MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Jean-Philippe Viret, la basse au centre

  p.r. par Thierry Lepin  Jazzman, février 2006, n° 121

Sideman accompli, membre fondateur de l’Orchestre de contrebasse, Jean-Philippe Viret aura attendu quarante ans pour s’affirmer contrebassiste leader. En compagnie d’Édouard Ferlet et Antoine Banville, il signe avec L’Indicible, un troisième opus, son album le plus accompli.

Jazzman. Pourquoi avoir choisi un trio pour faire vos pre­miers pas en tant que leader ?
Jean-Philippe Viret. Mon premier amour musical était le trio de Bill Evans. C’est en l’écoutant que j’ai commencé la contrebasse, à 18 ans. Et Scott LaFaro est un des premiers contrebassistes à m’avoir marqué. Ensuite, j’ai remonté l’histoire. Ce qui m’intéressait, c’était la voix indépendante de l’instrument, son interaction, le contrepoint et le chant. J’ai proposé un trio car j’avais ce son en tête depuis longtemps. Quand Stéphane Grappelli est mort, je venais de passer huit ans à tourner avec lui, une expérience extraordinaire mais qui m’avait éloigné des musiciens de ma génération. J’avais déjà commencé à composer, et à ce moment-là, je me suis dit : « C’est mon tour ! » Le choix des musiciens s’est fait au fil des rencontres. Avec Édouard Ferlet et Antoine Banville, cela n’a pas toujours été facile, car on se met dans des situations de recherche, de fragilité. Aujourd’hui, grâce leur soit rendue pour le chemin parcouru… et celui à venir.

Jazzman. Au départ, vous décriviez votre formation comme « un trio de contrebassistes ». Est-ce toujours votre idée ?
Jean-Philippe Viret. Oui, et sans doute plus encore. Cela s’est affirmé en proposant des couleurs que l’on peut développer grâce à la contrebasse, qui permettent au trio de sonner comme un orchestre. La façon dont je m’autorise à sortir de l’accompagnement pour dialoguer ou pas est vraiment liée à mon instrument. En ce sens, l’archet est un élément primordial, qui m’incite à amener les musiciens vers des sons inattendus. Et je tiens particulièrement à ce qu’il n’y ait ni diva ni esclave au sein du trio. Ce qui m’intéresse, c’est la sensation des trois instruments à un niveau équivalent, comme un contrepoint permanent. Car dans beaucoup de formations à succès aujourd’hui, j’entends des solistes qui se prennent pour des divas, un batteur qui s’éclate et un esclave qui tient la baraque. Je n’entends pas de prise de risque, la peau de banane glissée sous le pied d’un musicien pour essayer de le dérouter…
 

Jazzman. À qui pensez-vous ?
Jean-Philippe Viret. À Bad Plus et E.S.T. notamment. Pour moi, il y a presque un retour en arrière dans ces trios : des portes s’étaient ouvertes et là, on revient à un fonctionnement basé sur la séduction, alors qu’on est loin d’avoir exploré toutes les possibilités. Une dose de rythmique rock, un contrebassiste qui joue la même boucle pendant dix minutes, un pianiste qui entame une mélodie facile à retenir puis y ajoute des doubles croches… Tout cela pour faire grimper l’énergie. C’est un procédé extrêmement codé, une démarche de marketing. On est loin de la liberté et des possibles du jazz. Et des raisons pour lesquelles j’ai commencé la musique. Les premiers musiciens que j’ai rencontrés – Bernard Lubat, Jean-François Jenny-Clark, René Urtreger ou Alby Cullaz – avaient choisi de se placer en dehors des courants, de suivre leur propre chemin : une attitude politique aussi. Lorsque j’ai voulu faire ce métier, je me suis dit que ce serait ma façon de faire ma révolution, de me placer socialement.
 

Jazzman. Le sens mélodique est primordial dans votre jeu comme dans celui du trio. Est-ce toujours ce qui vous guide dans vos compositions ?
Jean-Philippe Viret. Pour moi, la mélodie est très importante mais il faut savoir la mettre en valeur, la rendre surprenante dans le développement. Cela peut être une mesure en moins, un temps en plus, des choses dont on ne s’aperçoit pas mais qui permettent de tenir l’auditeur en haleine. Beaucoup de morceaux sur lesquels je travaille ne sont pas « carrés », j’en suis plus conscient qu’avant. Je peux rester des mois sur une composition tant que je n’ai pas trouvé le chemin souhaité. Aujourd’hui, je peux m’obliger à écrire sur quelque chose de nouveau pour moi, comme un rythme que je n’ai pas encore intégré, la mélodie venant ensuite.
 

