MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu

  p.r. par Stéphane Friédérich  La Lettre du Musicien, novembre 2003, ,° 96

Fondé en 1979 par Bernard Tétu, ce chœur professionnel mène une politique artistique ambitieuse : son répertoire original met en valeur des partitions oubliées et s'appuie sur la création contemporaine. Il a fidélisé un public et encourage la formation de chanteurs et de chefs de chœurs amateurs et professionnels. Bernard Tétu et Anne-Christine Taberlet, directrice générale du Chœur, évoquent ce parcours et leurs projets artistiques.
Questions à Bernard Tétu, directeur artistique et
La Lettre du musicien : Rappelez-nous les origines du Chœur...
Bernard Tétu : Serge Baudo, alors directeur musical de l'Orchestre national de Lyon, avait créé le Festival Berlioz. Il souhaita me confier la création d'un grand chœur qui puisse être associé aux productions de l'Orchestre. Je lui proposai de mettre sur pied un ensemble à géométrie variable (chœur de chambre, chœur d'oratorio, ensemble de solistes qui, regroupés, forment le chœur symphonique) afin de mieux répondre à la politique de l'Orchestre, mais aussi pour développer en parallèle un répertoire spécifique. L'entente entre le Chœur et l'Orchestre national de Lyon étant très bonne, Serge Baudo m'a confié à plusieurs reprises la direction de l'Orchestre pour différents programmes avec chœur.


La Lettre du musicien :
On peut imaginer que votre répertoire personnel devrait être celui des XIXe et XXe siècles...
Bernard Tétu : Détrompez-vous ! J'avais dirigé l'une des premières productions du King Arthur de Purcell, mais également la Messe pour quatre chœurs et quatre orchestres de Marc-Antoine Charpentier bien avant que ces partitions intéressent les interprètes « baroqueux ». J'avais également créé plusieurs œuvres contemporaines. J'ai connu ce paradoxe d'être « catalogué » en France d'interprète du romantisme ou de la musique du XXe siècle alors que j'avais collaboré avec l'Ensemble Intercontemporain et qu'au Canada, on me demandait de diriger du Monteverdi !


La Lettre du musicien : Qui sont vos chanteurs et comment les recrutez-vous ?
Bernard Tétu : Pour composer un ensemble de solistes, il n'est pas si simple de réunir des artistes reconnus comme solistes et qui choisissent de former un ensemble de très haut niveau composé de 12 à 16 musiciens. Les chanteurs de cette qualité musicale et humaine n'ont pas à se prouver entre eux qu'ils sont « bons » ! Les questions de susceptibilité n'existent pas, ou peu. Nous donnons une vingtaine de programmes différents par an, soit une cinquantaine de concerts. Je choisis les couleurs des voix qui correspondent idéalement aux répertoires que nous programmons et les chanteurs qui défendent le mieux nos concerts-spectacles. Néanmoins, l'ensemble possède une sonorité, une « signature » qui est le résultat d'un travail en commun de plusieurs années.


La Lettre du musicien : Venons-en à la programmation : vous proposez aussi bien Vox Maris d'Enesco que le Requiem de Verdi...
Bernard Tétu : Si nous ne donnions pas d'œuvres rares, voire inédites, en France, comme ce doit être probablement le cas de Vox Maris, qui d'autre le ferait ? Depuis la création du Chœur, je persiste dans une volonté d'ouvrir le répertoire en espérant que d'autres chœurs reprendront ces partitions oubliées. Ce fut récemment le cas avec Le Miroir de Jésus de Caplet que nous avons enregistré. J'essaie toujours de convaincre de l'intérêt d'une partition comme L'Épopée de Gilgamesh de Martinu que j'aimerais tant donner.


La Lettre du musicien : Cette volonté a été l'origine d'une saison musicale à Lyon...
Bernard Tétu : En effet. Nous y donnons cinq concerts que nous produisons intégralement. C'est à chaque fois un risque assumé, mais nous avons un atout considérable : celui d'avoir fidélisé un public qui nous suit dans les différents lieux de la ville parce qu'il attend d'être surpris et séduit.


La Lettre du musicien :
Ressentez-vous davantage aujourd'hui cette curiosité du public ?
Bernard Tétu : Oui, et cela me réjouit. Mais je suis aussi attristé en constatant les réticences des grands centres culturels, des scènes nationales par exemple, pour programmer ces œuvres rares. Ce que les responsables de ces institutions acceptent des auteurs de pièces de théâtre, de metteurs en scène et de chorégraphes, ils le refusent généralement aux musiciens. Le public est finalement moins frileux que bon nombre de directeurs de salles, dont la culture est essentiellement littéraire et théâtrale.


