MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Grand Prix lycéen des compositeurs 2003

  Jacques Bonnaure  La Lettre du Musicien, avril 2003, n° 281

Paroles d'enseignants. Des professeurs de musique nous ont écrit pour nous indiquer la façon dont ils ont procédé et le climat dans lequel s'est passé le travail d'écoute et d'analyse.

Paroles d'enseignants

Des professeurs de musique nous ont écrit pour nous indiquer la façon dont ils ont procédé et le climat dans lequel s'est passé le travail d'écoute et d'analyse.

Extraits de lettres :         

... Je joins les originaux des travaux des élèves à l'issue du vote. Certains ont choisi de s'adresser à l'un ou l'autre des compositeurs, ou directement à vous, organisateurs, qu'il faut féliciter. Cette édition 2003 a été pour certains l'occasion de découvertes, pour d'autres de tenter une sorte de bilan de trois années de prix, avec parfois une question pertinente : peut-on appréhender la création musicale contemporaine au prisme du Grand Prix Lycéen ?
C'est la mise en parallèle des concerts de "Rendez-vous Musiques Nouvelles" organisé par Claude Lefèvre et son équipe à Forbach en novembre, des rencontres avec compositeurs et interprètes venus dans nos classes et ce travail critique qui autorisent certains de nos élèves à des avis intéressants : par exemple le mariage de plus en plus réussi entre sons acoustiques et électroacoustiques, la prédominance des rythmes et des timbres, et le travail des compositeurs, des interprètes et des ingénieurs du son sur une spatialisation renouvelée.
Ils ont cette année nombreux à plébisciter les œuvres comportant un texte compréhensible – voire théâtralisé –, et celles qui se référent à un monde sonore qui leur est familier.
Finalement, un bel exercice pour apprendre à dire pourquoi on aime une musique, et accepter d'autres avis. 
Daniel Bérard Lycée Jean-Moulin, Forbach (57)


... Ce qui nous paraissait dérangeant dans les premières écoutes (manque de repères, structures floues, timbres difficiles à reconnaître...) s'est transformé en questions : qu'est-ce qui fait repère dans une œuvre musicale ? De quoi dépend la forme et comment la reconnaît-on ?
Evolution du timbre dans l'histoire de la musique jusqu'aux sons produit par les nouvelles technologies, la superposition, l'opposition ou la fusion des timbres.
Ces recherches nous ont permis d'écouter autrement la musique, celle des compositeurs proposés pour ce Grand Prix mais plus particulièrement celle de Bruno Mantovani. 
Philippe Le Ferrand Lycée Ste-Anne-St-Louis, Ste-Anne-d'Auray (27)


... Surtout, je tiens à vous remercier pour la matinée de rencontre avec Christian Lauba. Veuillez lui transmettre mes remerciements et ceux de mes élèves. Nous avons été très touchés par son témoignage si sensible sur le métier de compositeur : ses interrogations, ses envies, ses questionnements.
Comment s'inscrire dans l'héritage musical ? Faut-il s'incliner devant des modes ? A qui le compositeur doit-il penser en composant ; quel public ? Ses confrères ? Les jeunes ? Le grand public ?... Composer pour aujourd'hui, pour demain ?
Cet échange a réellement été passionnant, d'autant plus que Christian Lauba a été curieux de leurs goûts de jeunes lycéens musiciens et ils ont été touchés par cela. ... Une belle expérience à renouveler ? 
Anne Blayac-Buono Lycée Jean-Monnet, Montpellier (34)


... Merci de nous avoir permis de participer à cette expérience enrichissante pour les élèves si éloignés de la musique contemporaine dans notre petite ville de province.
Ils sont enthousiasmés à l'idée de rencontrer les compositeurs. Bien sûr, nous avons manqué de temps car ils n'ont qu'une heure de musique hebdomadaire et nous avions d'autres activités à mener de front.
... Nous espérons recommencer l'an prochain avec plus d'expérience et de temps. 
Claudine Amalric Lycée Gustave-Jaume, Pierrelatte (26)


... Merci encore pour cette opportunité qui chaque année permet de faire rencontrer à des élèves des œuvres inconnues et de les placer dans une position inhabituelle, celle de jurys, alors qu'ils ont plutôt l'habitude d'être jugés ! 
Jean-François Levraux Lycée Vauvenargues, Aix-en-Provence (13)


