MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

L'ONJ voyage en ballon

  p.r. par Frédéric Goaty  Jazz Magazine, mars 2006, n° 568

L’Orchestre national de jazz au grand complet : ils sont venus, ils sont tous là, rien que pour Jazz Magazine et dans les bureaux flambant neufs de Banlieues Bleues. Après avoir joyeusement pris la pose devant l’objectif de notre photographe, ils se sont installés autour de la musique, celle de Led Zeppelin, adaptée à (presque) toutes les sauces par des musiciens aussi divers que Josh Roseman, Deodato ou Frank Zappa. Plus qu’un blindtest « piégeux », cette séance d’écoute collective a donné l’occasion à Franck Tortiller d’expliquer sa « ledzeppelinophilie », partagée par la majeure partie de ses musiciens. Magnéto !

Pour mieux tourner la page, l’ONJ plante l’étendard Led Zeppelin sur le territoire du jazz et s’attaque au répertoire de ce grand groupe de rock anglais. Avant leur concert à Banlieues Bleues et en exclusivité pour Jazz Magazine, Franck Tortiller et ses neuf compères ont écouté d’autres reprises de « standards » signés Page, Plant, Jones et Bonham…

 
Josh Roseman, « Kashmir »
(Cherry, Enja, 1998)

[Personne ne trouve.]
David Pouradier-Duteil. C’est pas tout simplement Led Zep ?
Franck Tortiller. J’ai déjà écouté ce disque… Le leader est tromboniste, c’est ça ? Si c’est proche de notre version ? Non, pas du tout. Il ne s’éloigne pas beaucoup du morceau original. Et puis il y a une guitare.
Vincent Limouzin. L’arrangement aussi reste proche de l’original. Franck a vraiment fait autre chose. D’abord, il a changé la métrique, ce qui nous pousse à développer quelque chose de très différent.

Jazz Magazine. C’est le Josh Roseman Unit…
David Pouradier-Duteil. Le disque est entièrement composé de reprises de Led Zep ?

Jazz Magazine. Non, il y a aussi des reprises de « standards » rock, d’Elvis Presley et de Nirvana, entre autres…
Éric Séva. C’est une approche, une attitude beaucoup plus rock que la nôtre…

Jazz Magazine. La vôtre est beaucoup plus « quoi » ?
David Pouradier-Duteil. Elle est moins percutante…
Michel Marre. Plus française… Plus Galeries Lafayette quoi… [Rires] Le style Galeries Lafayette, c’est un concept que je développe dans mes livres, lisez-les.
Éric Séva. Ne pas utiliser de guitare nous emmène dans une direction obligatoirement différente de celle-ci.
Franck Tortiller. Ne pas utiliser de guitare, c’était délibéré, pour éviter la redondance. Quand Nguyên Lê, par exemple, joue du Jimi Hendrix, il y a une vraie filiation, c’est très cohérent, et…
Patrice Héral. Tu veux dire que ce que tu joues n’est pas cohérent ?
Franck Tortiller. Non, mais Nguyên Lê, lui, a intégré cette musique dans son discours. Si un guitariste venait jouer avec nous, il occuperait forcément la « place » de Jimmy Page, il serait obligé de combler un vide.
Jean-Louis Pommier. Il y a des guitaristes qui ont, comme disait Franck, fait un travail sur Hendrix et bien « digéré » sa musique mais aucun, à ma connaissance, n’a effectué un travail sur Page, qui est pourtant un guitariste marquant, quelqu’un de très particulier, avec un son immédiatement identifiable – tout ce que les musiciens cherchent…
Franck Tortiller. Mais Page sans Led Zeppelin, ce n’est plus pareil, il y avait un « effet de groupe » qui a ensuite disparu.
David Pouradier-Duteil. Le boulot de Franck, en fait, c’était de transcrire l’esprit de Led Zeppelin…
Yves Torchinsky. On a voulu éviter de plaquer des images les unes sur les autres, de refaire ce qui avait déjà été fait…

