MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Label bleu : les deux font vingt

  p.r. par Alex Dutilh  Jazzman, mars 2006, n° 122

Un directeur artistique qui imprime une ligne à son label parfaitement lisible, c’est moins fréquent qu’on ne le croit. Mais qu’il laisse la place à un successeur et que ce label n’en soit pas « dévalué » mais enrichi et inscrit dans un nouveau contexte, c’est rarissime. Dans le jazz ou ailleurs. Les 20 ans de Label bleu, ce sont 20 ans au service de leurs artistes : par Michel Orier d’abord, Pierre Walfisz aujourd’hui. Nous les avons réunis.

Jazzman. Quels étaient les objectifs de départ de Label bleu en 1986 ? Ont-ils été atteints ?
Michel Orier. À cette époque, j’organisais beaucoup de concerts de musiciens que j’adorais et dont la représentation discographique était totalement décalée, si ce n’est désertique. Ça me semblait problématique car j’ai toujours pensé que, entre la scène et le disque, l’un ne va pas sans l’autre. En tout cas, si un artiste aspire au développement de sa carrière ou à construire une oeuvre. Comme j’étais ingénieur du son de formation, j’ai commencé à produire des disques dès 1983, en donnant des bandes en licence à de petits labels. Le suivi étant souvent problématique, alors même que l’essentiel de l’effort était déjà réalisé. Je me suis vite dit qu’il serait plus simple d’aller au bout de la démarche et d’avoir mon propre label. Par ailleurs, je me suis rendu compte que ce secteur était financièrement fragile, notamment du fait que l’industrie du disque est probablement l’exemple économique le plus crétin qu’ait engendré le capitalisme. J’ai regardé comment fonctionnaient d’autres productions dans le théâtre, la danse ou la musique classique. Et l’idée d’inscrire le label dans un contexte d’économie mixte, avec une part d’investissement public, même réduit, comme cela se passe dans ces autres secteurs, s’est imposée d’elle-même. Voilà en ce qui concerne les raisons et la forme. Pour ce qui est de l’objectif lui-même, il s’agissait pour moi de créer une maison de disque, où le terme « maison » ne soit pas un vain mot. Une base arrière pour une famille d’artistes. Ensuite, j’ai appris le métier sur le tas.
 

Jazzman. Au départ, Michel Orier accueillait des artistes pour la plupart sans label. Il semble que ce soit différent dans votre cas, Pierre Walfisz : ceux que vous signez depuis cinq ans choisissent de rejoindre – ou de réintégrer – Label bleu ?
Pierre Walfisz. Dans un contexte plus confortable, puisque je suis arrivé après quinze ans d’acquis, la situation est finalement assez comparable en ce qui concerne les objectifs. Dans le sens où les musiciens que j’ai voulu faire travailler et l’esprit que j’ai cherché à insuffler correspondent aussi à l’idée de famille. Magic Malik et Vincent Segal ont de profondes affinités ; Bojan Z, qui était déjà là, appartient à la même génération, tout comme Julien Lourau qui « revient » après un passage chez une major. Dans le jazz, l’idée de parrain, de figure tutélaire, est importante : Michel a eu travaillé avec George Russell. Aujourd’hui, un Henri Texier ou un Steve Coleman jouent ce rôle pour toute cette génération. Mais en fin de compte, les artistes qui sont venus car ils changeaient de label sont l’exception. Parce que nous ne fonctionnons pas par « coups » mais à plus long terme. Pour chacun, il s’agit d’un mariage, on a réciproquement envie de travailler avec « quelqu’un ».
Michel Orier. Dès le départ, bénéficiant de fonds publics, l’idée de débaucher des artistes de labels fonctionnant sur des fonds strictement privés aurait été profondément choquante.
 

