MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Martial Solal, éloge de la surprise

  p.r. par Alex Dutilh  Jazzman, février 2006, n° 121

Fin décembre 2005, il enregistrait en studio à la tête de son Newdecaband. Ce mois-ci, Cam Jazz publie son duo avec le trompettiste Dave Douglas. Un piano solo suivra dans quelques mois. Avec les frères Moutin, il sillonne l’Europe en trio. Et le mois prochain, un livre d’entretiens filmés (un DVD accompagne l’ouvrage) avec Xavier Prévost est publié aux éditions Michel de Maule. À 78 ans, Solal est plus flamboyant que jamais ! Pianiste, improvisateur, compositeur, arrangeur : le gentleman espiègle se confie.

Jazzman. Dans le livre d’entretiens avec Xavier Prévost qui doit être publié prochainement, vous parcourez l’ensemble de votre carrière. Une sorte de bilan. Mais en même temps, vous poursuivez la route : vous semblez même déborder de nouveaux projets. L’envie est-elle intacte ?
Martial Solal. Je continue, mais avec une motivation différente. Pendant des années, j’ai lutté pour essayer de me faire reconnaître. C’est arrivé à un moment donné. Puis j’ai voulu changer mon statut, celui que l’on m’attribue de l’extérieur. Et je crois que depuis quelques années, ce statut ne peut plus changer. Je suis dans une case qui n’est pas celle d’une grande figure américaine. Un musicien peut toujours souhaiter une reconnaissance plus large, nationale, puis internationale, mais avec la musique que je fais, je ne crois pas possible de toucher la grande foule des amateurs de jazz.
 

Jazzman. Vous voulez dire le grand public ?
Martial Solal. Pas du tout. Je parle bien des amateurs de jazz. Il serait encore plus illusoire d’essayer de toucher le grand public, vu l’état de surdité dans lequel il se trouve, malheureusement. Ceux qui aiment le jazz en général ont des idées arrêtées sur chacun de nous. Très tôt. Quasiment dès le début de carrière. Les qualificatifs que l’on m’attribue aujourd’hui sont pratiquement les mêmes qu’à mes débuts, qu’ils soient admiratifs ou péjoratifs. Quoi que je fasse et malgré les changements de générations, aussi bien du public que des journalistes… Je suis arrivé à un point où je ne crois pas pouvoir modifier ce que l’on pense de moi en essayant de prouver qu’untel à raison et tel autre tort. Vous pouvez faire les progrès que vous voulez, faire les pieds au mur, susciter toujours de nouvelles rencontres, écrire des concertos… Peu importe : ce que l’on pense de vous est une fois pour toutes dans une boîte, étiquetée.
 

Jazzman. Et en quoi consiste cette étiquette ?
Martial Solal. Ça se résume assez bien dans la remarque : « J’admire ce que vous faites, mais ça ne m’intéresse pas ! » Je simplifie. Les gens qui m’admirent sont plus nombreux que ceux qui essaient de comprendre pourquoi ça peut être admirable… Ce n’est pas ce qui est original, différent, qui les attire le plus. Quand je parle des gens, cela englobe le public, les journalistes, les autres musiciens : très majoritairement, ils préfèrent retrouver ce qu’ils connaissent déjà plutôt que de tenter d’y voir clair dans des forêts vierges. Je crois que ceux qui m’aiment vraiment sont ceux qui ont fait l’effort d’écouter beaucoup de facettes différentes. Connaître un musicien, ce n’est pas l’avoir écouté une fois pour se faire une idée. Bref, tout cela constitue un statut dans lequel je me sens à l’étroit.
 