Jazz Magazine. Avant de continuer ce blindtest, pouvez-vous nous dire ce que représente pour vous Led Zeppelin et quel est votre musicien favori dans le groupe ?
Vincent Limouzin. Moi j’aime tous les musiciens de Led Zep mais j’ai une prédilection pour John Bonham. C’est l’un des premiers batteurs que j’ai écoutés et, dans ce style de musique, il a apporté une science rythmique inouïe, ça changeait des batteurs de rock qu’on avait l’habitude d’entendre, il y avait des décalages particuliers… Un son de camion quoi, un son terrible !
Patrice Héral. Ça va faire plaisir à Pierre Boulez ce que tu dis…
Michel Marre. Moi, je ne connaissais quasiment pas cette musique. Quand j’étais jeune, j’aurais pu écouter ça mais j’étais plutôt dans la « black music », je n’écoutais pas du tout les musiques des Blancs, sauf peut-être les Rolling Stones et les Beatles, ou des choses insipides comme les Everly Brothers. Donc je découvre, et c’est fantastique. Ce que j’écoute, c’est ce qu’il y a au fond de la casserole : il faut faire bouillir la musique, et quand il n’y a plus d’eau, il reste les notes. Le morceau qu’on écoutait tout à l’heure, pour moi c’est avant tout un riff, et on ne peut pas reprendre un riff… C’est une attitude quoi !
Jean-Louis Pommier. J’ai découvert ça dans les boums d’adolescents, donc je préférais évidemment le chanteur et le guitariste, qui étaient plus attirants. Avec ce projet, j’ai redécouvert Led Zep. J’y étais venu par leur côté « hard », mais je me suis ensuite aperçu que ce n’était pas que ça, que c’était très riche.
Yves Torchinsky. Plus jeune, quand j’écoutais Led Zeppelin, je ne faisais pas spécialement attention à la basse, j’écoutais tout simplement le groupe. Le troisième disque que j’ai acheté dans ma vie c’est Led Zeppelin III [NDLR : 1970], j’adorais l’énergie, et ce que jouait Page était magique – à l’époque, je jouais de la guitare. J’écoutais aussi beaucoup de blues, Muddy Waters, c’était la même casserole quoi…
David Pouradier-Duteil. Ce sont mes parents qui m’ont mis sous perfusion Led Zep… Le soir, en revenant du boulot, mon père rapportait des disques : les Beatles, Emerson, Lake & Palmer, Hendrix, et Led Zep bien sûr… Pour moi, c’était comme une boisson ! Et ça ne m’intéressait pas de savoir ce qui me plaisait ou pas dans la musique, j’adorais tous les Led Zep – et Plant et Bonham surtout. Aujourd’hui, le disque qui me fait le plus craquer c’est Houses of The Holy [NDLR : 1973]. L’interaction entre les membres du groupe est complètement jazz, fusion… On dirait que ç’a été enregistré il y a deux ans alors que ç’a en a plus de trente. C’est du « jazz-rock » mais venant du côté du rock : du « rock-jazz »…
Patrice Héral. J’ai toujours aimé le groupe, son énergie, et pas un musicien en particulier. Il y avait une vraie osmose. Je ne suis pas fan de ce que font Plant ou Page sous leur nom. Dans les grands groupes de rock ou de jazz, il y a une alchimie, difficile de la retrouver quand chacun s’en va de son côté… C’est comme Tony Williams : il y a des beaux disques sous son nom, mais il y avait une alchimie unique quand il était dans le quintette de Miles Davis dans les années 60. Pour revenir à Led Zep, quand Xavier nous joue des samples du groupe sur scène, ce son, cette énergie, il y a quelque chose de magique qui tient à l’union de ces quatre musiciens.
Jean Gobinet. Franchement, je ne connaissais pas bien Led Zeppelin, et j’ai découvert leur musique depuis qu’on la joue avec Franck…
Éric Séva. Moi, c’est un petit peu comme Jean, c’est une musique que je ne connaissais pas, mais j’ai toujours été très sensible à l’énergie binaire du rock. J’« apprends » Led Zeppelin avec ce projet.
Franck Tortiller. J’ai eu plusieurs niveaux d’écoute avec Led Zeppelin. Quand j’étais gamin, j’étais plutôt fasciné par le côté virtuose des musiciens. Avec le recul, même s’il m’est difficile d’avoir une préférence à cause de la force du groupe, il y a quand même un mec à part, qui lie la sauce de leur « cuisine », c’est John Paul Jones. Il jouait de la basse bien sûr mais aussi de la mandoline et des claviers c’était un excellent claviériste : je connais des versions live de « Stairway To Heaven » sans basse, il faisait tout au clavier, avec de très belles harmonies. Il apportait une touche poétique au groupe.
Patrice Héral. Il était un peu à Led Zep ce que Steve Rodby est au Pat Metheny Group
Franck Tortiller. Oui, exactement. Et la discrétion du mec avec ça ! Je n’ai jamais entendu un solo de basse dans Led Zep. Ça n’existe pas. Mais dès qu’il joue…
Xavier Garcia. Led Zeppelin, c’est le biberon pour moi : je découvre le jazz à travers ce projet en fait [Rires] Je me marre quand j’entends David dire que c’étaient ses parents qui rapportaient du Led Zep’ à la maison : vu que l’on a à peu près le même âge, j’ai du mal à imaginer que ça puisse être la musique de la génération d’avant ! J’écoutais ça quand j’avais 12 ans. Leur alchimie était magique, comme l’était celle de Deep Purple ou de Pink Floyd… Un groupe, un style, un langage, un discours, une poétique : c’est ça qui était hallucinant à cette époque. Si on compare à aujourd’hui, on a une étiquette et trois cents groupes à la suite. Et ce que je trouve fantastique là-dedans, c’est le rapport d’efficacité qui va de pair avec une forme de naïveté dans la composition – quand je dis naïveté c’est une qualité, j’aurais pu dire fraîcheur. Si on essaye de mettre sur papier « Black Dog », par exemple, on a du mal. C’est quelque chose de complètement instinctif, de très oral. Les groupes de cette époque avaient confiance en leur intuition. Il y avait alors une compatibilité assez unique entre l’artistique et le commercial.


