MFA Musique Française d'Aujourd'hui
Consulter les nouveautés du catalogue MFA Les musiciens Les labels L'écho de MFA  
masquer
 Franck Bedrossian : Charleston
 Édith Canat de Chizy : Livre d’Heures
 El-Malek, Music from Source
 Stefano Gervasoni : Antiterra
 Gérard Grisey : Le Temps et l'écume
 Yves Robert : Inspirine
 Viret, Ferlet, Moreau : Le Temps qu‘il faut
 Adam, Chalosse, Coronado, Delbecq : Around 3 gardens
 Andreu | Tusques : Arc Voltaic
 Issam Krimi: Post Jazz
 Pascal Dusapin: Quatuors à cordes et Trio
 Pascal Dusapin: 7 Solos pour orchestre
 La Grande Forge
 Christophe Marguet: Buscando la luz
 Thomas Savy: French Suite
 Sophie Alour: opus 3
 David Chevallier: Gesualdo Variations
 Nicolas Folmer meets Bob Mintzer: Off the beaten tracks, vol.1
 Claude Tchamitchian: Another Childhood
 Jean-Christophe Cholet/Diagonal: French Touch
 Aldo Romano: Origine
 Claudia Solal/Spoonbox: Room Service
 Alain Vankenhove: Beyond Mountains
 Olivier Greif: The Battle of Agincourt
 Olivier Le Goas: Sur le corps des klaxons
 Carine Bonnefoy: Tribal
 André Minvielle: follow jon hendricks… if you can!!!
 Unit: wavin’
 Georges Aperghis.
 Karol Beffa: Masques!
 Pierre de Bethmann: Cubique
 Thierry Blondeau: "Lieu & Non-lieux"
 Sylvain Cathala / Print & Friends: "Around K"
 Matthieu Donarier: "Live Forms"
 Hugues Dufourt : "Les Météores"
 Édouard Ferlet: "Filigranes"
 Guillaume Hazebrouck: "Frasques"
 Stéphane Kerecki: "Houria"
 Mantovani/Schoeller/Amy: "Concertos du XXie siécle"
 Marguet/Kühn/Monniot/Boisseau: "émotions homogènes"
 Frédéric Norel: "Dreamseekers"
 Isabelle Olivier: "My Foolish Harp"
 Régnier / Ciné X'TET: "The Mark of Zorro"
 G.de Chassy et D.Yvinec: "Songs from the last century"
 Marc-André Dalbavie par l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
 Tous Dehors: "Happy Birthday"
 Pierrick Pedron :
 Gérard Pesson: "Dispositions furtives"
 Didier Petit: "Don't Explain"
 Éric Séva: "Espaces croisés"
 Georges Aperghis: “Tingel Tangel/Jactations”
 Jean-Louis Chautemps: “Chautemps”
 François Corneloup: “Pidgin”
 Pascal Dusapin: “À quia”
 Thierry Escaich: “Chorus”
 Jean-Marie Machado: “Leve leve muito leve“
 Bernard Struber Jazztet: “Les Arômes de la mémoire”
 Tous Dehors: “Tu tousses ?”
 Trio Controverse: “Harpe bleue”
 La Campagnie des musiques à Ouïr : Ouïron-nous
 Édith Canat de Chizy : Moving
 Chassy/Yvinec : Chansons sous les bombes
 Denis Dufour : Terra Incognita
 Pascal Dusapin : Concertos
 Trois questions à Christophe Leloil
 Olivier Benoit / Circum Grand Orchestra : Le Ravissement
 Stephan Oliva : Stéréoscope
 Eric Watson : Midnight Torsion
 Surnatural Orchestra : Sans tête
 Martin Matalon : Traces
 Thierry Pécou : Symphonie du Jaguar
 Éric Le Lann : I Remember Chet
 Laurent Petitgirard : Guru
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Hugues Dufourt : L’Afrique d’après Tiepolo, L’Asie d’après Tiepolo
 Olivier Ker Ourio : Magic Tree
 Manu Codjia Trio : Covers
 Rockingchair : 1:1
 Laurent Cugny : La Tectonique des nuages