Jazzman. Statut avec un « t », pas statue…
Martial Solal. Vous ne croyez pas si bien dire : dans le dernier article paru sur moi après ma tournée aux États-Unis, le journaliste américain se demandait pourquoi je n’avais pas une statue en France. La réponse, c’est précisément mon statut ! C’est d’ailleurs pour cela que j’ai repris le chemin des États-Unis il y a trois ans. J’y suis allé quatre fois consécutivement. J’ai joué à New York, au Village Vanguard, à l’Iridium et au Lincoln Center, au festival de San Francisco, au Jazz Bakery de Los Angeles, ainsi qu’à Washington. Et Montréal pour le Canada. J’ai eu énormément de presse là-bas, mais ça n’a eu strictement aucune répercussion sur mon statut ici. Et maintenant, je me paie le luxe de refuser des engagements lointains. Ce sont les voyages dont je suis un peu lassé. Quand on va quelque part, c’est soit pour le montant du cachet, soit pour améliorer son image, soit pour le plaisir. Tout cela existe et se recoupe même souvent. Mais le plaisir n’existe que quand je suis sur scène. Faire ses valises, se lever tôt, prendre l’avion, etc., je n’aime plus ! Banlieues Bleues, ça me convient : c’est à côté… Des escapades en Europe, ça me va encore, mais plus loin, ça me paraît fatigant et inutile. Et en plus, on est bien moins payé qu’en Europe !
 

Jazzman. Lors de vos concerts, le plaisir semble intact. Celui de décembre dernier en trio avec les frères Moutin à Radio France en témoignait largement. Quel est le secret de ce bonheur de jouer ?
Martial Solal. Le bonheur pour moi, c’est quand je m’assois au piano. Que ce soit chez moi en pyjama ou quand je fais des gammes. Il faut dire que je me débrouille toujours pour faire des gammes qui me rendent heureux, je triche un peu avec elles… Mais pour les concerts, le bonheur dure une heure. Il faudrait juste faire abstraction des quarante-huit heures qui entourent ce moment-là. Quand on est jeune musicien, c’est différent, on arrive quelque part, on va faire les musées, on sillonne la ville, on fait des rencontres et le concert, c’est juste un « cacheton ». Plus le temps passe, plus c’est la musique qui compte avant tout. Et une partie du plaisir passe par le fait de se surprendre soi-même, de surprendre ses partenaires ou se laisser surprendre par eux. Je déteste radoter et m’entendre jouer les mêmes phrases. Même s’il n’est pas question de renier son identité, son propre langage, il faut disposer d’un vocabulaire assez étendu pour permettre à la surprise d’éclore. Le bonheur en scène, c’est d’entendre une phrase à laquelle on n’avait encore jamais pensé, ou qui soit inouïe par le fruit du hasard. Un comédien spécialisé dans le one-man-show ne peut pas rire pendant vingt-cinq ans des mêmes histoires, il est contraint de se renouveler, s’il veut continuer à avoir du plaisir : c’est exactement la même chose pour un musicien. Et pour n’importe quel métier. Se surprendre soi-même et surprendre les autres est vital.
 

Jazzman. Ce facteur est-il déterminant dans le choix de vos partenaires ou interlocuteurs, que ce soit en studio ou sur scène ?
Martial Solal. Résolument. D’abord, il y a le stimulant d’une nouvelle rencontre, la magie de la première fois… Mais au cinquantième concert, il faut se surpasser pour garder ce coefficient de surprise. Chaque fois que j’arrive sur scène avec les frères Moutin, je me dis que je vais essayer de les surprendre et j’adore qu’ils m’interpellent avec des figures ou des phrases que nous n’avions pas encore explorées. Même si c’est parfois moins bien, j’ai besoin de m’étonner encore. Cela étant, nous gardons notre identité. Bon ou mauvais, un musicien est généralement reconnaissable. Mais être reconnaissable n’est pas une qualité en soi : les gens qui jouent mal, on les reconnaît aussi. Ce sont ceux qui jouent correctement mais de manière anonyme que l’on ne reconnaît pas. Les très bons et les très mauvais sont les plus faciles à reconnaître !
 

Jazzman. Entre Noël et le jour de l’an, vous avez enregistré un futur disque du Newdecaband, annoncé chez Nocturne dans quelques mois. Sur quel répertoire ?
Martial Solal. D’abord, je voudrais dire que ça s’est formidablement passé et que nous avons pu travailler dans le détail, sur les nuances, les accents, tout ce qui fait la bonne exécution. Et le résultat ne ressemble à rien ni à personne. Je n’y entends rien de ce que j’ai fait jusqu’ici.
 

