MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Henri Dutilleux, mystère de l'instant

  p.r. par Claude Samuel  Diapason, mars 2006, n° 534

Héritier d’une tradition qui passe par Debussy, le compositeur a fêté il y a quelques jours ses 90 ans. Instant particulier où l’exercice obligé du bilan n’empêche pas le créateur de poursuivre une œuvre que ses contemporains écoutent déjà avec la considération due aux classiques.

Diapason. J’ai cru comprendre que vous aviez l’intention d’écrire un nouveau quatuor ?
Henri Dutilleux. C’est un souhait. Mais je devrais m’y consacrer, si j’ose dire, « en marge », en poursuivant parallèlement une autre activité, car je suis très sollicité et j’ai toujours très envie de composer pour l’orchestre. Un quatuor exige du temps. Le premier, Ainsi la nuit, m’a occupé pendant deux ans ! Je compose en ce moment une œuvre symphonique avec une partie vocale, destinée à Renée Fleming et à Seiji Ozawa  – un premier circuit d’exécution est déjà prévu : Tokyo, Boston et Paris. On me demande souvent pourquoi je n’ai pas travaillé davantage pour la voix. Je ne sais trop que répondre, mais peut-être est-ce dû au fait que nous étions, dans ma jeunesse, submergés par Pelléas, et par l’ensemble des œuvres vocales de Debussy. Il y avait aussi, c’est vrai, le répertoire germanique, et Wagner, qui nous plongeait souvent dans l’extase…
 

Diapason. Toute une génération de compositeurs français – on songe naturellement à Milhaud et au Groupe des Six – a violemment rejeté l’univers wagnérien, position que vous n’avez pas partagée…
Henri Dutilleux. Non, je n’ai pas rejeté l’univers wagnérien mais sa philosophie. L’essentiel pour moi, c’était son extraordinaire invention lyrique, sa puissante vision harmonique. On parle souvent de la sensualité de la vision harmonique des Français, mais regardez chez Wagner, et aussi chez Schumann ou Chopin, quelle richesse ! Ce qui m’a toujours gêné avec Wagner, indépendamment de son racisme, c’est le côté fumeux de ses textes. Je n’irai pas jusqu’à dire, comme Milhaud, que je préfère une page de Berlioz à tout Wagner. Mais je ne suis jamais allé à Bayreuth.
 

Diapason. Vous n’avez pas eu cette curiosité ?
Henri Dutilleux. Non, sans doute par crainte d’être « envahi », tant cette musique m’a longtemps poursuivi. Bien sûr, la curiosité est de tout de même là, mais – peut-être est-ce une mauvaise excuse – il y avait alors ma dépendance par rapport à mon activité à la radio. Le reste du temps, je travaillais chez moi ; je me disais que j’irais un jour à Bayreuth, l’année prochaine… Et puis, parfois, il faut savoir prendre ses distances…

Diapason. Distances que vous avez prises avec toute une tradition germanique : Bruckner, Mahler…
Henri Dutilleux. Je suis allé à Linz, la ville natale de Bruckner, à l’occasion d’un petit festival organisé pour ma musique. J’ai visité les lieux où Bruckner a vécu. Dans ses œuvres, certains moments sont sublimes d’inspiration, mais  c’est une esthétique je déteste ; mes amis suisses et allemands ne le comprennent pas. Quant à Mahler, j’y suis venu trop tard ; dans ma jeunesse, on ne le jouait pas. Et je ne parle pas de Brahms, que Charles Munch a voulu faire comprendre aux Français – cette extraordinaire polyphonie, que l’on ne découvre pas d’emblée. Mais je n’ai jamais vraiment rejeté l’héritage germanique.

Diapason. Entre ne pas refuser et partager l’enthousiasme, il y a une nuance ! Nous savons bien que votre famille, c’est d’abord Debussy sans réserve. Et Berlioz ? Faites-vous des réserves ?
Henri Dutilleux. J’ai souvent écrit sur Berlioz. Non seulement sur son génie, mais en ajoutant que j’aime ce qu’on lui reproche : la démesure ! Il s’agit d’un paradoxe, mais j’aime la démesure dans la musique française, dont nous sommes parfois privés… Le public français accepte une démesure énorme chez Mahler – démesure géniale même lorsque la forme n’est pas parfaite – et ne peut pas souffrir Berlioz. Quant à moi, j’ai toujours eu l’ambition de travailler dans le domaine de la forme, avec le sentiment d’avoir trouvé quelque chose, que ce soit en écrivant pour Paul Sacher le Mystère de l’instant ou, dans une perspective totalement différente, ma Symphonie « Le Double », ou encore les Métaboles. J’ai sans cesse évité d’adapter mon style à une forme préfabriquée. Il faut savoir aller à l’encontre de sa nature. De même, j’ai toujours été porté vers des personnalités très différentes de la mienne ; c’est ainsi que l’on peut s’enrichir. Alors, parmi mes rencontres musicales importantes figurent Roger Désormière, Jolivet aussi. Et Maurice Ohana, qui n’était pas du tout de la même école que moi. Je continue à vénérer certains de mes maîtres : Maurice Emmanuel – une personnalité formidable !
 