Jazzman. Vous avez réussi votre passage de témoin, une sorte de continuité dans le changement. C’est rarissime dans un métier où le label est littéralement incarné par celui qui en assure la direction artistique. Quel est votre secret ?
Michel Orier. Il n’y a pas de secret. On s’était rencontré deux ans plus tôt, en 1998. Quand, directeur de la Maison de la culture d’Amiens et patron du label, je me suis retrouvé nommé du jour au lendemain au cabinet de Catherine Tasca, ministre de la Culture, j’ai tout de suite pensé à Pierre. Ce sont des choses que l’on formalise a posteriori mais j’avais la certitude qu’avec lui, je pouvais partir sans mettre la maison en péril. Sinon, je ne serais pas parti. Dans une vie, monter une aventure comme Label bleu, ça n’arrive pas très souvent ; je ne me sentais pas le droit de prendre de risques.
Pierre Walfisz. De mon côté, comme Michel partait cinq jours plus tard, il m’a fallu prendre une décision à l’intuition. Nous avons eu une seule vraie conversation au cours de laquelle il m’a fait comprendre que ce serait à moi de me débrouiller. En gros, il m’a dit : « Voilà les clés de la maison. Cette famille a une histoire, ne l’oublie pas, mais sache bâtir ta propre famille aussi. » Je crois que ce qui est rarissime, c’est précisément de se retrouver ainsi tout de suite en confiance et en capacité d’autonomie. C’est pour cela que ça a pu marcher, je pense.
 

Jazzman. Comment définissez-vous, chacun, votre ligne éditoriale, votre identité artistique ?
Michel Orier. Quand j’ai démarré, j’avais 25 ans et il s’agissait des musiciens et des musiques que j’aimais profondément. Il y avait des gens qui jouaient de façon très ouverte mais sans jamais perdre le cadre de vue. Ils étaient capables d’être très ouverts sur un plan stylistique mais le tempo, ils connaissaient. Et quand ils avaient besoin de « chanter », de mettre la mélodie en avant, ils n’esquivaient pas. Je crois que j’ai toujours essayé de réaliser des albums qui « chantaient ». La question du chant était centrale. C’est probablement pourquoi, sur la fin de mes quinze ans, le label s’est beaucoup italianisé !
Pierre Walfisz. Pour moi, a posteriori, le point commun que je vois sur ces cinq dernières années, c’est qu’il s’agit d’une même génération de musiciens. Et ce n’est pas innocent, aucune autre génération avant celle-là n’a eu accès à autant de musiques simultanément. Un Magic Malik doit autant à Nusrat Fateh Ali Khan qu’à Art Tatum, Jean-Sébastien Bach ou " target= "blank">Ali Farka Touré. C’est excitant de travailler avec cette génération d’artistes car ce sont des brouilleurs de pistes, des briseurs de certitudes. Mon rôle consiste à les aider à cadrer suffisamment leur propos pour que celui-ci reste clairement perceptible par le public, qu’il y ait une histoire à raconter. Michel met en avant le mot « chant » ; pour moi, ce serait plutôt « histoire ». De la même manière qu’à un moment donné, Michel a créé Indigo à côté de Label bleu pour répondre aux besoins des artistes des musiques du monde, en 2002, j’ai ouvert avec Bleu Electric un département échappant aux formatages rock ou pop ou électro, etc. Parce que j’en avais assez de refuser des projets que je trouvais passionnants, qui m’étaient souvent apportés par des proches des artistes du label, donc des gens de la « famille », mais qui n’étaient ni du jazz, ni des musiques du monde.
 

Jazzman. N’avez-vous pas en commun une conception du rôle de directeur artistique qui se rapproche de celle d’un manager : à la fois en amont de l’enregistrement pour aider l’artiste à cerner son projet et en aval pour le faire vivre sur scène, à l’export, etc. ?
Michel Orier. Je travaillais beaucoup plus sur l’aval des projets, j’y prenais beaucoup de plaisir et effectivement, ça s’apparente à du management et à du développement de carrière. Sur l’amont, j’avais deux cas de figure : les musiciens plus expérimentés arrivaient avec des projets ficelés, les plus jeunes étaient davantage demandeurs de conseils.
Pierre Walfisz. Effectivement, cela fait partie intégrante de l’identité de Label bleu. Il y a des scènes nationales qui produisent des livres dont on n’entendra jamais parler, par exemple. Nous sommes aux antipodes de cela : réaliser un enregistrement sans se donner les moyens d’amener les oeuvres au public le plus large possible n’aurait aucun sens pour nous. Produire ne suffit pas, diffuser est aussi dans notre mission. Encore un signe d’économie mixte pour laquelle le discours est autant économique que culturel. J’irais même jusqu’à dire que je vois notre avenir dans cette activité de management : bien malin qui pourrait dire ce que deviendra le disque en tant que support d’ici quelques années. Par contre, les artistes auront toujours besoin d’être diffusés et de rencontrer leur public.

Label bleu et MFA
 


 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
Label bleu, Michel Orier, Pierre Walfisz, Jazzman


Retour a la liste des sujets