 Jean-Marie Machado / Danzas : Fiesta Nocturna
 Laurent de Wilde / Otisto23 : Fly!
 Édouard Bineau : Wared Quartet
 Les amants de Juliette & Majid Bekkas
 Stéphane Kerecki : Patience
 Oscar Strasnoy : Œuvres pour orchestre
 La Pieuvre & Circum Grand Orchestra : Feldspath
 Berne / Mandel / Raulin : Sati(e)rik Excentrik
 Diego Imbert / Michel Perez : Double Entente
 Daniel Zimmermann : Bone Machine
 Alexandre Herrer / Oxyd : Plasticity
 Tweedle-Dee
 Sylvain Cathala : Flow & Cycle
 Christophe Marguet : Constellation
 Franck Vaillant : Thisisatrio
 Orchestre National de Jazz / Yvinec : Piazzolla !
 Jean-Paul Céléa : Yes Ornette !
 Edward Perraud : Synaesthetic Trip
 Benoît Delbecq : Crescendo in Duke
 Émile Parisien Quartet : Chien Guêpe
 Daniel Humair : Sweet & Sour
 Sophie Alour : La géographie des rêves
 Édouard Ferlet : Think Bach
 Magic Malik : Alternate Steps
 Isabelle Olivier : Dodecasongs
 Senem Diyici / Mavi Yol Quartet: Dila Dila
 Philippe Le Baraillec : Involved
 The New Songs : A nest at the junction of paths
 Surnatural Orchestra : Pluir
 Rétroviseur : Rückspiegel
 Paris Jazz Big Band : Source(s)
 Pierre de Bethmann : Go
 Yann Robin : Vulcano, Art of Metal I, III
 Thierry Pécou : Tremendum
 Huston/Ferlet/Viret/Moreau : Le Mâle Entendu
 Hugues Dufourt : œuvres pour orchestre vol.2
 Raphaël Cendo : Furia
 Régis Huby : All Around
 Fred Pallem : Soundtrax
 Vincent Courtois : L'imprévu
 Nicolas Stephan / Sébastien Brun : Yebunna Seneserhat
 Denis Badault : H3B
 Pierre Jodlowski : Drones, Barbarismes…
 Jacques Lenot : intégrale de l'œuvre pour piano
 Thierry Lancino : Requiem
 Roy / Courtois / Tchamitchian : Amarco
 Bruno Mantovani : Concerto pour 2 altos
 Philippe Manoury : Inharmonies
 Libre Ensemble : Libre(s) ensemble
 Bernard Cavanna : Karl Koop Konzert
 Édith Canat de Chizy : Times
 Franck Bedrossian : Manifesto
 Lucien Guérinel : 24 Préludes pour Nolde
 Sabbagh / Monder / Humair : I Will Follow You
 Michel Benita : ethics
 Sixun : Palabre
 L'Effet Vapeur : Bobines Mélodies
 Alban Darche / Le Gros Cube : Polar Mood
 Francis et ses peintres : La Paloma
 François Corneloup : Next
 Raulin/Oliva : Echoes of Spring
 Santacruz/Wodrascka/Deschepper/Cappozzo : Récifs
 Thierry Pécou : L'Oiseau innumérable
 Jean-Philippe Muvien : Rebirth
 Bruno Mantovani : Le Sette Chiese
 Christophe Leloil : Echoes
 Philippe Le Baraillec : Invisible Wound
 Daniel Humair : Bonus Boom
 Olivier Benoit / Happy House : Inoxydable
 Bruno Angelini, Giovanni Falzone : If Duo, Songs volume 1
masquer
 L'aventure Sketch. 2e épisode…
 Les Allumés du Jazz
 Cover Art, entretien avec Gianfranco Pontillo
 Le Living ouvre ses portes en ligne
 Didier Petit : Le lien, l’outil, le temps
 Triple hommage
 Marc-André Dalbavie, un art en résonance
 Jazz en France : suivez le guide !
 Thôt : large et extra
 Pierre Boulez, un jeune homme de 80 ans
 Lionel Belmondo, hymne à la foi
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Pascal Dusapin

