MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz

  Gilles Mouëllic  Jazz Magazine, avril 2003, n° 536

Un couple épatant, Cavale, Après la vie : trois films en un qui impressionnent d'abord par l'ambition du projet – raconter les mêmes événements de la vie en quelques personnages en changeant de point de vue à chaque film. Les premiers rôles d'un film deviennent secondaires dans les autres et inversement. Comme un thème de jazz sur lequel les solistes improvisent les uns après les autres, donnant leur point de vue sur une même histoire. Cette intuition semble confirmée par la présence de Riccardo Del Fra en compositeur complice. Mais il faut se méfier des intuitions trop séduisantes qui cachent une réalité plus complexe.

Jazz Magazine. Sortir trois films à quelques jours d'intervalle, c'est une prise de risque…
Lucas Belvaux. Je pense au contraire que c'est « mutualiser » les risques. Si un film marche, il couvre le budget des deux autres. Par chance, ils marchent tous, même si la comédie fait plus d'entrées : le public aime les comédies et les sujets de Cavale et Après la vie effraient un peu. Les gens n'ont pas envie qu'on leur parle de violence, de souffrance, de came...

Jazz Magazine.
Avec Riccardo, vous vous êtes rencontrés au théâtre...
Riccardo Del Fra. Je faisais partie du quintette de Barney Wilen. On avait fait la musique et on était sur scène pour une adaptation d'On achève bien les chevaux au Cirque d'hiver. Lucas avait le rôle principal. Nous avons sympathisé, échangé des idées, des disques.
Lucas Belvaux. Quand j'ai pensé à la musique de Pour rire, je me suis souvenu de la passion de Riccardo pour le cinéma et pour les compositeurs comme Toru Takemitsu ou Antoine Duhamel. Ce qui m'intéresse, c'est son goût pour l'harmonie, les couleurs musicales.

Jazz Magazine.
Vous choisissez donc autant le compositeur que le jazzman...
Lucas Belvaux. Mais le jazz est important. Il y a une envie de pulsation, de rythme, avec la possibilité de faire autre chose, d'utiliser des cordes par exemple. Dans toutes les étapes du film, je me suis soumis à une espèce de fantasme de musique permanent, que ce soit dans l'écriture, le tournage, le montage. Ne pas être musicien est ce qui me manque le plus — j'ai joué de la trompette dans une fanfare et entrevu le bonheur que cela pouvait être. J'écoute beaucoup de musique et Riccardo m'aide à comprendre comment cela se construit. Le jazz m'intéresse pour l'improvisation, l'échange entre les musiciens. Quand on parlait du scénario de Pour rire, je faisais toujours référence au jazz : le triangle du vaudeville classique était comme un standard de jazz que je devais réinventer.

Jazz Magazine.
Dans votre trilogie, le choix des climats musicaux est très marqué pour chaque film : des vents pour Un couple épatant, la contrebasse seule pour Cavale, le quatuor à cordes et la guitare pour Après la vie…
Lucas Belvaux. Riccardo intervient le plus tôt dans la fabrication du film, on en parle, on avance en même temps. Beaucoup de décisions sont prises ensemble, avant de faire les films. C'est le cas de ces climats propres à chacun d'entre eux. Riccardo est la première personne à qui j'ai donné le scénario, avant le producteur ou le chef opérateur. J'avais été un peu traumatisé, à l'époque de Pour rire, quand il avait eu quinze jours pour composer la musique. Ici, il a pu penser à des orchestrations en amont, quitte à faire fausse route.

Jazz Magazine. La musique de la trilogie est construite sur une architecture complexe de leitmotive.
Riccardo Del Fra. C'est la méthode « opératique » de beaucoup de compositeurs au cinéma, avec des caractérisations musicales pour chaque personnage : un thème, un instrument. Ces leitmotive contaminent les trois films. Ils sont retournés, miroités, rétrogradés. Chaque film a un climat musical particulier qui rappelle sans cesse les deux autres. La musique est un élément d'unité.
Lucas Belvaux. Nous travaillons de la même façon, Riccardo avec la composition, moi avec l'image et les acteurs. Nous avons le même goût de la complexité théorique. Partir d'une base simple et enchevêtrer, retourner. Cela se trouve dès l'écriture du scénario, qui a beaucoup d'analogies avec l'écriture musicale. Dans la trilogie, le principe est un principe de jazz : les personnages secondaires deviennent personnages principaux d'un autre film, chaque couple a droit à son solo, chaque personnage à sa séquence. La réussite va dépendre de la cohérence de l'ensemble, de l'échange avec les autres.

Jazz Magazine. Au moment du montage, comment travaillez-vous la musique ?
Lucas Belvaux. Elle est déjà composée mais sans cesse « réajustée ». Elle sert souvent de guide pour le montage, et nous demandions à Riccardo de modifier tel ou tel élément, surtout pour des questions de durée. Pour la scène de la fusillade, la maquette musicale originale était courte, 16 ou 32 mesures. Au montage, on a demandé à Riccardo quelques mesures supplémentaires, jusqu'au moment où la voiture redémarre. Cela donnait une tension incroyable : entre le début de la musique et la fin, le personnage avait changé de situation, mais la musique continuait imperturbablement. Puis on s'est posé la question à nouveau : pourquoi l'arrêter là ? On a continué pendant la séquence chez Jeanne, jusqu'au chalet. On peut dire que l'on a fait ces films ensemble — une telle complicité est rare dans le cinéma. Riccardo est le premier musicien avec lequel je collabore en tant que cinéaste, et c'est la même chose pour lui. On a donc mis au point notre méthode. La musique doit être un moteur, un contrepoint, un contre-chant ou un commentaire. Dans Cavale, le plus « jazz » de la trilogie, il y a cet ostinato de contrebasse, cette pulsation qui retient par moments le personnage et à d'autres le pousse.
Riccardo Del Fra. Lucas et le monteur me donnaient des indications : 1 minute 20 secondes et douze images, avant de m'appeler pour me dire qu'ils avaient coupé vingt images. Je travaillais devant les séquences en VHS. C'est une discipline particulière. Lucas m'aide à réfléchir sur la dramaturgie de la musique. Chaque geste, chaque voix est lourd de conséquences : les déplacements d'octaves ou les renversements prennent une incroyable densité quand ils sont montés sur des images...