Diapason. Il faut naturellement vivre avec les contraires, ou les complémentaires… Pensons à la France : vous avez votre territoire, Boulez a le sien, Xenakis en a eu un également. On voit les énormes différences qui séparent ces trois mondes, parce que c’est notre actualité. Ne croyez-vous pas que nos descendants, dans un siècle ou deux, diront : « Dans le fond, c’est la même musique » ?
Henri Dutilleux. J’aurais tendance à la croire. Mais je sais que vous avez posé cette même question à Boulez, et qu’il s’est beaucoup amusé. Cela dit, que deviendra notre musique, où ira-t-elle ? Je ne voudrais tout de même pas abonder dans le sens de Honegger qui était d’un pessimisme affolant à la fin de sa vie. Il pensait qu’on ne ferait plus de musique avec les orchestres, plus de musique de chambre… Moi, je ne le crois pas. Il y aura toujours des gens capables de sentir la musique, de s’exprimer pas elle. Sinon c’est la fin du monde. Il est évident que nos connaissances enrichissent le champ de la création ; j’ai suivi le travail de Pierre Schaeffer, les recherches électroacoustiques, sans les avoir pour autant pratiquées. Le résultat n’est cependant pas si différent de ce que nous pouvons faire avec la palette offerte par l’orchestre moderne.
 Ce que je n’aime pas beaucoup, c’est la « synthèse ». Et puis, il faut bien que des expressions différentes coexistent. Je suis pour la pluralité, et regrette que nous n’ayons pas encore découvert le Chabrier de notre époque. J’ai une grande estime pour l’œuvre de Jean Françaix, un fin musicien qui n’avait pas ma curiosité et n’a pas voulu évoluer…
 

Diapason. … alors qu’il suffit de mesurer la distance qui sépare votre ballet Le Loup de vos dernières œuvres pour comprendre que l’évolution est au cœur de votre démarche.
Henri Dutilleux.  En 1942, époque douloureuse pour beaucoup de gens, j’ai composé une petite sonatine pour flûte et piano – que je n’aime pas tellement voir dans les programmes mais après tout, malgré des influences trop marquées, c’est de la musique. Ensuite, j’ai longuement médité, sans trouver tout de suite ce que je souhaitais, mais en tout cas avec le désir de m’écarter d’une certaine esthétique.
 

Diapason. Finalement, votre évolution s’est étendue sur une très longue période, sans doute est-ce votre propre rythme de travail ! Mais n’est-ce pas dû également aux contraintes de votre activité au Service des créations de l’ex-ORTF ?
Henri Dutilleux. Je crois vraiment que oui. J’étais constamment occupé. Jusqu’au jour où, me trouvant aux Etats-Unis pour la première audition de ma Symphonie n° 2, le petit service que je dirigeais a été supprimé. Cela m’a révolté. J’étais encore un assez jeune musicien, si l’on pense qu’un compositeur est jeune à soixante ans… Ensuite, c’est une vieille barbe, un vieux con, disait Honegger…
 

Diapason. En dehors de l’intérêt de votre fonction, vous avez travaillé à la Radio pour gagner votre vie. Pourquoi n’avez-vous pas choisi l’enseignement ?
Henri Dutilleux. J’ai donné des cours pendant dix ans à l’École normale de musique. Mais peut-on enseigner la composition ? Eh bien, je dis non ! On peut simplement apprendre tout ce qui y mène : l’harmonie, la fugue, le contrepoint, et l’analyse, qui n’était alors pas pratiquée. C’est Claude Delvincourt qui a pensé à l’analyse et a créé une classe spéciale pour Messiaen. Quand j’ai obtenu le titre ronflant de Prix de Rome, mes nombreuses lacunes me sont apparues, ainsi que la faiblesse de l’enseignement. Tout de même, peut-on enseigner la composition ? Je continue à croire que nous avons eu, au XXe siècle, deux grands pédagogues qui étaient en même temps deux créateurs ; vous voyez à qui je pense…
 

Diapason. À Messiaen sûrement…
Henri Dutilleux. Oui, et à Schoenberg. Je n’en vois pas beaucoup d’autres. Même si certains ont fait une carrière de professeur de composition ; en France, par exemple, Fauré, Massenet, Darius Milhaud. Stravinsky et sa Poétique musicale ? C’est, si l’on veut, un code de composition.
 

Diapason. Vous a-t-on proposé la classe de composition au Conservatoire de Paris ?
Henri Dutilleux. Bien sûr !
 

Diapason.Et vous avez refusé ?
Henri Dutilleux. En fait, j’ai senti qu’on allait me la proposer. Alors, j’ai insisté auprès du directeur de l’époque, mon vieil ami Gallois-Montbrun, pour qu’il s’adresse à André Jolivet.
 