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
François Sarhan

 Grand Prix lycéen des compositeurs 2005 :
Philippe Hersant, le choix des professeurs

 L'aventure Sketch. 1er épisode…
 L'aventue Sketch, 3e épisode, l'après…
 Yves Rousseau, la plume et l’archet
 “Erewohn” de Hugues Dufourt
 Le jazz en son éternel recommencement
 Les Allumés du Jazz, n°9
 Jean-Marie Machado, lettres portugaises
 Jean-Luc Cappozzo, la pêche miraculeuse
 Bojan Z fait le pont à Brooklyn…
 Louis Sclavis a réponse à tout
 Une édition des écrits d'Hugues Dufourt
 ONJ Daniel Yvinec. Le casting
 Gérard Grisey : Ecrits ou l’invention de la musique spectrale
 3 questions à Benoît Thiebergien
 Les structures standard
 Vincent Mascart, artiste multipiste
 Temps-danse groove
 Laurence Equilbey, le chœur en solo
 Thierry Escaich, variation sur une basse obstinée
 Philippe Hersant, l'harmonie avant tout
 Serge Adam, brass electro
 Franck Ténot, celui qui aimait le jazz
 François Corneloup, la musique à l'usure
 Les Allumés du Jazz, n°10
 Les dix ans de l'Ensemble Télémaque
 Issam Krimi. Portrait d'un passionné du silence
 Olivier Greif, Chants de l'âme
 Henri Texier passe à table
 Questions & Verdict : Franck Vaillant
 Quatre questions à Daniel Yvinec
 Claudia Solal : Room Service
 Hugues Dufourt, Prix Charles Cros pour Erewohn
 “Wu Xing” de Qigang Chen, un voyage à travers la nature.
 La Lettre du Musicien donne la parole aux élèves pour le Grand Prix lycéen des compositeurs 2004
 Lionel Belmondo, une passion française
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Proles de lycéens sur Crwth de F. Sarhan
 Stephan Oliva en six coïncidences
 Jean-Philippe Viret, la basse au centre
 Martial Solal, éloge de la surprise
 Les voix invisibles de Qigang Chen
 Henri Dutilleux, mystère de l'instant
 L'ONJ voyage en ballon
 Les lycéens parlent d'Outre-Mémoire de Thierry Pécou
 Les lycéens s'expriment sur Voire(x) de P. Leroux
 Grand Prix lycéen des compositeurs. Régis Campo, le choix des professeurs
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2006. Connesson, choix des lycéens
 Édith Canat de Chizy témoigne, carrière artistique et enseignement
 Jean-Luc Cappozzo, « J'assume la totalité de mon histoire »
 Sylvia Versini, pianiste et arrangeuse
 Andy Emler, cinq CD pour l'île déserte
 Bojan Z, le xénophile et le xénophone
 Solistes et Chœur de Lyon-Bernard Tétu
 Pascal Dusapin poursuivi par les feux de l'opéra
 Grand Prix lycéen des compositeurs 2003
 Lucas Belvaux et Riccardo Del Fra, le principe du jazz
 Riccardo Del Fra, Éloge de l'inquiétude
 Daniel Humair, une batterie de questions
 Bruno Angelini, un portrait
 Entretien avec Thierry Pécou
 Guillaume Connesson, Et la lumière fuse
 David Chevallier, une rencontre
 Sophie Alour, saxophoniste : ma vie, mes oeuvres
 Thomas Savy, portrait
 Tweedle-Dee
 Alain Gibert, l'enfant oublié
 Michaël Levinas : La Métamorphose
 Michaël Levinas : Quand les hommes ont le cafard
 Un Pedron peut en cacher un autre
 Raulin / Oliva : le débat
 Stéphan Oliva, le ciné-fils
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2015
 Löhrer, retour au Jazz
 Philippe Le Baraillec : Le retour d'un poète
 Bernard Cavanna "Grand Prix de la musique symphonique"
 Une journée d'études
 Alain Bancquart a 80 ans
 Édith Canat de Chizy récompensée par l'Académie Charles Cros 2015
 Philippe Leroux récompensé par l'Académie Charles Cros 2015
 Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2017
 Thierry Pécou, Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (carrière)