... J'enseigne dans une première série L option musique obligatoire. La classe, à l'effectif réduit, se compose de huit filles, au parcours musical différent. Quand je leur ai proposé de participer à ce Grand Prix Lycéen des Compositeurs, elles ont tout de suite adhéré au projet.
Il faut dire, malgré tout, que ces huit adolescentes sont motivées et très ouvertes. Ce qui m'a par contre surprise, c'est la rapidité avec laquelle elles ont choisi les œuvres. Rapidité mais pas précipitation !
Les discussions étaient animées, nourries ; les réflexions perspicaces. Et très vite, certaines œuvres ont été éliminées, d'autres plébiscitées.
D'autre part, alors que d'habitude les goûts sont partagés, ici, elles se sont très majoritairement réunies autour de deux œuvres. 
Christelle Bossu Lycée Beauregard, Montbrison (42)


... Pour la deuxième année consécutive le Lycée espagnol participe à votre concours. La classe concernée avait été préparée dès la fin de l'année dernière pour permettre une meilleure connaissance des diverses techniques de composition possibles. On avait utilisé pour cela les enregistrements relatifs au concours de l'année 2002.
Le bruit avait couru que, dans la classe de musique, on entendait des disques surprenants, déroutants, différents, et il y avait une certaine demande de la part des élèves. Qu'à cela ne tienne, on a commencé donc par écouter quelques exemples, avant de recevoir les disques de cette année.
Cette démarche s'est révélée assez intéressante, car on écoutait sans le "stress" de devoir choisir par la suite.
La méthode de travail, mis à part cette "introduction", a été la même que l'année précédente : distribution des notes sur chaque disque (la presque totalité des élèves étant bilingues, on a aidé les autres, ce qui est loin de déplaire aux profs de français...), première audition puis présélection, auditions des œuvres restantes puis vote final. 
Juan M. Sanchez Lycée espagnol, Paris


... Pour la troisième année, le Lycée Montgrand participe à ce Grand Prix Lycéen des Compositeurs pour lequel les élèves manifestent un enthousiasme croissant et je constate une amélioration dans l'écoute de cette musique.
En effet, si mes élèves du cru 2000/2001 avaient manifesté du rejet à l'écoute des œuvres proposées, les faisant choisir, faute de mieux, Comme une étoile du matin d'Anthony Girard ; leurs cadets ont, cette année, éliminé Intrada de Eric Tanguy, jugeant l'œ;uvre trop conventionnelle.
Les élèves ont découvert ces œuvres avec ouverture d'esprit mais esprit critique, sensibilité et intelligence.
Ils ont même été séduits par certaines œuvres, chacun avec sa sensibilité, même si Georges Aperghis s'est tout de suite détaché du lot par son originalité et il a fait l'unanimité, cela dès la première écoute. 
Olivier Arnaud Lycée Montgrand, Marseille


... C'est la troisième année, que je présente la sélection de La Lettre du Musicien à une partie de mes élèves. Après un démarrage un peu difficile (pièces longues et forcément déroutantes pour les néophytes), l'écoute et la critique se sont affinées et les commentaires sont devenus plus personnels.
La découverte des avis de chacun, souvent contrastés, fut une richesse. Les deux œuvres choisies émergent nettement, l'une pour le recours à l'électronique qui leur a paru "nécessaire" à notre époque, les instruments traditionnels leur semblant appartenir à un autre âge, l'autre pour le côté presque ludique et pour sa vitalité dépaysante.
Il me semble que, de manière générale, les élèves sont plus sensibles à une musique qui leur permet d'imaginer une certaine figuration : histoire, images...
Quand une œuvre ne leur permet pas cela, le rejet est presque immédiat. Merci de nous aider à faire mieux connaître un aspect de la musique d'aujourd'hui. 
Marie-Françoise Quinet Lycée Pasteur, Lille


... Je voudrais à nouveau vous féliciter pour cette excellente initiative et vous remercier de donner les moyens tant aux élèves qu'aux enseignants d'aborder la musique contemporaine dans des conditions aussi attrayantes (envoi de disques gratuitement), sérieuses (qualité des compositeurs et des œuvres proposées) et motivantes (participation de jeunes à un concours connu et reconnu).
Les travaux se sont déroulés dès réception des disques. Pour ne pas influencer les élèves, les disques ont été distribués sans que je donne d'informations sur les œuvres ni sur les compositeurs (les livrets des disques n'ont cependant pas été supprimés).
Les élèves de Terminale ont participé avec application au jury. Ils se sont passé les disques, j'ai récolté leurs impressions au fur et à mesure, mais sans jamais donner d'avis personnel et en leur demandant de ne pas échanger leurs sentiments respectifs ou préciser leur choix.
Les critères choisis étaient la sensibilité, la recherche de nouvelles organisations sonores, l'élaboration générale de l'œuvre.
Toutes les œuvres ont été écoutées par tous les élèves. Chaque élève devait donner finalement deux noms (deux titres chacun). ... Deux compositeurs et deux œuvres se sont enfin dégagés. 
Damien Barthélémy Lycée Carnot, Cannes (06)