 
Frank Zappa, « Stairway To Heaven »
(The Best Band You Never Heard In Your Life, Rykodisc, 1988)

Patrice Héral. C’est Zappa en 1988. Il y a Chad Wackerman à la batterie.
Franck Tortiller. S’il y a une petite touche zappaïenne dans ce que l’on fait actuellement ? Oui, sans doute, et probablement à cause de la présence des deux vibraphones, de la profusion des percussions. On a repris l’idée du solo de guitare retranscrit pour les souffleurs mais, dans cette reprise de « Stairway », il y a beaucoup de dérision…

Jazz Magazine. L’hommage, si l’idée ne vient peut-être pas de Zappa lui-même, est néanmoins très appuyé : retranscrire ce solo de Jimmy Page pour une section d’anches et de cuivres, c’est un sacré boulot, non ?
Franck Tortiller. Oui… Ce fameux chorus de guitare… Cela dit, il est beaucoup plus difficile de retranscrire un chorus de Milt Jackson que de Jimmy Page !


 
Motohiko Hino, « Rain Song »
(It’s There, Enja, 1995)

Franck Tortiller. Aah, « Rain Song », bien…
Patrice Héral. C’est John Scofield à la guitare ?

Jazz Magazine. Oui. C’est le disque d’un batteur japonais, il y aussi Mike Stern, Karen Mantler à l’orgue et Steve Swallow à la basse…
Patrice Héral. Carrément ? C’est vraiment bien ! Et c’est sur Enja ?
Franck Tortiller. « Rain Song » est une des plus belles chansons de Led Zeppelin…
(Presque) tous les autres. Ça nous plaît beaucoup…


 
The Beastie Boys, « Rhymin’ & Stealin’ »
(Licensed To Ill, Def Jam, 1986)

[Ce morceau, rappé par les Beastie Boys, est propulsé par la batterie de Bonham, mise en boucle et samplée dans « When The Leevee Breaks », extrait de Led Zeppelin IV]
Franck Tortiller. Le rythme et le tempo ne sont jamais outranciers chez Led Zep. C’est toujours très vivant.
David Pouradier-Duteil. Ils jouaient « lourd », mais le rendu n’était pas lourd. C’était toute la grande force, le génie même de John Bonham. Il y a une grande souplesse dans sa frappe, pas de sons « courts » comme aujourd’hui : c’était vivant !
Xavier Garcia. Et ça « bouge » beaucoup : le tempo change au cours d’un morceau. Ça accélère, ça ralentit… Surtout dans les versions live d’ailleurs, que j’ai beaucoup échantillonnées pour faire ce petit mix à la fin de nos concerts.
Patrice Héral. Je voulais préciser que l’on a presque tous grandi en écoutant du Led Zeppelin. Il n’y a pas de mal à jouer cette musique. On s’y est replongé facilement…