Retour a la liste des sujets

Henri Texier passe à table

  propos recueillis par Pascal Anquetil  Jazz Magazine Jazzman, octobre 2010 n°618

À l'heure des retrouvailles avec Joe Lovano et Steve Swallow, alors qu'il participe à la reprise par Aldo Romano du "Complete Communion" de Don Cherry, à quelques mois de la parution de son album "Canto Negro" par le Nord-Sud Quintet, Henri Texier passe à table, tout simplement.

C'est à Montreuil, 45 rue de Paris, à la Cave, excellent restaurant caché dans l'arrière-salle d'une épicerie fine, qu'Henri Texier a choisi de nous donner rendez-vous. Pour nous parler de sa riche actualité et nous offrir un bel éloge de la fidélité. Au menu, terrine de foie gras, agneau confit, café gourmand, le tout arrosé d'un Languedoc remarquable (Champ du Coq, vin de pays des Côtes de Thongue).

Pascal Anquetil : Quand, dans l'annuaire Jazz de France je vous avais posé la question « Pourquoi le jazz ? », vous m'aviez répondu : « Pour la liberté, contre l'oppression. Pour la Yie, contre la mort. Pour l'élégance, contre la vulgarité. Pour la sensualité, contre la sécheresse. Pour la justice, contre la brutalité et le mépris ». Vous auriez pu ajouter : « Pour la fidélité, contre l'oubli et l'ingratitude. »
Henri Texier : C'est vrai, je suis fidèle, mais je ne le fais pas exprès. Il en est de la fidélité comme de la générosité. Il faut se méfier des gens qui sont fidèles ou généreux avec n'importe qui par confort personnel. C'est chez eux comme une maladie. J'aime la fidélité parce que, dans ma vie privée comme professionnelle, j'ai tissé des liens forts et quasi indestructibles avec des personnes avec qui il est gai d'être fidèle. J'ai rencontré beaucoup de gens avec qui la fidélité n'avait aucune raison d'exister. Mais, une fois que j'ai le bonheur d'en croiser une avec qui je peux nouer des relations singulières, il faut savoir ensuite entretenir cette fidélité. Cela demande beaucoup d'attention, d'imagination, de vigilance et de remise en cause permanente. Pour que ne s'installent pas la routine et la lassitude. En tant que chef d'orchestre, je suis très conscient de la nécessité d'imaginer des propositions musicales toujours surprenantes, afin qu'elles stimulent le plaisir de jouer et de participer à l'aventure collective.

