MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Les aides aux disques et aux DVD musicaux

  Margot Seban  Musique Info hebdo, 28 mars 2003

Six organismes allouent des subventions aux producteurs de phonogrammes : la SPPF, la SCPP, l'Adami, la Sacem, le FCM et MFA. Depuis janvier 2004, le FCM ajoute à son dispositif d'aide un programme d'aide à la distribution phonographique, créé à l'initiative du ministère de la Culture ; la SPPF a décidé de son côté d'une aide aux DVD musicaux. Ces organismes, sociétés de gestion de droits et fonds d'aides à la création, participent à l'émergence de nouveaux talents en contribuant au financement des projets. Musique Info Hebdo fait le point sur les critères d'éligibilité et conditions d'attribution des principales aides à la production.
SPPF : aides au disque et à la promotion
La SPPF < www.sppf.com > (Société civile des producteurs de phonogrammes en France) apporte son aide à la production de disques ainsi qu'à la promotion et au marketing du phonogramme. Elle s'adresse aux producteurs bénéficiant d'une distribution effective. Ces subventions concernent les productions d'artistes en développement ou en redémarrage de carrière.

Dans le cadre de l'aide au disque, la SPPF prend en compte les coûts d'enregistrement et des frais techniques, y compris la postproduction, hors fabrication. Le producteur ou le licencié, à jour de ses cotisations sociales, doit faire un apport minimum de 50 % du budget total (hors budget promotionnel et de fabrication). Les phonogrammes doivent être édités au plus tard douze mois après obtention de l'accord et dix-huit mois pour le classique. Passé ce délai, les subventions sont annulées. L'aide à la promotion et au marketing comprend les dépenses liées à l'achat d'espaces publicitaires (TV, radio, presse), PLV, street marketing, affichage et rémunération d'un attaché de presse indépendant. Sont éligibles les albums et singles (à condition que le single soit extrait d'un album publié ou à paraître) ayant été fixés dans un des États membres de l'Union européenne et faisant l'objet d'exploitation sur le territoire français. Le demandeur doit faire un apport minimum de 22 867,35 euros.

Les compilations sont exclues du dispositif. Les demandes peuvent être présentées avant et après le lancement des dépenses promotionnelles et marketing. La subvention ne sera versée, quant à elle, que sur présentation des pièces justificatives rattachées au projet. La campagne doit être réalisée dans les douze mois qui suivent l'accord de la commission sous peine de caducité de l'accord.

Les subventions attribuées par la SPPF sont cumulables avec les autres organismes, à l'exception de la SCPP. Toutes aides confondues, le montant de la subvention sur le disque est plafonné à 15 245 euros et ne peut dépasser un tiers du budget global. L'aide à la promotion et au marketing peut couvrir 25 % des dépenses dans la limite de 15 245 euros également. "Le programme d'aide à la production et au marketing vient compléter utilement le dispositif d'aide à la production. Le rôle de la SPPF est de participer au soutien de la production indépendante", précise Jérôme Roger, directeur général de la SPPF.

La commission d'aide à la création de la SPPF se réunit toutes les six semaines. [...] Les dossiers doivent être remis un mois auparavant, Un même demandeur peut recevoir au maximum quatre aides par an. Pour plus de renseignements, consulter la page http://www.sppf.com/aides/index.html 

Nouveauté 2004 : aide aux DVD musicaux

Dans le but d'accompagner les efforts des producteurs, la SPPF a décidé de démarrer, à titre expérimental, un nouveau programme d'aide consacré à la production de DVD musicaux. Les projets susceptibles d'être aidés doivent porter sur "la captation d'un concert ou d'un spectacle musical à condition que celle-ci soit accompagnée de différentes séquences venant enrichir le contenu du DVD (interview d'artistes, making off, plages interactives)." Cette aide s'adresse essentiellement aux producteurs de phonogrammes, en leur qualité de financeur d'un DVD musical.