Jazz Magazine. On entend déjà les râleurs : pourquoi jouer le répertoire d’un groupe de rock anglais alors que l’ONJ n’a jamais joué les « vrais » standards, un répertoire jazz, Ellington, Monk…
Franck Tortiller. Le jazz n’est pas une musique de répertoire. C’est une évidence. « Le jazz, ce n’est pas tant ce qu’on joue mais comment on le joue. » On connaît bien cette phrase, non ? Il n’y a que ça qui compte. Soyons radicaux : il n’y a pas de grands compositeurs de jazz comme il y a des grands compositeurs de musique classique tels que Bartók, Ravel ou Stravinsky. De l’autre côté, on a Duke Ellington – qui d’ailleurs n’arrangeait pas tout lui-même –, mais son génie n’était pas celui de l’écriture…
Michel Marre. Je ne suis pas d’accord…
Franck Tortiller. Le génie de l’écriture, là, tient à la manière dont il faisait sonner sa musique. Son génie est là, la révolution est là.
Michel Marre. Je ne suis pas d’accord pour une seule raison : quand tu fais bouillir la musique de ceux que tu as cités, que j’adore – je suis accro au patrimoine –, au niveau mélodique, on est vachement déçu du résultat. Quand on écoute Charles Mingus, il y a dix thèmes qui tuent vraiment et, je regrette, c’est de la composition, c’est magnifique, c’est un chef-d’œuvre. Dans Ellington aussi il y a des chefs-d’œuvre mélodiques.
Franck Tortiller. Oui, mais tout repose sur la manière dont on le joue.
Michel Marre. Bon, cela dit, cette question du « doute » autour du répertoire de l’ONJ fait partie de la dynamique même de l’orchestre. Il ne faut pas se bloquer sur un répertoire. L’ONJ se développe dans une espèce de trajectoire assez chaotique, c’est possible, et on s’en fout, il ne joue pas le « répertoire », c’est vrai, mais ce n’est pas un problème.
Éric Séva. Il n’y a pas de « grande » et de « moins grande » musique, il y a tout simplement des musiques datant d’époques différentes : Ellington a marqué la sienne, Led Zeppelin aussi. Dans l’ONJ, Franck a utilisé le « support » Led Zeppelin, c’est une musique forte qu’il faut, de toute manière, s’approprier. Alors, jazz, pas jazz…
Franck Tortiller. Je parle de la musique sur le papier, pas de la valeur intrinsèque ou affective de celle-ci. Je ne fais aucune différence entre le génie de Mingus et celui de Stravinsky. En revanche, un orchestre qui va jouer la musique de Mingus « dans le texte » sonnera mille fois moins bien que l’orchestre de Mingus lui-même…

Jazz Magazine. Michel Marre, y a-t-il des mélodies de Led Zeppelin que vous aimez particulièrement jouer ?
Michel Marre. Je suis très « vierge » côté Led Zeppelin. Je considère que l’instrument est un amplificateur, donc j’essaye de chanter une mélodie dans mon putain d’instrument de merde ! Il faut que je trouve le moyen d’exprimer une mélodie dans ma vieille machine à vapeur… De l’opéra aux grandes ballades du jazz, il y a des mélodies, il faut savoir piocher et exprimer. Le jazz est là aussi : c’est du son et du rythme, nous sommes cousins avec le rock, la pop…
David Pouradier-Duteil. N’oublions pas que le jazz était avant tout une musique de tradition orale. Dans l’orchestre de Count Basie, il n’y avait rien d’écrit.
Jean Gobinet. Oui, enfin, au tout début, vers la fin ç’a changé… Pour revenir à ce que disait Franck, il est vrai que dans la musique classique, l’aspect « composition » va beaucoup plus loin. Maintenant, si on parle mélodie, Gershwin est un immense mélodiste, même si on ne peut pas le mettre sur le même plan que Stravinsky côté composition… Moi j’aime autant l’un que l’autre. Mais ce n’est pas comparable.

Jazz Magazine. Avez-vous déjà « repéré », lors de vos concerts, des gens qui ne venaient que pour le côté « Led Zeppelin » ?
Éric Séva. Évidemment ! Et d’ailleurs, les gens ont souvent une attitude plus rock que jazz. Ils réagissent autrement.