PA :Votre actualité cet automne va vous permettre de tester votre sens de la fidélité. À preuve, vos retrouvailles salle Pleyel, le 2 octobre, avec le quartette Transatlantik - Joe Lovano, Steve Swallow et Aldo Romano. La première fois que vous avez entendu Lovano, ce fut le coup de foudre : « Quand j'aime un musicien, aviez-vous dit, c'est que je vibre au son qu'il a. » Est-ce toujours vrai ?
HT :
On reste dans la fidélité. Cette vibration, tant qu'elle perdure, je n'ai aucune raison de m'en priver et de m'en éloigner. Joe Lovano, ç'a été pour moi une vraie révélation. J'attendais depuis longtemps, inconsciemment, d'entendre un tel saxophoniste. Je l'ai découvert en juillet 1981, la première fois avec Paul Motian dans un festival que j'organisais à la Roche-Jagu en Bretagne. Il jouait avec le saxophoniste Billy Drewes. Pendant la balance, Paul m'avait demandé de veiller à bien équilibrer les deux saxes. Aux manettes de la console, j'avais Joe à la main gauche et Billy à la droite. J'ai pu ainsi suivre le concert au millimètre. Dès ses premières interventions, Lovano m'a ébloui. Grand choc ! Je me suis dit qu'il fallait que je joue un jour avec lui. J'ai profité de son passage à Paris l'automne suivant, avec Motian, pour lui donner une cassette du "Quartex", comme on l'appelait à l'époque, avec Louis Sclavis, Philippe Deschepper et Jacques Mahieux. Il l'a écouté et m'a vite répondu que jouer avec moi l'intéressait. C'était le début d'une collaboration commencée il y a trente ans, et qui se poursuit toujours. En 1986, il participait à "Paris-Batignolles", mon premier album chez Label Bleu, puis en 1988 aux deux disques du Transatlantik Quartet, "Izlaz" et "Colonel Skopje". Salle Pleyel, on va s'offrir le bonheur de rejouer ce répertoire. Un florilège de toutes ces compositions bien connues des amateurs, comme Idemo, Colonel Skopje, Desaparecido... Cela va être un réel plaisir que de repasser dans les traces de ces musiques qui à mon sens n'ont pas pris une ride. Et avec les mêmes compagnons.

PA : Steve Swallow sera bien sûr de la fête ...
HT :
Il a été le premier musicien américain que j'ai invité. C'était à l'occasion de Jazz en Aulnoye, l'ancêtre de Banlieues Bleues. C'est quelqu'un qui m'a fortement marqué, surtout par la manière unique et magique dont il place sa personnalité à l'intérieur des groupes auxquels il participe. Il m'a aussi influencé au niveau du phrasé, avec cette attitude paisible et sereine qu'il a toujours par rapport à la musique. Voilà quelqu'un de très fidèle, cultivé, érudit même, d'une qualité humaine rarissime.

PA : À propos de personnalité hors du commun, votre actualité rencontre aussi ce mois-ci Don Cherry, un artiste qui vous est cher et à qui vous rendez hommage dans le nouvel album d'Aldo Romano, "Complete Communion".
HT :
Je suis très heureux d'être associé au projet d'Aldo. Ma rencontre avec Don Cherry est une histoire magnifique. La première fois que je l'ai entendu et vu, c'était à l'Olympia lors d'un concert à 18 h avec Sonny Rollins. J'y rencontre Bibi Rovère qui me propose de le remplacer le soir même au Blue Note pour accompagner Bud Powell. Quelle journée magique ! À l'époque, avec mes copains de 16/17 ans, Alain Tabar-Nouval, Jean-Max Albert, Georges Locatelli, Jacques Thollot, bientôt remplacé par Klaus Hagel, le beau-frère de Karl Berger, alors vibraphoniste dans l'orchestre de Cherry, on avait monté un groupe qui jouait toutes les compas de Don et d'Ornette. En 1965, j'avais 20 ans. Don débarque à Paris et s'installe boulevard Magenta dans l'appartement de Jean-François Jenny-Clark. Toutes les nuits, avec Aldo, ils jouent ensemble au Chat Qui Pêche. La patronne, Madame Ricard, m'autorise à les écouter sans débourser un sou. Un soir, j'ai osé demander à faire le bœuf. Ils ont accepté. En juillet, JF doit partir pendant quinze jours pour faire un stage en Allemagne avec Stockhausen. À ma grande surprise, lui et Aldo soufflent mon nom à Don. Suivront deux semaines qui ont totalement tourneboulé ma vie. Je découvre la liberté. «Joue ce que tu veux» fut son seul conseil. Cela m'allait très bien. Je ne panique pas, je plane de bonheur à 3000 mètres d'altitude. Don Cherry m'a révélé à moi-même. Il m'a complètement débloqué. La manière dont il distribuait la musique était exceptionnelle. On pouvait ainsi jouer plusieurs fois le même morceau pendant un set. Je suis toujours à la recherche de cette magie. C'était poétique, ludique, jouissif, interactif, toujours en équilibre. Pour trouver cet équilibre, je pense sincèrement, après tant d'années à pratiquer les musiques syncopées, que c'est de l'élément ternaire qu'il faut partir. Parce que le rythme ternaire est le plus multiple, le plus libre, C'est aussi celui qui est le plus proche de l'Afrique. On a tendance à trop souvent l'oublier.