La Lettre du musicien : Vous vous produisez régulièrement en tournée à l'étranger dans des pays qui ont une forte tradition chorale...
Bernard Tétu : Nous avons donné récemment à Birmingham un spectacle poétique sur la musique française. L'accueil du public a été remarquable. Nous sommes allés également à Stuttgart, une ville dont la tradition chorale est particulièrement vive : il y a trente ans, les chanteurs français n'y étaient pas pris au sérieux. La situation a bien changé... Nous partons dans quelques jours en Chine. J'ai donné une master-class sur Berlioz à Pékin, devant une soixantaine de chefs de chœur et chefs d'orchestre : les musiciens européens y jouent un rôle d'ambassadeur de la culture musicale.


La Lettre du musicien : Comment expliquez-vous le peu de soutien des pouvoirs publics français à l'égard des chœurs professionnels ?
Bernard Tétu : Je regrette que les chœurs professionnels ne disposent pas des budgets correspondant à leur qualification. Avec des programmations parfois comparables, nos ensembles ont des budgets deux ou trois fois moindre que les orchestres. Nos structures administratives sont trop légères pour nous permettre de développer les actions que nous souhaiterions, notamment en direction des jeunes publics.


La Lettre du musicien :
Quelle part de vos activités réservez-vous aux actions pédagogiques en direction des amateurs et des professionnels ?
Bernard Tétu : J'ai créé une classe de direction de chœur au CNSMD de Lyon en 1979. J'ai formé une quarantaine de chefs de chœur professionnels. Je donne aujourd'hui des master-classes, soit pour des étudiants, soit pour des chefs de chœur en exercice qui souhaitent aborder des répertoires qu'ils ne connaissent pas. Toutefois, je ne conçois ces opérations avec l'Ensemble de Solistes que dans le cadre d'une diffusion musicale, les chanteurs se produisant à l'issue de ce travail pédagogique. L'Ensemble de Solistes assure par ailleurs des résidences dans plusieurs régions, comme c'est le cas actuellement en Picardie.


La Lettre du musicien : Quel jugement portez-vous sur la formation des chefs de chœur en France ?
Bernard Tétu : En France, nous formons d'abord des chefs d'orchestre sans nous préoccuper de la spécificité de la formation chorale. Au niveau des études, notamment dans les ENM et CNR, les initiations et la formation à la direction chorale existent, mais elles ne peuvent se suffire à elles-mêmes et remplacer un enseignement supérieur. Elles ne sont pas d'un niveau suffisant. Les enseignants devraient encourager les étudiants les plus doués à poursuivre leur formation dans le cadre de l'enseignement supérieur ou à l'étranger. La formation continue, qui serait si utile pour les chefs, n'est pas suffisante dans notre pays.


La Lettre du musicien : Comment remédier à ces manques si la formation spécialisée vous semble insuffisante ?
Bernard Tétu : Je souhaiterais la revalorisation du compagnonnage et la création auprès des chefs de chœur professionnels de postes d'assistants qui font tant défaut en France, aussi bien pour les chefs de chœur que pour les chefs d'orchestre d'ailleurs... Ces jeunes chefs dirigeraient des ensembles amateurs de qualité qui manquent aussi dans notre pays ou, éventuellement, plus tard, des ensembles professionnels. Pourquoi ne pas imaginer que les communes fassent appel à un chef de chœur qui assume une responsabilité au sein d'une agglomération ? Ce chef de chœur pourrait avoir en charge tout ou partie de la diffusion musicale, mais également de la formation au sein d'une école de musique, en liaison avec les établissements de l'Éducation nationale. Après tout, beaucoup de villes subventionnent des fanfares municipales !

 
Questions à Anne-Christine Taberlet, administratri
La Lettre du musicien : Quel est le profil des chanteurs du Chœur ?
Anne-Christine Taberlet : La plupart d'entre eux ont été formés dans l'un des deux conservatoires nationaux supérieurs ou bien à l'Atelier lyrique de Lyon. Ils sont intermittents du spectacle. Il assurent en général de multiples activités, soit en tant que solistes, soit au sein d'autres chœurs professionnels. 60 % d'entre eux n'habitent pas à Lyon. Si cela a déjà beaucoup évolué, le vivier de chanteurs professionnels n'est pas encore, à Lyon, celui de Paris.


La Lettre du musicien : Quelle est l'incidence de la crise de l'intermittence sur votre ensemble ?
Anne-Christine Taberlet : Nos musiciens sont concernés par les problèmes actuels bien qu'ils ne soient pas, je pense, parmi les plus fragilisés de la profession. Le Chœur fait partie de la Févis (Fédération des ensembles vocaux et instrumentaux spécialisés), dont les objectifs sont de défendre les musiciens intermittents spécialisés. Les soixante-dix ensembles constituant l'association sont tous particulièrement inquiets de cette situation. Nous avons d'ailleurs lancé une étude auprès de nos musiciens afin de mesurer les conséquences de cette crise.