... Les élèves ont été séduits par l'univers musical de certains chants, par le traitement vocal, par l'accompagnement varié mais toujours riche d'invention sonore, rythmique, de la cohésion entre voix et ensemble instrumental. Les classes de première et de terminale L musique, 18 élèves, ont été concernés par cette réflexion
La démarche adoptée a voulu concilier aussi bien l'audition plaisir et l'audition analyse et aussi permettre des écoutes multiples des œuvres afin de se familiariser avec les extraits et ainsi éviter des jugements trop soumis au sentiment présent.
La première étape a consisté en un échange organisé des disques avec une fiche d'accompagnement.
La seconde est celle de l'écoute en groupe, analyse, discussion. Un classement personnel s'en est suivi.
La phase terminale a commencé par le dépouillement des choix, une nouvelle écoute des trois œuvres les plus citées, et enfin le vote final. 
Ghislaine Bellance Lycée de Bellevue, Fort-de-France


... Cette expérience a permis d'intégrer de façon attentive et dynamique, la musique actuelle dans leur parcours musical individuel, et à mieux les insérer dans le monde artistique de leur temps.  Sylvain Labartette Lycée Georges-Brassens, Paris ... Une fois de plus, cette audition a permis à des jeunes musiciens d'entrer dans un répertoire qu'il n'auraient pas ou que tardivement abordé : le but premier est atteint, merci pour eux. 
Patrice Latour Lycée Jeanne-d'Arc, Rouen (76)


... Pour cette seconde participation des élèves du Lycée Henri-Martin au Grand Prix Lycéen et d'un point de vue purement méthodologique, le déroulement s'est cette année encore conformé aux modèles que vous suggériez, aux règles de fonctionnement que vous préconisiez : après l'écoute de chacune des pièces, nous avons procédé à un vote de présélection.
Une analyse plus approfondie a été menée sur les œuvres restantes puis le vote final a eu lieu. Telle a été la démarche engagée dans les deux niveaux.
Si, pour l'édition précédente, nous avions opté pour la rédaction d'un "rapport" collectif sur les deux œuvres retenues, cette année a été privilégié l'établissement d'un commentaire individuel ou en binôme sur les deux œuvres ayant recueillis le plus de suffrages.
L'élaboration d'une telle démarche permet, dans les commentaires, de conserver aux niveaux des remarques et des réflexions toute l'authenticité et la spontanéité, reflétant ainsi de manière plus fidèle les échanges et les interventions qui ont eu lieu dans le cadre de la classe, le niveau d'implication et l'engagement de chaque élève.
En somme, vous découvrirez des commentaires, certes parfois inégaux, avec pour certains quelques maladresses, mais, pour tous, vous rencontrerez des formulations pertinentes contenant toute une palette d'expressions basée sur leur conviction première, sur le ressenti provoqué par l'écoute de telle ou telle œuvre. 
Laurent Raymond Lycée Henri-Martin, Saint-Quentin (02).


Paroles de lycéens

 Si, après quatre éditions, on avait encore des doutes sur l'efficacité culturelle du Grand Prix Lycéen des Compositeurs, Christophe, du Lycée Jean-Moulin de Forbach, nous les ôterait :
"J'aurais aimé qu'il y ait de la musique à l'ancienne dans le genre Mozart. Avant ce Grand Prix, le mot "contemporain" me rendait malade. J'ai appris à écouter un nouveau genre musical."
Apprendre à écouter, aiguiser ses oreilles, voilà la véritable fonction de ce travail réalisé par les élèves et les professeurs. Comme les années précédentes, nous avons demandé aux lycéens de parler de ce qu'ils ont entendu. Au contraire de tant de musiques qui ne font que traverser le corps, l'approche de ces musiques plus complexes demande à être argumentée. Et comme les années précédentes, les lycéens se sont montrés de fort bons critiques musicaux, que leurs critiques soient collectives ou individuelles..