PA : L'équilibre est plus qu'un mot pour vous. C'est une recherche permanente et obstinée ...
HT :
Si j'avais un seul mot à retenir pour définir l'exercice de la musique de jazz, c'est celui-là. À mes yeux, les musiciens d'un même groupe de jazz sont comme des équilibristes évoluant ensemble, en même temps, à la surface d'une même sphère, circulant et se croisant sans tomber ni se percuter. Je suis à la recherche de cet équilibre. Heureusement, au sein de mes groupes, je le trouve le plus souvent.

PA : Avec Aldo Romano, c'est une autre belle histoire de fidélité ...
HT :
C'est l'histoire d'une vie, avec des rapprochements, mais aussi des éloignements que l'on a vécus tous les deux comme s'ils n'avaient jamais existé. Chaque fois qu'on se revoit pour partager une nouvelle aventure musicale, nos retrouvailles sont immédiates, directes, comme si on avait joué la veille. Avec Aldo, on n'est pas d'accord sur tout, mais sur le primordial. Il m'est très précieux. On s'est toujours suivi. Je l'ai connu dans ma jeunesse avec Don, puis Total Issue. Nous avons continué notre conversation au sein du "Trio africain" avec Louis Sclavis. Ce trio joue toujours régulièrement, et à chaque fois exactement la même chose. Ce qui est étonnant, c'est qu'on a toujours des choses à nous dire, le besoin de nous surprendre et de prendre du plaisir. J'ai toujours beaucoup aimé l'univers d'Aldo. Quand il m'a parlé de son projet Don Cherry, j'ai été enthousiaste. J'ai participé au choix des compositions. J'avais gardé de l'époque les partitions de "Complete Communion" ainsi que celles de Mothers orthe Veil et When Will the Blues Leaves d'Ornette Coleman. Ces trois beaux thèmes sont au programme du disque. Deux jeunes musiciens hors du commun nous accompagnent dans cet hommage. Géraldine Laurent et le trompettiste Fabrizzio Bosso. Ils font preuve d'une connaissance incroyable de cette musique, dont ils maîtrisent le vocabulaire si riche. Mais surtout, quand ils jouent, ils embrassent toute l'histoire du jazz, ils l'expriment tout en gardant leur personnalité, leur propre créativité.

PA : La musique de Don Cherry sonne joyeusement triste ...
HT :
On peut aussi dire légèrement profonde. C'est tout ce que j'aime. Sans ça, la musique ne m'intéresse pas. J'aime les contrastes, les dynamiques, les tensions et les détentes, verticalité et horizontalité, yin et yang ....

PA : Votre prochaine actualité, c'est aussi la sortie début 2011 d'un album, toujours chez Label Bleu, Intitulé "Canto Negro", à la tête d'un nouvel ensemble appelé Nord-Sud Quintet.
HT :
Cet album se veut un hommage à tous les grands créateurs africains et d'origine afro-américaine, du Brésil aux Caraïbes sans oublier l'Amérique du Nord. J'ai choisi de le dire en espagnol parce que "negro" veut dire à la fois noir et nègre. J'aime bien cette façon-là d'exprimer la négritude en ces temps où certains voudraient la faire rimer avec turpitude. "Canto Negro", c'est une musique qui déchire. Mais de l'intérieur. Ce ne sont pas des morceaux, mais des moments de temps qui passent. Des moments de vie.