Jazzman. Vous avez signé la totalité des compositions. Les arrangements aussi ?
Martial Solal. L’arrangement, c’est la base de la musique ! Écrire des mélodies, c’est une chose, en faire une œuvre musicale passe par l’arrangement : la mise en harmonie, en mouvement, en couleurs. Ce que savent parfaitement les auteurs de musiques de films : une fois qu’ils ont trouvé une ligne mélodique, c’est la nature de l’arrangement, de l’orchestration, qui va créer l’émotion, déterminer si l’on va rire ou avoir peur.
 

Jazzman. Qui joue dans ce Newdecaband ? Avez-vous renouvelé les musiciens ?
Martial Solal. Il n’y a pas de saxophones ! Uniquement des cuivres, section rythmique et voix. Les solistes sont Éric Le Lann et Claude Égéa à la trompette, Denis Leloup au trombone, François Thuillier au tuba, ma fille Claudia à la voix et moi-même au piano. Les nouveaux, ce sont le batteur Thomas Grimmonprez et le bassiste Jean-Philippe Morel, qui joue aussi de la basse électrique sur certains morceaux, une première pour moi. Seuls le deuxième trombone et le cor ne sont pas solistes. J’ai un tel plaisir avec cet ensemble qu’il est pour moi la priorité de mes futurs concerts en France. Je pense qu’il va étonner, et là je veux bien refaire mes valises et gagner peu d’argent, ce qui est le lot de quasiment tous les big bands. Chacun des membres de l’orchestre est passionnant et leur collectif me stimule profondément.
 

Jazzman. Claudia Solal est donc partie intégrante de l’orchestre, elle ne se contente pas d’apparaître sur certains morceaux ?
Martial Solal. Elle est d’autant plus permanente qu’à l’origine, j’ai imaginé cet orchestre pour jouer avec elle. Nous avions fait quelques concerts isolés en duo, mais elle a trouvé des pianistes tellement bons – Baptiste Trotignon d’abord, Benjamin Moussay aujourd’hui – que nous ne jouons plus en duo. En fait, avec ce Newdecaband, c’est la première fois que j’écris la musique avant que l’orchestre n’existe. C’est en avançant sur la partition que l’instrumentation s’est imposée, et je n’en ai fait le casting qu’en dernier. Au départ, dans mon esprit, la voix devait remplacer la section de saxophones. Mais si j’adore cela, je crains que ce ne soit pas du goût de tout le monde : encore une musique qu’il faudra écouter quinze fois avant d’éprouver du plaisir… Mais c’est comme cela que j’ai le plus de plaisir au cinéma. La première fois que je vois un film je peux être séduit, mais c’est à la douzième vision, avec des détails que je n’avais pas encore aperçus, que je fonds vraiment. Par contre, si c’est nul, je vois tout d’un coup !
 

Jazzman. Dans vos débuts aussi, on sent chez vous un intérêt particulier pour les cuivres. Et si on examine la liste des musiciens avec qui vous vous êtes produit en duo, on s’aperçoit que vous avez multiplié les rencontres avec des trompettistes. Jusqu’à tout récemment Dave Douglas : qui a eu cette idée ?
Martial Solal. J’avais rencontré les responsables de Cam Jazz à Rome l’an passé, lors d’un concert solo. Ils étaient intéressés par une série de trois albums avec moi, sans exclusivité. Lorsqu’ils m’ont demandé ce que j’aimerais faire, un solo et un trio me paraissaient évidents, mais je n’avais pas d’idée arrêtée pour le troisième. Ce sont eux qui m’ont parlé de Dave Douglas. Je connaissais son nom, mais pas sa musique. Ils m’ont passé quelques disques et devant son originalité et sa maîtrise instrumentale, deux qualités fondamentales à mes yeux, j’ai tout de suite dit d’accord. Il a des envolées étonnantes, très peu de notes ou un flot qui surgit… J’entends qu’il se sert de sa technique pour innover, pour ménager des surprises. Le contact avec Dave a été très simple. On a communiqué d’abord par mail, décidé d’écrire chacun trois pièces et que l’on compléterait éventuellement par des standards. C’est exactement ce qui s’est passé. Le premier jour de studio, nous avons simplement déchiffré les morceaux. L’enregistrement n’a débuté que le lendemain, et nous avons commencé par les standards. Dave Douglas connaît aussi parfaitement son histoire. Et pour nos compositions, tout s’est passé à merveille sur le plan de l’échange, avec un cas particulier pour l’une de ses compositions, « For Suzannah » : nous avions décidé que j’en assurerais l’introduction et le thème. J’ai joué avec la partition sous le nez et quand j’ai jeté un œil sur Dave Douglas, il écoutait intensément sans porter la trompette à ses lèvres. Je me suis ainsi retrouvé à la coda sans qu’il soit intervenu : « Je n’en ai pas senti la nécessité, je la trouve très bien comme cela », m’a-t-il dit.
 