 
Morceaux choisis


 
Georges Aperghis : Die Hamletmaschine Oratorio
La relation texte-musique est prenante, voire choquante. La multiplicité des jeux vocaux nous maintient dans une écoute active et nous fait ressentir de multiples émotions (peur, terreur). (Arras, Lycée Robespierre)

On pourrait presque comparer cette œuvre au Lamento d'Arianne de Monteverdi. (Marie-Laure, Forbach, Lycée Jean-Moulin)

J'ai aimé l'utilisation du matériau sonore, la voix en tant qu'élément-timbre, l'aspect agressif, surprenant de la musique. (Avignon, Lycée Théodore-Aubanel)

Le texte est provocateur et indécent. Mais il est déclamé avec tant de détachement et cette petite pointe d'humour qu'il en devient sublime. (Cayenne, Lycée Gontran-Damas)

Ce que j'apprécie particulièrement chez Aperghis, c'est son identité musicale hors du commun. On reconnaît tout de suite son style. (Frédéric, Belfort, Lycée Courbet)

Hamlet-Maschine est un melting-pot : on y retrouve l'atmosphère de Shakespeare mais avec une vue actuelle. (Savigny/Orge, Lycée Corot)

C'est un monde étrange, difforme, perturbé, toujours très surprenant, toujours en évolution. Même les silences sont remplis de tension. (Belfort, Lycée Courbet)

On pourrait parodier Sacha Guitry : le silence qui suit une œuvre d'Aperghis, c'est encore de l'Aperghis !

Georges Aperghis et MFA

 
Daniel A. D'Adamo : Voices
Une atmosphère intrigante pénètre alors le cœur d'un public aux aguets, sombrant dans un décor embourbé de violence (belle formule !). L'auditeur est absorbé par l'intrigue politique (l'œuvre est dédiée aux luttes des Indiens du Chiapas, NDLR) qui tourne autour de lui. C'est le pouvoir d'un état contre celui d'un peuple. (Elsa, Grande-Synthe, Lycée du Noordover)

En revanche, pour Anna, de Savigny-sur-Orge, "les Indiens du Chiapas n'en demandaient pas tant !"
Ce qui n'est pas l'avis des Secondes du Lycée Pontus-de-Thiard de Chalon/Saône qui ont jugé l'œuvre humaine, fine et intelligente sur le plan de la forme (dialogue entre solistes et groupes) et ont apprécié " la dimension politique et l'engagement du créateur. "

Daniel A. D'Adamo et MFA

 
Christian Lauba : Kupang
Ce morceau nous a séduits par ses effets sonores et l'utilisation d'instruments originaux. Son côté dépaysant donne une autre perception de la musique contemporaine, une idée plus positive ; l'aspect sympathique, vivant, voire amusant nous a fait choisir Kupang avec une belle unanimité. (Lille, Lycée Pasteur)

Christian Lauba nous donnerait une image de la nature calme, sereine, ou bien mystérieuse grâce aux gongs (moines tibétains) qui contrastent avec la cacophonie des "casseroles" et des klaxons qui représenteraient les humains. (Frédéric, Paris, Lycée Louise-de-Marillac)

J'aime Christian Lauba. Sa musique est influencée par toutes le musiques du monde... J'entends des modes, des superpositions, des rythmes qui rendent cette œuvre incontournable. Bravo Christian ! (Poitiers, Lycée Victor-Hugo)

Christian Lauba et MFA

 
Bruno Mantovani : D'un rêve parti
Grande inspiration qu'il puise dans la musique savante et populaire. Le mélange des deux est très intéressant et enlève enfin cette frontière que certains "sectaires" peuvent placer entre elles [intéressante revendication de l'abolition de la hiérarchie des genres et de l'assouplissement des frontières, NDLR]. Enfin une musique qui laisse place à l'intégrité musicale. (Frédéric, Belfort, Lycée Courbet)

Avec les échappées des instruments aigus et une ambiance floue, on peut penser à un rêve dont les détails se sont échappés. (Antoine, Besançon, Lycée Pasteur)

Bruno Mantovani ne nous laisse pas une seconde de répit. Tout n'est que rebondissements... Ecoutez Mantovani et entrez dans un monde en perpétuelle gestation. (Saint Laurent/Sèvre, Lycée Saint-Gabriel)

Et l'on termine sur ce bel oxymore de Mathilde (Lycée Pasteur, Besançon) : "Il y avait une complexité rythmique, mais facile à comprendre."