Jazz Magazine. Même si vous travaillez avec des formations, dans des styles et avec des contraintes fort éloignés du jazz, vous gardez dans les trois films l'esprit du jazz.
Riccardo Del Fra. Je l'espère... C'est par exemple la guitare dans Après la vie, qui rompt l'académisme du quatuor à cordes. Le phrasé de cette guitare est un phrasé de jazz, mais avec moins de chaleur, d'engagement physique. Il s'agit en fait d'une « improvisation écrite », mais jouée avec le plus de distance possible.
Lucas Belvaux. La fragilité de ces notes de guitare apporte beaucoup de tension. J'ai demandé à Jacques Pellen, le guitariste, de ne pas vibrer, de jouer la note et de la laisser résonner, c'est tout. Quand il a joué, sans enthousiasme, la phrase de cette manière, il m'a dit que c'était comme un enfant qui apprenait la guitare. Mais c'est Jacques Pellen qui joue, contraint, en se retenant, une musique extrêmement précise. Les notes tombent au milieu de respirations, de soupirs, de sanglots, de souffles, de corps qui, eux aussi, sont des corps contraints.
Riccardo Del Fra. J'aurais pu demander à un guitariste classique, qui m'aurait fait ça sans problème, mais avec Jacques, on est du côté du jazz. Souterrainement, il y a du jazz partout... Le propos du film est « jazz ». La séquence où François Morel regarde la caméra en disant "On ne porte jamais assez d'attention aux gens qu'on croise" résume bien les enjeux. Et je crois qu'en jazz, il faut aussi porter attention aux sidemen méconnus qui ont souvent beaucoup à raconter. Le jazz sait donner la parole aux seconds rôles.

Jazz Magazine. Vous utilisez de très petits motifs, qui interviennent en cours de séquence et les « déréalisent » soudain.
Lucas Belvaux. C'est l'homme à l'harmonica d'Il était une fois dans l'Ouest. On travaille beaucoup sur les silences, ils font partie de la composition. Dans la séquence du porche, quand Agnès cherche de la drogue, il y a plus de soixante mesures de silence dans lesquelles les sons prennent le relais. On aurait pu arrêter et reprendre au montage. Mais les musiciens ont compté les mesures. Le coup d'archet qui vient après ces mesures, dans la pulsation, n'est pas le même, l'attaque est différente. Ce coup d'archet fait partie de la tension du film, de la justesse du morceau.

Jazz magazine. La musique de Cavale rappelle celle du Choix des armes d'Alain Corneau, amateur de jazz lui aussi...
Riccardo Del Fra. Oui, on a pensé ensemble au duo de contrebasses Ron Carter-Buster Williams du Choix des armes. La première idée de Lucas pour Cavale était de prendre un trio ou un quartette de jazz, et la musique devait commencer à la première image pour s'achever à la dernière. D'un seul jet. Mais elle risquait de disparaître comme un fond sonore, ou au contraire de parasiter les émotions contenues dans les images. Et beaucoup de séquences sont construites sur le silence, notamment celles de la planque, les exercices avec les armes. La musique, en apparaissant soudain, au milieu d'un plan, gagne en puissance.

Jazz Magazine.
Vous semblez plus attentif aux personnages qu'aux histoires... Laissez-vous improviser les acteurs ?
Lucas Belvaux. L'histoire, c'est le vecteur. Je ne raconte pas une histoire : je raconte quelque chose avec une histoire. Les acteurs sont interprètes, ils vont apporter leur regard, leur sensibilité, leur rythme, leur couleur, comme un instrument. En revanche, je ne peux pas faire d'improvisation dans un tel projet. Tout est trop lié, entremêlé. On ne peut pas improviser sinon ça modifie les autres films et on ne sait pas ce que vont être les incidences. De manière générale, je n'ai pas de goût pour l'improvisation.

Jazz Magazine. Il y a une famille de cinéma à laquelle vous appartenez : vous avez travaillé avec Alain Bergala, Jacques Rivette, Claude Chabrol, Olivier Assayas, Hervé Le Roux...
Lucas Belvaux. Il est de bon ton aujourd'hui de dire du mal de la Nouvelle Vague. Or c'est un tournant majeur de l'histoire du cinéma. Nous sommes nombreux dans ma génération à faire du cinéma grâce à eux, et le cinéma contemporain leur doit d'être vivant. Mon désir de cinéma vient de la Nouvelle Vague. Il passe aujourd'hui par la musique et j'ai envie de continuer l'aventure avec Riccardo. Je lis en ce moment des romans sur le jazz dans le but de trouver une histoire à adapter. J'aime beaucoup Bird. J'aimerais filmer le jazz, me poser cette question : comment filmer la musique ? Et je sais qu'avec le jazz, il est essentiel de ne pas couper, de laisser la musique imposer sa durée.


Nous remercions Jazz Magazine pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu'à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.

Riccardo Del Fra et MFA

 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
Riccardo Del Fra, Lucas Belvaux, Jacques Pellen, François Morel, Jazz Magazine


Retour a la liste des sujets