Jazzman. À l’instar de la pièce « Rêve parti », votre troisième album semble plus ouvert à l’improvisation sur de nouvelles textures. Une direction suggérée auparavant mais que vous semblez vouloir développer ?
Jean-Philippe Viret. Cela me semblait naturel, propre au trio. La composition reste importante, chaque pièce doit avoir une identité forte, que l’on s’approprie ensuite, même si j’aime brouiller les cartes entre l’écrit et l’improvisé. Si « Rêve parti » paraît largement improvisé, c’est en fait très écrit mais nous travaillons effectivement sur des textures plutôt que sur une mélodie. Les propositions d’Édouard Ferlet et Antoine Banville allaient aussi dans ce sens : la recherche sonore de chaque instrument.
 

Jazzman. Les premières pièces des albums Considérations et Étant donnés débutent par un solo de contrebasse et, pour L’Indicible, vous avez choisi d’ouvrir et de conclure par deux pièces entièrement en solo. L’affirmation du leader va-t-elle de pair avec celle du contrebassiste ?
Jean-Philippe Viret. Probablement. Je me sens une légitimité que je n’avais pas forcément au début. J’ai vraiment le sentiment de signer cet album. Pour le premier, j’avais une certaine naïveté. En avançant, je la recherche encore et j’ai même envie de la défendre. C’est pour cette raison que L’Indicible débute par un solo intitulé « Ascendant vierge » et se conclut par un autre solo, « Vierge » : m’éloigner des références, me mettre en état d’ignorance pour débuter et au final ouvrir sur autre chose. Car dans mon parcours, mon premier objectif était d’être instrumentiste, le second véritablement musicien, le troisième de réaliser un engagement personnel, le trio. Un processus qui me donne la sensation d’en être encore au commencement…
 

Jazzman. Quel est le rôle du producteur Philippe Ghielmetti, hier avec le label Sketch, aujourd’hui avec Minium, dans la genèse du trio ?
Jean-Philippe Viret. Au départ, je ne savais pas ce que j’attendais d’un producteur mais instinctivement, c’est avec lui que j’ai eu envie d’enregistrer, dès que je l’ai rencontré. Il y a une véritable complicité artistique entre nous. Son rôle va bien au-delà de mettre l’argent sur la table, il défend notre musique par conviction. En studio, il est toujours à l’écoute, nous encourageant à essayer de nouvelles directions. En fait, L’Indicible devait paraître sur Sketch comme les deux albums précédents. Mais juste avant l’enregistrement en janvier 2005, Philippe m’apprend le dépôt de bilan du label ! Le choc fut difficile mais j’ai eu la volonté de faire ce disque, avec lui, par-dessus tout. Je l’ai produit moi-même, en le gardant sous le coude jusqu’au moment où on pourrait le sortir ensemble.
 

Jazzman. Parallèlement au trio, vous jouez avec des musiciens comme Bill Carrothers, Jean-Marie Machado, Lenny Popkin, Jean-Philippe Muvien ou encore Gérard Lesne… En quoi votre expérience de leader a-t-elle eu des répercussions sur votre rôle de sideman ?
Jean-Philippe Viret. Cela m’a fait connaître sous un autre jour alors que j’étais catalogué contrebassiste tout terrain. C’est suite au trio que j’ai pu intégrer le septette de Bill Carrothers, qui m’apporte énormément de plaisir. J’ai rarement entendu un leader capable de s’oublier pour suivre ce que propose un autre musicien, comme c’est le cas avec lui. L’été dernier, nous avons donné des concerts complètement free. Il y a une véritable prise de risques basée sur la confiance et l’écoute, que j’ai envie de développer davantage dans mon trio. Vers l’improvisation totale mais toujours reliée aux formes. Aller et venir de l’un à l’autre. Dans d’autres formations, je dois vraiment jouer le rôle de contrebassiste et, paradoxalement, cela me plaît davantage aujourd’hui. J’essaie de me fondre au maximum dans la couleur souhaitée par le leader mais je n’en éprouve plus aucune frustration.

Jean-Philippe Viret et MFA
 


 

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
Jean-Philippe Viret, Édouard Ferlet, Antoine Banville, Sketch, Minium, Jazzman


Retour a la liste des sujets