MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Bojan Z, le xénophile et le xénophone

  p.r. par Vincent Bessières  Jazzman, mai 2006, n° 124

Nouvel album, nouveau trio. Depuis Transpacifik capté à New York voici trois ans, Bojan Z a fait du chemin. Pensé sa musique. Bricolé un instrument. Et enregistré en deux temps, un disque, Xenophonia, qui s’annonce comme un événement de l’année. Retour sur une genèse.

Jazzman. Sur Xenophonia figurent deux batteurs, Ari Hoenig et Ben Perowsky, qui ont joué et enregistré avec vous séparément. Pourquoi ces deux trios ?
Bojan Z. La décision d’enregistrer a été précipitée par des événements extérieurs. Après l’enregistrement de Transpacifik en 2003, il fallait former un working trio différent car Scott Colley et Nasheet Waits n’étaient pas disponibles… J’avais d’abord sollicité Ari Hoenig qui, un mois avant, a annulé la tournée pour partir avec Joshua Redman ! Je lui ai demandé un remplaçant, il a proposé Ben Perowsky, auquel j’avais déjà pensé. Un premier trio s’est formé avec Rémi Vignolo et Ben Perowsky – parfois Nasheet quand Ben n’était pas libre. Au bout d’un an et demi, la nouvelle musique s’était installée, mais Ben n’a plus souhaité revenir parce qu’il avait trop d’activités aux États?Unis. J’ai senti que si je voulais avoir une trace, il fallait qu’on entre en studio. C’est ce qui a démarré le processus, en décembre 2004, sans idée précise de disque. J’avais des morceaux mais aussi autre chose, juste des couleurs… Je voulais qu’on joue et que, tous les trois, on avance un peu. L’idée générale était de capter cette énergie qui peut exister au moment où l’on oublie le public ou qu’un magnéto tourne. Dans le quotidien d’un musicien, ça correspond au moment des « balances », quand on joue entre nous pour permettre aux techniciens de faire les réglages. Il se passe un truc magique : on joue dans un esprit totalement détendu qui se perd au moment du concert, lorsque l’esprit de sérieux reprend le dessus.
 

Jazzman. Comment retrouve-t-on cet esprit en studio ?
Bojan Z. Ce qui est nouveau avec les disques durs, c’est qu’on n’est plus limité comme au temps de la bande magnétique. On peut jouer et stocker des heures de musique sans se poser de questions. Après la séance avec Ben, on a laissé les choses en suspens. Comme à chaque fois en sortant de studio ou de concert, je ne croyais pas à tout. J’avais plus de sept heures de musique et du mal à les écouter tout de suite. J’ai attendu. Entre?temps, Ari a remplacé Ben Perowsky. Le niveau est monté d’un cran. L’été suivant, on a organisé une seconde séance, entre deux concerts. On a repris des morceaux qui s’étaient peaufinés et d’autres que j’avais écrits entre?temps. Puis, là encore, j’ai laissé reposer. C’est un processus très différent de Transpacifik, enregistré au mois de juin et sorti dès octobre. Il restait presque tout à faire sur scène. Dans cet album?ci, il y a l’idée de working trio, d’un trio de route. C’est une valeur à laquelle j’attache de l’importance même si cela faisait pas mal d’années que je n’avais pas eu de groupe stable.
 

Jazzman. Les trois batteurs qui se sont succédés dans ce trio sont américains. Auraient?ils un « truc » en plus de leurs confrères français ?
Bojan Z. Oui, mais c’est surtout lié à la dynamique de leur existence. Les batteurs aux États?Unis sont nombreux et ils ont une tradition de leur instrument. J’ai besoin de musiciens qui me provoquent et me tirent vers le haut. Ce n’est pas qu’il n’y ait pas de bons batteurs en France ; il n’y en a pas assez. Aldo Romano, Daniel Humair, Tony Rabeson ou Franck Agulhon sont très occupés… Logique, ils ne sont pas nombreux. Je ne cours pas après les Américains, mais j’ai besoin d’un batteur qui se consacre à mon univers. Dernièrement, j’ai joué à Caen avant Kenny Barron, qui avait comme batteur Jonathan Blake, que je ne connaissais pas. Je l’écoute : tout y est. Après le concert, on fait le bœuf, on discute, on parle de Nasheet, il sait qu’on a joué ensemble, Nasheet lui en a parlé, etc. On embraye sur Ari : il m’explique qu’ils sont tous les deux de Philadelphie, qu’ils ont grandi ensemble, qu’ils se refilent les plans… C’est ça que j’appelle une dynamique : ils se connaissent, ils s’écoutent, ils se tiennent au courant.
 