 
Deodato, « Black Dog »
(First Cuckoo, MCA, 1975)

Tous. Ah ! Ah ! Ah ! L’arrangement !
Jean-Louis Pommier. C’est la musique d’un vieux film de série b ?
Patrice Héral. C’est quoi ? C’est qui ?

Jazz Magazine. Deodato, grand spécialiste des reprises décalées – il a aussi enregistré Ainsi parlait Zarathoustra façon jazz-funk... Là, il y a Steve Gadd à la batterie…
Patrice Héral. J’aurais dit Lenny White… Décidément, le répertoire a marqué…
Jean-Louis Pommier. Il y a un peu trop de silicone à mon goût…
Vincent Limouzin. Mais ça se tient, ç’a le mérite d’être amusant…

Jazz Magazine. Pour conclure, une reprise « kitsch » qui fait le lien entre votre programme Led Zeppelin et votre prochain programme, Sentimental 3/4, consacré à la valse…


 
Pat Boone, « Stairway To Heaven »
(No More Mr. Nice Guy – In A Metal Mood, Hip-O Records, 1997)

Vincent Limouzin. Hé ben ça promet ! Oups, pardon…
Patrice Héral. Ouh là… Effectivement, le lien, ce sont les trois temps…
Vincent Limouzin. Et c’est qui ?

Jazz Magazine. Un crooner américain, Pat Boone. Tout le disque est constitué de reprises de « standards » hard-rock arrangés à la sauce « jazz »…
Michel Marre. Prise de son Las Vegas !

Jazz Magazine. Justement, la transition du hard-rock à la valse ne va pas être trop difficile ? Franck Tortiller. Hé bien on arrêtera de jouer en 4/4 pour jouer en 3/4, voilà tout ! C’est aussi de la musique populaire, on a grandi dans le bal musette.
Éric Séva. Et puis là, c’est « notre » patrimoine, on a presque tous joué dans des bals…
Patrice Héral. C’est le fonds de commerce de Richard Galliano depuis des années, quoi…
Franck Tortiller. Et en même temps, il a lutté contre ça. Toots Thielemans a dit quelque chose de très joli sur le musette : « Le musette ? C’est le blues de l’Europe. » C’est tout à fait juste.
Xavier Garcia. Le blues du rock ?
Franck Tortiller. De l’Europe !
Xavier Garcia. Ah, pardon… [Rires]
Michel Marre. Dans mon imaginaire, la valse musette n’a aucune réalité. Je la décompose en italien, en auvergnat, à quoi j’ajoute un troisième paramètre : le soufisme turco-égyptien qui a débarqué en Europe de l’Ouest. La transe dans la valse, ce mouvement rotatif… Chacun va le vivre avec sa personnalité.

Jazz Magazine. Revenons à Led Zeppelin une dernière fois : quel est le morceau que vous préférez jouer sur scène ?
Patrice Héral. Tous !
Les autres. Oui… Dommage qu’on ne joue pas « Immigrant Song » ou « Whole Lotta Love »…
Franck Tortiller. J’avais commencé à travailler sur « Whole Lotta Love », mais j’ai finalement renoncé…

Jazz Magazine. Pourquoi ?
Franck Tortiller. Je ne m’en suis pas sorti !
Michel Marre. Il faut dire que le vibraphone est assez limité comme instrument… [Rires]
Xavier Garcia. Ce n’est pas pour cirer les pompes de Franck mais je trouve qu’il s’en est vraiment bien sorti – c’était un sacré piège d’arranger du Led Zeppelin. Et puis il y a toujours le risque de « jazzifier » une musique, et là, moi, mmh… ça me fait peur…
Michel Marre. Xavier a été battu à coups de disques de jazz… [Rires]
Xavier Garcia. Il est vrai que quand j’étais petit, le jazz me faisait horreur… Je n’en écoutais jamais ! D’où cette peur… Mais le boulot de Franck est très respectueux de Led Zeppelin. On reconnaît leur musique, ce qui n’était pas gagné d’avance.


 

Nous remercions Jazz Magazine pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu’à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.

 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
Orchestre national de jazz, ONJ, Franck Tortiller, David Pouradier-Duteil, Vincent Limouzin, Éric Séva, Yves Torchinsky, Vincent Limouzin, Michel Marre, Jean-Louis Pommier, Jean Gobinet, Jazz Magazine


Retour a la liste des sujets