 
SCPP: aides sélectives et droits de tirage
La Société civile pour l'exercice des droits des producteurs phonographiques < www.scpp.fr > attribue des subventions aux producteurs de phonogrammes bénéficiant d'une distribution, sociétaires ou non. Destinée aux projets de démarrage ou de redémarrage de carrières, l'aide à la création d'enregistrement dépend du budget d'aides sélectives et du droit de tirage.

Les aides sélectives ne sont pas accessibles aux membres de la SCPP qui disposent d'un solde droit de tirage supérieur à 4 573 euros. Celui-ci est réparti aux membres au prorata des droits que leur répertoire a générés. Le montant comprend au maximum un tiers du budget d'enregistrement, celui-ci est plafonné à 30 490 euros. Quant aux demandes de subventions pour l'aide sélective, elles doivent être présentées avant la date de commercialisation du support. Le producteur devra faire un apport d'au moins 50 % du budget (hors coût de fabrication des supports, mastering et budget promotionnel). Le montant de la subvention est plafonné à 30 489 euros pour les albums et ne peut dépasser un tiers du budget total. Les subventions seront versées en deux temps, 50 % avant la date de réalisation du projet et le solde restant à son achèvement. Les projets doivent être édités dans les douze mois après l'octroi de la subvention, dix-huit mois pour le classique. Ce délai écoulé, le producteur sera redevable des 50 % de la subvention versée. Les subventions SCPP sont cumulables avec les autres organismes, à l'exception de la SPPF.

Le montant des aides sélectives est réparti par le conseil d'administration de la SCPP qui se réunit à chaque fin de mois [...]. Pour plus de renseignements, consulter la page http://www.scpp.fr/SCPP/SCPPWeb.nsf/zRubriquesAlias/2?Opendocument

 
Sacem : aide à l'autoproduction
Seuls les membres de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique < www.sacem.fr > ont accès à ces aides. Les porteurs de projets liés à une structure associative ou commerciale, producteurs de musiques toutes niches confondues, peuvent adresser leur demande à la Sacem.

L'aide à l'autoproduction phonographique s'adresse aux jeunes artistes, compositeurs, membres de la Sacem et âgés de moins de 30 ans, producteurs d'un premier ou deuxième enregistrement de musiques actuelles. La demande doit être déposée avant la commercialisation du phonogramme. La subvention ne pourra être accordée à plus de deux autoproduits par porteur de projet. Le financement du projet comprend les frais de fabrication, de mastering et des DRM pour un maximum de mille unités. Le montant de la subvention est plafonné à 3 000 euros. Un minimum de six titres, soit 40 minutes, est requis. L'aide à la production de phonogrammes inclus tous les répertoires, hormis la variété.

La Sacem contribue au financement du programme d'Aide Variété pris en charge par le FCM. Elle s'adresse aux auteurs et/ou compositeurs dans le domaine des musiques actuelles. Ce programme est destiné exclusivement aux membres de la Sacem âgés de moins de 35 ans. Un minimum de quatre titres, soit une durée de 30 minutes, est requis. Le soutien de la Sacem ne peut dépasser 25 % du budget, il est plafonné à 1 500 euros. Les deux aides requièrent un enregistrement d'au moins 75 % d'&brkbar;uvres originales déposées à la Sacem et jamais encore fixées. Une maquette de l'enregistrement doit être envoyée à la division culturelle. Un fonds d'encouragement au nouvel enregistrement est aussi apporté par la Sacem. Il concerne les compositeurs d'&brkbar;uvres symphoniques, de chambre, d'électroacoustique et poètes inscrits à la DDGR.

La commission d'aide à la production de phonogrammes se réunit en mars et octobre. La commission d'aide aux enregistrements autoproduits se réunit en juin et novembre. Les dossiers sont recevables au plus tard le 15 juin et le 15 novembre. "Un nouveau programme d'aide à l'export pour les producteurs indépendants sera opérationnel au second semestre 2003", ajoute Olivier Bernard, responsable du service culturel de la Sacem.