Jazzman. Du point de vue de la musique, que vous apportent?ils ?
Bojan Z. La plupart des morceaux sur le disque ont été élaborés de manière orale parce qu’ils ont la faculté de comprendre très vite ce que j’attends. Tous les morceaux et les prétextes ont été assimilés instantanément, ce qui fait qu’on a cherché tout de suite le « jouage » tout en connaissant par cour l’idée que j’avais lancée. J’ai pu le vérifier parce que j’ai eu la possibilité – assez vache ! – d’écouter séparément chez moi les pistes enregistrées par chacun. Moi qui suis un batteur refoulé, qui pense la batterie autant que le reste… j’entendais ce que j’aurais voulu jouer si j’avais été à leur place ! Il y a des moments où, sur mes propres morceaux, je suis dépassé par Rémi ou par Ari. C’est tout ce qu’on cherche dans la vie, l’insécurité de ces moments qui remettent en question.
 

Jazzman. Le disque comprend la reprise d’une chanson de David Bowie plutôt inattendue.
Bojan Z. Ben Perowsky a un côté rock que j’adore. J’ai retrouvé un truc de génération et une culture que j’ai rarement exprimée dans le contexte du jazz. Dès que j’ai commencé à jouer ce « Ashes to Ashes », il a réagi car il a écouté les batteurs de rock et rêvé de jouer avec Bowie. Pour lui et beaucoup d’autres, jouer du rock n’est pas mal considéré. Ils aiment cette musique, ils aiment ce rôle. À l’intérieur de moi?même, je peux ressentir la même chose. Le répertoire de Bowie est tellement éloigné du jazz qu’il m’a intéressé. Bowie a été très peu repris par les jazzmen, ce n’est pas comme les chansons de Björk, qui restent modales. Reprendre « Ashes to Ashes » est parti d’une de mes réflexions mais c’est surtout la réaction enthousiaste de Ben – qui connaissait même les paroles – qui a été un encouragement, parce que ça partait d’un des musiciens, ça allait donner une dimension vraie et ne pas sonner comme un concept…
 

Jazzman. Outre le piano et le Fender Rhodes, vous êtes crédité au « xénophone ». De quoi s’agit?il ?
Bojan Z. Ce que j’ai appelé le « xénophone », c’est à la base un Fender Rhodes. Je suis devenu passionné par cet instrument que j’aime depuis longtemps. Juste avant de faire Fire & Forget de Julien Lourau, j’ai ressorti le mien. J’ai commencé à le nettoyer, à l’ouvrir, le démonter et le remonter pour comprendre comment ça marchait, à me procurer des pièces sur Internet. J’en ai acheté deux autres, un troisième à Belgrade en morceaux et c’est celui?là que j’ai reconstruit en appliquant des idées que j’avais depuis pas mal de temps : faire un clavier qui soit tempéré différemment du piano, adapté pour ta musique dite arabe. J’avais déjà fait l’expérience à la fin de l’enregistrement de Solobsession en demandant à l’accordeur de changer le tempérament du piano. Pour voir. Avec le Rhodes, j’ai pu le faire moi?même. J’ai eu des dizaines d’autres idées que j’ai développées. J’ai rajouté une distorsion, un phaser qui permet d’ajouter des modulations, de déstabiliser le son et d’être plus proche d’une guitare que d’un piano. J’ai trouvé un son qui s’est éloigné du Rhodes. On n’entend plus un piano électrique. Je l’ai appelé « xénophone ».
 

Jazzman. C’est un nom qui résonne d’une manière un peu bizarre, surtout employé par quelqu’un dont le pays natal a été déchiré par des conflits ethniques. Quelle est l’origine de cette désignation ?
Bojan Z. Xenos, c’est l’étranger. Le mot avec cette base grecque qu’on utilise le plus, c’est « xénophobie », la peur de l’étranger. Une tendance qui existe aussi bien en France, au Danemark qu’en Yougoslavie entre les Serbes, les Croates et les musulmans. Je sais ce que c’est qu’être étranger, je l’ai vécu quand je suis arrivé. Je ne parlais pas la langue, c’est une période que ne peuvent comprendre que ceux qui l’ont vécue : être privé de la communication, de la compréhension des autres et de l’échange avec eux. En outre, j’ai revécu les mêmes choses avec ma femme, Alice, qui est hollandaise et est venue vivre en France. Je suis aussi à un point dans ma vie où j’ai autant vécu ici que là?bas. À Belgrade, je suis désormais un étranger ou pas – c’est une sensation qui peut venir des autres comme de moi. De la même manière, je finis par me sentir chez moi partout. En France, mon pays d’adoption, où grandit ma fille, je suis parfaitement accepté mais il peut toujours arriver que l’on me ressorte à la figure que je suis étranger. Du point de vue de la musique, je suis confronté au dilemme des standards, c’est?à?dire jouer la musique des autres. Comment jouer ce que je suis ? Finalement, ce son qui m’est propre, c’est ce son que j’ai trouvé sur le Rhodes. C’est un « xénophone », ça produit des sons étranges, des sons étrangers, une musique d’étranger… J’aime ce mot de xenos parce que chez celui qui en ignore l’étymologie, c’est un mot qui provoque une réaction de rejet, comme le son du Rhodes trafiqué chez celui qui n’est pas averti qu’il s’agit bien d’un effet volontaire.
 

