traditionnelle et Riccardo le jazzman. Loin des placages artificiels et des séductions parfois faciles de la world music, Riccardo voit dans la fraîcheur vocale de sa compagne une invitation à approfondir ce sens mélodique semé par sa mère, éclos auprès de Chet. Un nouveau pari l'interpelle : comment investir la pureté du geste vocal traditionnel sans le mettre à mal ? Comment courber le savoir-faire du jazzman aux proportions du chant régional ? Comment réinventer son geste d'improvisateur et d'arrangeur pour préserver la spécificité de chaque ligne mélodique ? "The line must be kept" rappelle Riccardo, citant les leçons d'arrangement de Brookmeyer. Duo, trio avec Rick Margitza ou Jacques Pellen, puis sextette Flouradenn avec Laurent Dehors, Paolo Fresu (ou Sylvain Gontard), Jean-Luc Landsweerdt (ou François Verly) et les tablas de Kuljit Bhamra. Où l'on découvre, dans la main du contrebassiste, une vraie plume de compositeur.
Cette plume n'est pas si nouvelle. 1992 : Silent Call, pour quartette de jazz et ensemble à cordes. 1995 : Inner Galaxy, pour saxophone, contrebasse et quatuor de violoncelles. 1998 : Voulouz Loar, pour voix (Annie Ebrel), contrebasse et quatuor à cordes... "À la mort de Chet, j'étais vidé. Je me suis ressourcé dans cette écriture, que j'ai abordée comme une littérature. Outre une classe de composition avec Brookmeyer au conservatoire de Cologne, je me suis mis à collectionner les partitions et à prendre des cours particuliers d'analyse avec Allain Gaussin, un élève de Messiaen. Mes préférences vont à Alban Berg, Henri Dutilleux et Toru Takemitsu. De ce dernier, dont j'ai enregistré plusieurs œuvres orchestrales sous la direction de Paul Méfano, j'ai appris à traiter les sons comme des images."

Du son à l'image, le pas est franchi lorsque Riccardo rencontre le réalisateur Lucas Belvaux. Entre Pour rire (1996) et la trilogie actuellement à l'écran (Un couple épatant, Cavale, Après la vie), les deux hommes apprennent à s'apprécier. Riccardo a le sens de l'image et de la narration. Il se prête sans rechigner aux contraintes du montage. Belvaux est musicien dans ses demandes, ses remarques, voire ses remontages des maquettes musicales livrées. Tous deux ont la même préoccupation du silence. Il y a de l'humilité dans cette relation. Une qualité qui ne laisse jamais tranquille l'ego de Riccardo et qui est au centre de son enseignement au Conservatoire national supérieur de Paris, où il a repris les cours de Jean-François Jenny-Clark à sa demande. "J'insiste sur l'ouverture, la disponibilité et l'humilité. Il faut tout à la fois savoir écouter l'autre et savoir s'écouter soi-même avec recul. C'est souvent en élaguant qu'on trouve sa vérité." Le respect qu'ont à son égard les élèves du Conservatoire n'a d'égal que l'attention et la tendresse qu'il réserve à ces jeunes générations. Il trouve une source régénératrice à un âge où il serait tentant de jouer les anciens et de s'enfermer dans les souvenirs et les deuils. Le dernier en date concerne Michel Graillier : "Après tant d'années, il y a quelque chose d'impalpable qui lie deux musiciens. Par-delà les sentiments, c'est cette chose organique dont je ressens le manque aujourd'hui."

Mais déjà, Riccardo fait appel sur scène à certains de ses anciens élèves à propos desquels il ne tarit pas d'éloges : les saxophonistes Sylvain Riflet, Vincent Lê Quang, Nacim Brahimi, le trompettiste Sylvain Gontard, les pianistes Loïc Dequidt et Bruno Ruder. Recentrage à venir sur le jazz, nourri de ces expériences passées ? Le label Sketch serait intéressé. Affaire à suivre.

Nous remercions Jazzman pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu'à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.

 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
Riccardo Del Fra, Sketch, Jazzman


Retour a la liste des sujets