La Lettre du musicien : Comment se répartit votre budget ?
Anne-Christine Taberlet : Les recettes propres assurent la moitié de notre budget. Les subventions, qui n'ont que légèrement augmenté, proviennent pour moitié du ministère de la Culture et pour le reste de la Région Rhône-Alpes, de la Ville de Lyon et du Département du Rhône, qui nous soutiennent avec constance. Il est vrai que notre programmation assure une diffusion équilibrée avec 30 % de concerts à Lyon, 30 % en région Rhône-Alpes et le reste en France et à l'étranger. Avec ces quatre partenaires, nous avons signé une convention unique il y a trois ans. Cette convention est en cours de renouvellement pour les années futures. Cela signifie, je l'espère, que les collectivités s'engagent à suivre sur le long terme notre projet artistique.


La Lettre du musicien : Prenons l'exemple de la tournée que vous allez entreprendre en Chine dans quelques jours...
Anne-Christine Taberlé : Un budget est toujours « bouclé » avant le départ. Nous avons reçu des aides spécifiques de deux partenaires : le département tourisme de la Chambre régionale de commerce et d'industrie et la Ville de Lyon. Nous sommes considérés comme les ambassadeurs culturels d'une délégation qui comprendra également des industriels ainsi que les quatre grands chefs cuisiniers de la région ! L'une de nos ambitions est de rapprocher la culture du tourisme.


La Lettre du musicien : Vous pourriez également envisager des opérations de promotion avec les entreprises de la région...
Anne-Christine Taberlé : Cela nous est en effet plus facile depuis que les associations sont soumises aux impôts commerciaux.


La Lettre du musicien : Que pensez-vous de la récente législation sur les fondations d'entreprise ?
Anne-Christine Taberlé : J'ai le sentiment qu'un certain nombre de structures musicales attendent beaucoup des bénéfices supposés de cette nouvelle législation. Je doute qu'elle nous apporte rapidement et à elle seule les moyens que nous attendons. En dehors des fondations bien connues des musiciens, à commencer par la Fondation France Télécom avec laquelle nous avons eu un vrai partenariat pendant plusieurs années, le mécénat est difficile à obtenir et peut-être lié à des effets de mode.


La Lettre du musicien : Vous avez fidélisé un public lyonnais. Pourquoi ne pas rechercher à vous installer dans une salle ?
Anne-Christine Taberlé : En effet, le public lyonnais nous est fidèle. Lyon est une ville « à taille humaine » qui favorise la personnalisation des rapports avec le public. Nous avons le souci de trouver les lieux les mieux adaptés à nos différents programmes, d'autant plus qu'il n'existe pas à Lyon de structure unique qui puisse accueillir la diversité de nos productions (concerts théâtralisés, musique sacrée...). Sur le fond, nous serions bien sûr ravis d'animer une salle de spectacles sur une année avec deux ou trois autres partenaires.


La Lettre du musicien : Comment répondez-vous aux différentes propositions de formation professionnelle ?
Anne-Christine Taberlé : Nous sommes avant tout une structure de diffusion et ne faisons pas de formation sans diffusion. Bernard Tétu rappelle régulièrement que la meilleure des formations est le choc du concert ! Toutefois, nous répondons avec plaisir aux structures qui souhaitent mener des actions de formation en amont de nos concerts. Nous sommes un « outil professionnel » à leur disposition, pour un public choisi par elles (scolaires, chefs de chœur, chorales...). Nous montons ensemble le projet, qui peut aller de la simple répétition publique ou master-class à une présence tout au long de l'année pendant plusieurs années : c'est le cas actuellement et depuis trois ans en Picardie grâce à l'Assercam qui pilote un véritable plan de formation vocale ; c'est également le cas avec le Festival d'Île-de-France depuis deux ans.
Depuis quelques années, nous constatons que la demande de formation de chefs de chœur se fait de plus en plus pressante. Les chorales se multiplient et elles répondent visiblement à une attente profonde du grand public. Faut-il voir dans cette attente un dérivatif à une vie de plus en plus stressante ? Il n'en reste pas moins que nous disposons de très peu de moyens humains pour organiser des actions, notamment de communication, vers les plus jeunes ou d'actions à caractère « social » comme le travail qui dépasse l'aspect musical et que nous réalisons depuis quatre ans avec le grand hôpital psychiatrique du Vinatier. L'action que nous menons auprès des malades et des enfants autistes en particulier est, je crois, exceptionnelle.


La Lettre du musicien : Le Chœur a enregistré une vingtaine de disques dont la plupart ont été particulièrement bien accueillis. Quelle est votre politique discographique ?
Anne-Christine Taberlé : Compte tenu des difficultés que traverse aujourd'hui le marché du disque, on peut se demander s'il ne faut pas créer son propre label... mais aussi quel travail ! Les projets discographiques de Bernard Tétu ne manquent pas et nous espérons pouvoir vous annoncer bientôt nos prochaines productions.

 

Nous remercions La Lettre du musicien pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu'à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.

Le Chœur de Lyon Bernard tétu et MFA

 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
Bernard Tétu, La Lettre du musicien


Retour a la liste des sujets