Jazzman. Où en êtes?vous désormais par rapport vos racines et à la musique des Balkans ? Il semble que vous ayez pris de la distance avec les folklores auxquels on vous a longtemps identifié.
Bojan Z. Je n’ai pas l’impression de m’en être écarté, je les ai absorbés davantage. De cette manière, je m’en suis même rapproché. Depuis que j’ai fait Koreni, je me suis tenu informé : d’autres essais ont été faits, mais à mon sens, en devenant à la mode, la musique des Balkans a « gagné » en vulgarité. Pour ma part, le moteur que j’y trouve est resté intact mais ma manière de la faire vivre, c’est de proposer à un batteur de Brooklyn ou à un contrebassiste de Toulon de la jouer. Par exemple, en reprenant « CD?Rom », morceau assez typé qui figurait sur Koreni. Immédiatement, Ben Perowsky a proposé de le jouer sur un rythme traditionnel de mariage juif. Il n’a pas eu une approche de batteur, il l’a abordé de l’intérieur, à partir de son expérience, de sa culture de Juif new?yorkais. En ce qui me concerne, je fuis les redites, j’ai la hantise de me rejouer moi?même. Je cherche une musique qui soit actuelle pour moi, pas une musique de programme. Je n’ai pas envie de créer mon « Orchestre de mariage et d’enterrement ». Ce n’est pas ma manière de fonctionner.
 

Jazzman. Continuez?vous à jouer en solo ?
Bojan Z. Oui. Je suis à un point où j’essaie de me démarquer des morceaux. Ce n’est pas évident. J’arrive à me lancer dans l’improvisation sans savoir ce que je vais jouer. J’ai envie de faire des concerts sans avoir recours à rien d’écrit, d’exploiter les choses qui viennent, de les enrichir, les arrêter au moment où elles n’ont plus de sens pour moi, pour faire des concerts entièrement improvisés. Me détacher des choses préconçues parce qu’il n’y a que là qu’on peut parler de l’imprévu et de l’improvisation.
 

Jazzman. Vous avez dit que, en solo, vous aviez eu beaucoup de mal à vous accommoder du silence. Cela reste?t?il vrai ?
Bojan Z. C’est le plus difficile. Et pas uniquement en solo. Pendant la séance avec Ben, je me suis rendu compte que je n’avais pas envie de faire de longs solos, avec accélération, développement, conclusion, applaudissements… Il a fallu que je me motive pour jouer le jeu. Pendant la seconde séance aussi. J’ai vraiment voulu chercher les choses ailleurs, ne pas me trouver dans cette obligation d’un instrumentiste qui doit raconter des phrases abondantes et rapides, ce côté démonstratif qui existe dans le jazz. J’ai même écarté du disque des morceaux que mon entourage trouvait formidables pour ces raisons?là. Je m’en moque, ce n’est pas ce vers quoi j’ai voulu aller bien que je joue avec des champions du monde en matière de « jouage » !
 

Jazzman. Vers quoi, alors, vouliez?vous aller ?
Bojan Z. Le son ! Le son de groupe, le son des morceaux… Pour moi, ce disque est vraiment une continuation. Par exemple, l’idée d’utiliser le Rhodes remonte à bien avant Transpacifik. Seulement, pendant l’enregistrement à New York, le Rhodes que j’avais été mauvais, je n’avais pu aller au bout de mon idée. Pour le nouveau disque, je me suis armé, j’ai créé toute une configuration avec deux Rhodes de part et d’autre du piano. C’est tout un concept qui peut se décliner. Le piano peut s’envisager comme instrument de chant, avec le Rhodes comme support de chant et de colorisation, ce qui combine deux espaces vraiment différents. Le Rhodes donne une profondeur étrange qui me laisse la possibilité de passer mieux à travers le « mur » du son car en jouant des phrases à l’unisson, le son électrifié du Rhodes souligne, amplifie le propos mélodique et rythmique. Quand je joue du « xénophone », c’est lui le soliste et c’est le piano qui devient instrument d’accompagnement, un peu comme une guitare serait accompagnée par une sonorité acoustique. Le placement est forcément différent. C’est vraiment le rapport au son que j’ai développé sur ce disque.


Bojan Z. et MFA
 

Nous remercions Jazzman pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu’à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.


 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
Bojan Z, Bojan Zulfikarpasic, Jazzman


Retour a la liste des sujets