 
FCM : aides par niches musicales
Le Fonds pour la création musicale < www.lefcm.org > alloue deux types d'aide, une à la production phonographique de variété et une seconde aux musiques classiques et contemporaines, jazz de création, musiques traditionnelles et musiques pour enfant. Le bénéficiaire doit être l'employeur des artistes et disposer d'un engagement écrit avec un distributeur.

L'aide à la production phonographique de variété a été créée en collaboration avec le ministère de la Culture. Elle est destinée aux projets d'enregistrements d'&brkbar;uvres originales inédites (au moins 50 % des titres et du temps d'enregistrement). Les structures commerciales, producteurs d'enregistrements (licences et produits finis inclus) peuvent accéder à cette subvention. Le producteur ou les coproducteurs doivent faire l'apport d'au moins 50 % du cadre subventionnable, à l'exception des albums enregistrés en public. Dans le cadre de la seconde subvention, les associations peuvent aussi déposer un dossier à condition qu'elles soient représentées par une société de production. Le coproducteur doit faire l'apport d'au moins 30 % du cadre subventionnable.

Les subventions des deux aides comprennent les frais d'enregistrement, de rémunération et de postproduction, hors frais de fabrication et de promotion. Le soutien du FCM est limité à 30 % du cadre subventionnel, plafonné à 15 000 euros pour les albums et à 4 500 euros pour les singles. Les subventions sont attribuées en deux temps, un acompte de 50 % avant la réalisation du projet et le solde après. Le phonogramme ne doit pas être commercialisé avant la date de commission. Le nombre d'aides est limité à trois ans par label. Le producteur a un an après la date de commission pour régulariser son dossier sans quoi le FCM récupérera l'intégralité des subventions allouées, sauf si une demande de délais a été déposée auparavant.

Cinq commissions Disque de variété se réunissent par an. [...]. Quatre commissions sur le disque se réunissent par an [...].Se reporter au site www.lefcm.org, onglet « Les aides financières »

Nouveauté 2004 : un programme d'aide pour les projets innovants

Le Fonds pour la création musicale ajoute à son dispositif un programme d'aide à la distribution phonographique, créé à l'initiative du ministère de la Culture. Accompagner les producteurs et les distributeurs dans un développement alternatif et complémentaire aux méthodes traditionnelles de distribution déjà en place, tel est l'objectif de ce programme dont la finalité est de favoriser l'accès au public des répertoires de musiques dites « difficiles » (lire : qui ont du mal à trouver leur public, comme la musique contemporaine, les musiques traditionnelles ou le jazz).

Il s'agit d'une première puisque ce programme est mis en place en dehors du cadre de l'article R 321.9 du Code de la propriété intellectuelle, lequel sous-tend tout le dispositif d'aides géré par le FCM. Il est, par ailleurs, financé intégralement par le ministère de la Culture (DMDTS) et n'est donc pas abondé par l'ensemble des sociétés civiles, comme c'est le cas pour les autres aides que gère l'organisme interprofessionnel. "Le FCM prend en fait le relais d'une aide du ministère, lancée l'an dernier, explique son directeur François Chesnais. Nous avons le savoir-faire pour gérer ce type de programme, avec une souplesse et une rapidité d'action qu'une administration n'a pas forcément."

Cette aide à la distribution sera prioritairement réservée aux labels indépendants, aux projets innovants et aux initiatives collectives. "Le but est d'aider les producteurs qui bénéficient déjà d'une distribution nationale (c'est l'une des conditions exigées) à trouver d'autres débouchés. Par exemple : les libraires, les débits de tabac, des présentoirs aux bornes d'écoute dans des lieux atypiques, etc. Des initiatives alternatives comme le Calif entrent dans ce champ." Le milieu associatif, s'il est composé de professionnels de la musique, peut y prétendre, alors que sont en revanche exclus du programme les magasins et lieux de vente au détail, ainsi que la distribution par téléchargement, les ventes par Internet et le marché des disques d'occasion.