PA : "Canto Negro y Fidelidad" aurait pu en être aussi le titre ...
HT :
Bien sûr. Pour évoquer toutes ces musiques, jouer avec mes fidèles compañeros, Sébastien Texier, Manu Codjia et Christophe Marguet, me semblait le plus juste. Nous avons encore à découvrir tant de musiques en devenir ... Un nouveau venu s'est joint à notre aventure, Francesco Bearzatti, exceptionnel saxophoniste et clarinettiste qui m'avait tout de suite interpellé, mieux "appelé", quand j'ai joué la première fois avec lui à l'invitation d'Aldo. Avec un tel musicien, j'ai l'impression de respirer le même air. Je crois connaître à mon âge une bonne partie des éléments qui permettent d'imaginer la magie de la musique. Mais la recette reste toujours mystérieuse. Ce qui est magique, quand je joue avec des musiciens tels que Francesco, c'est que tout à coup des idées surgissent dans ma façon de jouer auxquelles je ne m'attendais pas. Cela ne participe pas de la pensée, mais de la sensation. Comme une sorte de lévitation.

PA : Etre musicien, c'est être un peu médium ?
HT :
Absolument. C'est génial quand la musique passe par soi sans qu'on sache comment. Il faut savoir se préparer pour ces moments-là. Par le travail, bien sûr. Sans cela, il n'y a rien qui passe. Ce qui me plaît beaucoup, chez Francesco comme chez Géraldine, comme chez tous mes compagnons d'ailleurs, c'est cette ouverture d'esprit, cette capacité à voyager librement à l'intérieur de la musique de jazz et y faire preuve d'initiatives par une prise de parole très affirmée. Pour que la musique devienne partage et s'impose comme la possession de tous, il faut que chaque participant puisse engager toute sa personnalité dans l'entreprise collective en laissant son ego au vestiaire. J'aime que les musiciens avec qui je joue fassent preuve de discernement. C'est un mot clé pour moi. Louis Jouvet disait à ses comédiens: « Jouez la tête froide et le cœur chaud. » On retrouve la question de l'équilibre Je suis toujours à la recherche de ces situations d'équilibre quasi parfait. Par le son, le rythme. On sent alors dans son corps que tout devient léger. On est relié au tellurique tout en étant aspiré vers le haut. C'est très émouvant comme sensation. La grande difficulté, c'est de savoir préserver cet équilibre. Si tu ne gardes pas la tête froide, tu casses le fil et tu tombes. Il faut toujours se méfier de ses émotions!

PA : Comment avez-vous composé la musique de ce voyage "Nord-Sud" ?
HT :
Dans quel état suis·je quand je compose? Franchement, cela ne participe pas du monde du rêve ni du fantasme. Cela part de "visions ". Des visions que j'essaie de faire apparaître, que je joue ensuite au piano ou à la contrebasse, que je chante, puis que j'architecture en leur donnant toute leur profondeur de champ, toute leur sensualité de chant. "Canto Negro" est le premier album de ma vie que j'ai abordé sans avoir la moindre idée de ce que j'allais faire. Ce n'est que le 15avril dernier que je me suis mis à ma table de travail avec le vertige de la page blanche. C'est en me souvenant de ce proverbe africain, « Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens », que le déclic a eu lieu. Tout à coup, j'ai su que j'avais des choses à raconter. Comme dans un film. On n'a jamais assez souligné l'importance de la latinité dans mes inspirations musicales. C'est oublier que le jour où j'ai entendu "Sketches of Spain" de Miles Davis, tout a basculé dans ma tête. Je sais aujourd'hui que je suis pétri de l'influence "Canto Negro", du "Chant Noir", une force devenue indispensable dans ma façon d'exister, de jouer et de vivre la musique. Cela s'entend dans tous mes disques, même les "en solitaire". Mais c'est la première fois que j'ai vraiment décidé d'explorer cette piste "nègre" avec autant de détermination et de conviction. Petit à petit, au fur et à mesure, j'ai ainsi écrit le répertoire de l'album, tout en étant très attentif à ce qui se passait alors dans le monde, principalement le désastre écologique du golfe du Mexique. Le disque s'est fait ensuite très vite. Début juin, après seulement quatre jours de "workshop" au Jazz Club de Dunkerque, on a enregistré dans la foulée pour Label Bleu. Sa sortie est finalement prévue en février.