Bruno Mantovani et MFA

 
Marc Monnet : Bibilolo
On apprécie certaines nouvelles sonorités qu'aucun instrument acoustique ne peut rendre ; mais dans tous les cas, c'est l'originalité et l'aspect quasi enfantin de cette musique qualifiée même de sympathique qui ont retenu notre attention. (Bourg-en-Bresse, Lycée Edgard-Quinet)

L'œuvre, d'aspect ludique voire humoristique, fait appel à un imaginaire libre, non dirigé et dénué d'un esprit expressif qui viendrait interférer sur la liberté d'écoute. L'infiniment petit de la matière sonore tintinnabulante, l'à peine perceptible des intensités, le presque rien des timbres nous situent dans un univers enfantin très attachant. (Clermont-Ferrand, Lycée Jeanne-d'Arc)

C'est une œuvre humoristique. Je pense que ce type d'œuvre peut plaire aux jeunes car le rythme ne manque pas. Le jeu des six percussionnistes peut nous rappeler beaucoup de sons du quotidien tels que le son du "game boy", du flipper, tous ces jeux familiers aux adolescents. (Mélanie, Epinal, Lycée Claude-Gellée)

Bibilolo a donné lieu à de très nombreux commentaires qui reviennent tous sur le côté humoristique et enfantin, revendiqué par Marc Monnet, mais aussi sur la nature des sons qui ont intéressé le public par leur nouveauté mais aussi par leur proximité avec des sonorités de l'univers adolescent.

Marc Monnet et MFA

 
Tristan Murail : Winter Fragments
Nous sommes touchés pas la délicatesse qui se dégage de l'œuvre : l'alliance des sonorités instrumentales et électroniques s'effectue dans un équilibre raffiné ; tout se déroule dans un climat éthéré grâce au son cristallin des flûtes. Nous sommes sensibles à l'importance du silence, et ce statisme apparent permet l'immersion dans l'atmosphère fragile et fluide de l'œuvre. (Paris, Lycée Racine)

Tristan Murail réalise une œuvre extraordinaire. Le temps passe et fait constamment évoluer des paysages imaginaires. Rien ne reste statique. Des interventions toujours très fines et délicates ont fait naître en nous des sentiments très forts et plein d'émotion. (Belfort, Lycée Courbet)

Tristan Murail et MFA

 
Gérard Pesson : Cinq chansons
Le cycle a plu pour son optimisme, sa simplicité, les jeux entre les voix et les instruments et son caractère oriental. (Marseille, Lycée Montgrand)

Coup de cœur pour la chanson La Porteuse d'eau. La performance de cette mélodie est de recréer avec des instruments classiques une ambiance et des sonorités africaines et animales. Le jeu des cordes imite le hululement de la chouette. L'instrumentation raffinée, douce et voluptueuse, nous propose une rythmique sur le bois des instruments. Les mélismes de la voix s'adaptent très bien à cette évocation et mettent en valeur le poème. Dépaysement garanti ! (Saint-Laurent/Sèvre, Lycée Saint-Gabriel)

À noter que La porteuse d'eau a été également plébiscitée par le Lycée Chopin de Nancy. Texte marrant et assez original (de Marie Redonnet).
J'aime la bonne coordination entre la voix et les instruments utilisés en bruitage. (Pierre, Montpellier, Lycée Jean-Monnet)

Ce que j'ai le plus aimé, c'est le rythme... Cette musique nous emporte dès qu'on l'entend ! (Sarah, Forbach, Lycée Jean-Moulin)

Gérard Pesson et MFA

 
Eric Tanguy : Intrada
L'œuvre de Tanguy, de formation classique, nous séduit par son dynamisme et souvent par l'épaisseur de l'écriture. Cependant, les impressions ressenties sont contrastées car le compositeur sait alterner différents styles. (Dijon, Lycée Carnot)

Le caractère grandiose, magistral de cette œuvre, a emporté l'adhésion. Beaucoup la trouvent très chargée en émotion, assez proche de l'esprit de certaines musiques de film. Le langage contemporain leur a paru ici plus accessible. (Grenoble, Lycée Champollion)

On entre dans un état de transe dès le début, assez proche du Sacre du printemps ; on en sort épuisé à la fin de l'œuvre. (Lissa, Aix-en-Provence, Lycée Vauvenargues)

L'orchestration riche et l'ambiance lyrique suscitent beaucoup d'émotions. (Arras, Lycée Robespierre).

Éric Tanguy et MFA



Tout le monde n'a pas été premier, mais chaque compositeur a été sélectionné au moins une fois par une classe. Et, comme le disent de manière fort sympathique les élèves du Lycée Bellevue de Fort-de-France, l'élimination, ce n'est pas parce qu'on n'aime pas, mais parce qu'il fallait en choisir un seul ! Jacques Bonnaure

 

Nous remercions La Lettre du Musicien pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu'à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.

 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
Bruno Mantovani, Christian Lauba, Anthony Girard, Eric Tanguy, Georges Aperghis, Die Hamletmaschine Oratorio, Daniel A. D'Adamo, Christian Lauba, Marc Monnet, Tristan Murail, Gérard Pesson, Eric Tanguy, La Lettre du Musicien


Retour a la liste des sujets