Jazzman. Lorsque l’on constate que vous avez expérimenté autant de duos différents, on pourrait penser qu’il s’agit d’un format d’expression que vous affectionnez très particulièrement…
Martial Solal. Lorsque l’on a un trio, on cherche à le garder très longtemps. C’est une histoire de passion qui peut aller jusqu’à l’extase… En duo, avec un nouveau partenaire, la découverte est stimulante, c’est un jeu de séduction réciproque. C’est très excitant, mais ça risque de vite retomber. Pour qu’un duo soit réussi, il faut énormément de choses en commun. Il faut être en phase, notamment rythmiquement. Sinon, le pianiste a trop de choses à assurer ; pour remettre son partenaire sur les rails, il handicape sa propre liberté de vagabonder. Un duo en osmose rythmique, c’est enivrant. Mais le vrai bonheur, c’est en trio. Lorsque l’on a une équipe avec laquelle on se sent en communion amicale et musicale à la fois. On se sent voler. Cela étant, chaque format génère ses plaisirs, le solo, le big band, se retrouver concertiste d’un orchestre symphonique, en quartette, peu importe. En fait, j’ai oublié de vous le dire : j’adore la musique !
 

Jazzman. En prenant de l’âge, beaucoup de jazzmen – mais c’est peut-être le cas des artistes en général – élaguent leur jeu, tendent vers l’épure, vers plus de profondeur. Ressentez-vous cela, en ce qui concerne votre propre jeu de piano ?
Martial Solal. J’ai le sentiment d’essayer, en tout cas. D’aller vers une diminution de la quantité de notes. Mais pendant vingt ou trente ans, mon but était d’arriver à une technique idéale. Ce qui me conduisait à faire beaucoup d’exercices, à travailler des choses difficiles. On a ensuite tendance à les inclure dans son jeu. Même involontairement. Et puis, lorsque l’on est arrivé à un point où l’on se dit « Maintenant, je crois que je sais jouer », on passe à une autre époque une autre « période », comme on dit pour la peinture. Depuis une quinzaine d’années, je ne m’entends plus jouer des choses que je jouais précédemment. Cela dit, en solo, j’ai toujours raisonné comme un orchestrateur : j’expose la mélodie comme le feraient les trompettes et je réponds par une contre-proposition qui serait exprimée par les saxophones ou les trombones… Un auditeur non averti aura une perception d’ensemble très dense, d’où il aura du mal à extraire la mélodie, l’élément simple. Pour en revenir à votre question, oui, j’essaye de me retenir – parfois désespérément – et cela m’est de plus en plus naturel. Mais attention, je n’éprouve pas pour autant le besoin d’un discours minimaliste. Je ne vois pas l’intérêt de se priver si l’on a des choses à raconter. Il y a aujourd’hui, notamment chez les pianistes, une vogue du romantisme dont je soupçonne qu’elle soit surtout un effet de mode. Moi, ça ne m’intéresse pas d’être à la mode. Être moderne m’intéresse. J’ai toujours rêvé de ne jamais être démodé. J’estime être toujours à la pointe du combat.
 


 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
Newdecaband, Solal, Éric Le Lann, Claude Égéa, Denis Leloup, François Thuillier, Claudia SOlal, Thomas Grimmonprez, Jean-Philippe Morel, Jazzman


Retour a la liste des sujets