PA : Qu'est-ce qui vous agace le plus aujourd'hui?
HT :
Que l'on continue de m'appeler avec obstination "le barde breton de la basse". Cette image, une fois ça va. À la longue, ça devient encombrant. Stop, on a compris ! Je n'aime pas aussi qu'on parle de moi comme "parrain" du jazz français. J'ai relu toutes les définitions du mot dans le Larousse. Non, vraiment, je ne me retrouve pas dans ces définitions religieuses (je n'ai jamais porté qui que ce soit sur les fonts baptismaux) et encore moins mafieuses !

PA : Acceptez-vous alors le mot de « patron » ?
HT :
Oui. Tout de suite. Je viens pourtant d'un milieu populaire où le méchant, c'était lui. Au départ, assumer le statut de chef m'a posé un gros problème. Mais dès que tu appelles quelqu'un pour jouer, tu deviens à ses yeux automatiquement son patron. C'est la lecture encore de Louis Jouvet qui m'a permis de régler cette question. À un nouveau directeur technique qui lui demandait comment il devait l'appeler, il répondit: « Mais tout simplement patron. » Cette évidence s'est imposée à moi. Que tu le veuilles ou non, quand tu décides de porter toute la responsabilité d'une aventure, c'est toi le patron.

au micro : Pascal Anquetil

Nous remercions Jazz Magazine Jazzman pour son aimable autorisation. Toute reproduction à partir de ce site, autre qu'à usage strictement personnel, est interdite sans accord préalable avec la revue.


 
Marguet | Kühn | Monniot | Boisseau émotions homogènes
avec : MKMB Quartet
BMC Records - 2009 - ref : BMC CD 160
Christophe Marguet “itrane”
avec : Quartet Résistance poétique
Chant du monde (le) - Harmonia Mundi - 2008 - ref : 274 1592
Kühn | Humari | Jenny-Clark Usual Confusion
avec : Daniel Humair, Jean-François Jenny-Clark, Joachim Kühn
label bleu-mca - 1993 - ref : LBLC 6560
Christophe Marguet Buscando la luz
avec : Quartet Résistance poétique
Chant du monde (le) - Harmonia Mundi - 2010 - ref : 2741873
Aldo Romano Origine
avec : Stéphane Belmondo, Lionel Belmondo, Thomas Bramerie, Bernard Burgun, François Christin, Xavier Desandre-Navarre, Philippe Gauthier, Cécile Hardouin, Géraldine Laurent, Éric Legnini, Aldo Romano, Bastien Still, Jérôme Voisin
dreyfus jazz - 2010 - ref : FDM 46050 369472
Henri Texier "Azur" Quartet An Indian's Week
avec : Glenn Ferris, Michel Portal, Tony Rabeson, Louis Sclavis, Henri Texier, Bojan Zulfikarpasic
label bleu-mca - 1993 - ref : LBLC 6558

Rechercher dans l'Écho de MFA :
 
Recherche avancée




Sur le même sujet :
Henri Texier


Retour a la liste des sujets