Diapason. Pourquoi ? Avez-vous craint les honneurs, l’institution ? Vous n’avez jamais accepté d’être candidat à l’Institut, où l’on vous aurait naturellement accueilli à bras ouverts…
Henri Dutilleux. Oui, mais je n’ai pas voulu. Messiaen m’a répété à plusieurs reprises que c’était un tort, mais j’avais de bonnes raisons. Je ne m’en suis pas rendu compte en suivant cette filière à vingt ans. Titulaire du Prix de Rome, je n’avais pas compris que je m’étais engagé dans une voie qui n’était pas vraiment la mienne. À l’époque où je passais les concours du Conservatoire, nous étions jugés par des gens que nous ne pouvions pas accepter, même si, de temps en temps, il y avait un musicien…
 

Diapason… Si vous avez eu un recul vis-à-vis des honneurs, vous voyez que ceux-ci vous rattrapent aujourd’hui !
Henri Dutilleux. Oui, en le redoutant. Je ne me plains pas qu’on se mobilise pour un anniversaire dont la date est un peu proche du 27 janvier. Ce n’est pas très confortable, en pleine année Mozart… Bon, c’est fait de telle manière que c’est une fête et je suis reconnaissant à tous ceux qui y ont pensé. Mais surtout, pas trop d’hommages ! J’ai refusé d’être le héros du festival  Présences, que vous avez vous-même organisé si longtemps, en particulier parce que c’est alors très difficile de continuer à travailler. Au moment où j’ai l’ambition, peut-être l’audace, un peu trop d’audace, d’accepter de nouvelles commandes, je ne peux pas vivre dans cette atmosphère de fête perpétuelle.
 

Diapason. Vous parliez du 27 janvier. Trouvez-vous qu’actuellement, on en fait un peu trop pour Mozart – je veux dire, en terme de marketing ?
Henri Dutilleux. Cela fait partie de la vie. Tant de choses m’ont laissé indifférent chez Mozart, bien qu’on m’ait fait travailler ses premières sonates quand j’étais jeune (ensuite, on est passé à Schumann, quelle chance !) ; jusqu’au jour où la Messe en ut mineur m’a bouleversé. C’est tout de même une œuvre extraordinaire ! Et puis, Cosí fan tutte, Don Giovanni
 

Diapason. L’opéra est-il un regret pour vous ?
Henri Dutilleux. Oui, un grand regret, mais on ne peut pas vivre que de regrets. J’avais donné mon accord à Rolf Liebermann pour écrire un opéra. Mais c’était un moment où j’avais beaucoup de retard dans mon travail, l’écriture de mon quatuor à cordes me passionnait. Pourtant, j’ai cherché un sujet, lu beaucoup de nouvelles… La voix est aussi un grand regret. Je commence à colmater un peu mes lacunes, espérant trouver un chemin dans cette expression, même si des musiciens que j’estime infiniment comme Luciano Berio ont été très loin dans le domaine de l’écriture vocale. Je suis tout de même content de ce que j’ai composé, de cette œuvre, par exemple, pour le Philharmonique de Berlin, Correspondances. Un autre regret : le piano, avec lequel je ne me suis pas assez exprimé. Je ne renie pas ma Sonate, qui contient des pages que j’aime beaucoup ; c’est une œuvre de transition qui m’a conduit vers autre chose. Beaucoup de pianistes me la jouent. En l’écoutant, on peut se dire : « Tiens, il est parti de là, pour aboutir à telle ou telle chose »… Yvonne Loriod m’a demandé un jour : « Pourquoi n’avez-vous pas écrit un concerto pour Geneviève [l’épouse d’Henri Dutilleux] ? » Geneviève est la seule personne qui n’a jamais voulu m’en parler ; a-t-elle bien fait ? Elle m’a laissé décider de mes choix. De grands collègues ont écrit pour le piano en ouvrant des voies nouvelles : Messiaen et Ligeti, évidemment. Et puisqu’il est question du piano, j’aimerais dire mon attachement à l’enregistrement de Monique de la Bruchollerie, qui vient d’être réédité par l’Ina. Monique de la Bruchollerie qui, comme le disait Geneviève, était « une grande pointure ».
 

Diapason. Quand vous voyez le temps passer et que vous pensez aux commandes que vous avez acceptées, êtes-vous malheureux ou résigné ?
Henri Dutilleux. Je suis résigné, et heureux seulement lorsque je suis dans ce studio où nous parlons en ce moment ; il n’y a pas de téléphone et je peux me consacrer totalement à mon travail. Je n’avance que dans la continuité – continuité qui m’a manqué depuis un an. Pour avancer, il faut une discipline de fer. Mais je connais tant de monde, tant de jeunes compositeurs. Beaucoup m’envoient des partitions sans même me connaître. Vous me direz que je ne suis pas obligé de répondre…
 


 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
Henri Dutilleux


Retour a la liste des sujets