Le montant de l'aide ne pourra excéder 30 % du budget présenté à la commission. Pour les dossiers acceptés, il sera établi une convention de financement qui prévoit, entre autres, le versement de l'aide du FCM en deux fois : 50 % à la signature de la convention et 50 % après la réalisation du projet et à réception des justificatifs (budget réalisé, commentaires sur les éventuels écarts entre le prévisionnel et le réalisé, copie des principales factures et rapport moral).

La commission  à laquelle participeront des producteurs membres du Snep, de l'Upfi, de la SCPP et de la SPPF (le ministère ayant la volonté d'associer la profession à ce programme)  exigera un "strict respect du droit d'auteur, d'éditeur et plus généralement du code de la propriété intellectuelle". Le dispositif, d'ores et déjà opérationnel, bénéficie d'un budget annuel de 250 000 euros, mais démarre avec un reliquat de 104 000 euros de 2003, soit une disponibilité de 354 000 euros pour 2004. Se reporter au site www.lefcm.org, onglet « Les aides financières »

 
MFA: aide spécifique
Musique française d'aujourd'hui < www.musiquefrancaise.net > apporte son soutien à la production d'enregistrements phonographiques sur des niches musicales précises. Seuls les producteurs de musique classique contemporaine (de chambre, symphonique et lyrique), jazz de création, musiques improvisées et musiques traditionnelles peuvent déposer leurs dossiers. Les projets doivent être présentés par un producteur bénéficiant d'un engagement de distribution. Seules les demandes de producteurs exerçant une activité commerciale et les demandes conjointement présentées par une société de production et une association sont recevables. Le financement du projet porte uniquement sur le coût artistique du projet, le budget marketing sera pris en considération à titre d'information. Le producteur devra faire un apport au moins égal à 25 % du budget et ne pourra faire fabriquer le phonogramme avant la date de commission d'agrément. Le projet peut être porté par un producteur opérant à l'étranger si le support est exploité en France. Le financement sera attribué après envoi de 25 unités du support à la MFA sur lequel devra apparaître le logo de MFA. La subvention est valable un an à partir de la date de notification. Les commissions d'agrément se réunissent deux fois par an, en mars et en octobre [...].

Créée à l'initiative du ministère de la Culture, de la Sacem, de Radio France et de la Sacd, MFA a participé à la production de 350 disques depuis 1978 [...].

 
ADAMI : aide à la création
La commission Variété consacre chaque année une partie de son budget à la création de phonogrammes en soutenant tous les genres musicaux. Le financement accordé par l'Adami < www.adami.fr > prend en compte toutes les dépenses liées à la production du disque, y compris les frais de marketing et de fabrication.

Les dossiers doivent être déposés à la société civile pour l'administration des droits des artistes et musiciens interprètes en amont de l'enregistrement. La demande de subvention ne pourra être supérieure à un tiers du budget global. Quant à l'apport du producteur, il doit représenter au moins 50 % du budget global. Les demandes doivent êtres faites au nom d'une personne morale et non physique. Les aides financières accordées par l'Adami ne seront pas cessibles à des tiers. Pour le jazz, le classique et la musique contemporaine, le producteur doit garantir une distribution. L'ensemble des subventions, tous organismes confondus, ne pourra dépasser 50 % du budget global. Pour obtenir cette subvention, l'Adami demande, comme les autres organismes, que tous les artistes interprètes soient rémunérés et que le producteur soit en règle avec les organismes sociaux. La première partie de la subvention ne sera versée qu'après signature et présentation des contrats d'enregistrements.

Le projet doit impérativement être réalisé dans les douze mois qui suivent la date de décision de la commission. Les sommes affectées au projet ne seront pas maintenues au-delà de deux ans après accord. [...] Chaque commission se réunit toutes les fins de mois, hormis les mois de juillet et août. Les dossiers doivent êtres transmis à l'Adami au minimum un mois avant la date d'enregistrement de l'album. Le dossier de demande d'aide est téléchargeable sur la page www.adami.fr

 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
SPPF, scpp, Adami, Sacem, FCM,


Retour a la liste des sujets